Accueil » Droit du Travail Salarié » Conflits - Relations de Travail » Forum

Forum Droit du Travail Salarié

Forum Conflits & Relations de Travail

Vous avez une question ? Posez-la sur notre forum juridique


M.P., harcelement et employeur vicieux

Visiteur

dec24 Le 25-02-2021 à 20:16

Bonjour,

-ma conjointe, fin 2019, à fait une depression sur son lieu de travail, cause divers faits de harcelement dans son entreprise ; 2 années de "pressions", menaces, tentatives de suicides...

Ceci enchainant une sortie d'un prud homme, gagner pour non respect des conventions.

-Elle est sortie de l'entreprise suicidaire et seule! (un témoin l'a raccompagné à mi-chemin).

S'est rendue (par chance) directement chez son généraliste qui à préscrit un arret + traitements + therapie psy qui se poursui à ce jour encore. (attestations de suivi psy + inaptitude au travail à tout poste "officieux"+ poursuite traitements).

J'avais dénoncé les faits à la direccte (harcelement managorial + non respect de la santé mentale..), cela a engendré une enquete interne (fait par l'entreprise).

-l'enquete interne à été truqué, pressions sur employés, méthode douteuses etc etc...(preuves).

-le harceleur dénoncé est le directeur, donc le chef du CSE qui a fait cette pseudo "enquete"!

-la representante CHSCT est directement incrimée dans ces histoires comme la rh (preuves).

-ma conjointe est loin d'etre un cas isolé (preuves)

-et pourtant!!!...l'enquete interne rapporte le contraire de faits, la direccte à baclé l'enquete... a juste vu le rapport d'enquete et est allé demander au directeur si c'était la verité! J'avais tout dénoncé!

-les derives continus, les employés subissent et ne parlent pas etc... cercle vicieux.

L'employeur a fait une fausse déclaration CPAM, il ne reconnait aucun problèmes,nie les faits, l'état de ma conjointe et meme l'accident très visible du jour de l'arret! (preuve qu'il ment)

Il a cité "son enquete" interne pour appuyer ses affirmations ET me demande d'apporter des preuves du contraire!

Les témoins se sont défilés, nul doute qu'il a fait pressions sur eux, me restes justes des sms/écrits/enregistrements qui présument/affirment les faits et qui les incriminent.

-Ma conjointe est handicapé (x troubles psy) depuis 14 mois en arret (simple)

-Le medecin conseil, estime un IP superieur à 25% après expertise psy.dossier actuellement en instruction au CRRMP

-maintenant la médecine du travail ne veut plus de contacte avec moi, réponse obtenue suite à ma dénonciation des faits avec éléments joints.... excuse du secret médical, pfff, pas le cas en 2020!

-L'employeur nie tout en bloc et à les moyens humains et financier pour aller dans ce sens!.

-je ne comprends pas que la CPAM/direccte etc... n'ouvre pas une enquete!

-une entreprise qui se comporte encore comme des esclavagistes avec leurs salariés!

-pourtant des éléments et attestations juridique/médicale en ma possèssion, aucun collègue direct ne veut en revanche se mouiller! Je comprends dans le sens ou ils étaient indirectement complice de cela!

Je n'en peux plus, c'est dure et l'employeur de ma conjointe est une grosse boite, ils achètent et font des pressions librement, ne respectent pas les lois qu'elles soient pénal, du travail et rendent complice le CSE de leurs actions. Je traite mieux mes animaux qu'eux leurs salariés!

Je me retrouve seul pour régler ces soucis (ma conjointe est "inapte"), le rapport de force est démesuré, les faits injustes, ma confiance aux administrations tombée bien basse et je dois aussi assumer les pots casser!.

Pitié si un membre à une solution ou peux me citer un organisme (objectif) qui peux me sortir de ce supplice.

Merci

 


Répondre au sujet

Attention : Les réponses apportées ci-dessous peuvent être juridiquement erronées.
Nous vous invitons pour toute question pouvant avoir des répercutions à consulter un Avocat.

Répondre Répondre

  • Membre

    Math641 Le 25-02-2021 à 21:00

      + 1000 messages


    Bonjour,

    1 - Les syndicats! C'est leur job d'accompagner les salariés dans ce genre de situation.
    Nottament de les éclairer sur leur droits.
    Par contre ils n'ont  pas pour vocation de plaider devant un quelconque tribunal à la place des salariés. Ca, il ne le font que vous les adhérents depuis plus de xx mois à la date des faits. 

    2 - Les avocats,
    Quand le fonctionnement des instances n'est plus convenable, un avocat peut vous guider dans vos démarchrqhes et vous guider vers la meilleure démarche à entreprendre.

    S'il estime les faits de harcelement caractérisés, avec votre accord, l peut saisir le procureur de la république et porter plainte avec constitution de partice civile.

    Bien cordialement
    Membre

    dec24 Le 26-02-2021 à 01:00

    le syndicat... (merci d'en parler, j'ai des questions)

    -le representant syndicale....

    Ce type ne peut etre que complice de sa direction, dans cette boite, le seul qu'il aide, c'est lui!

    Il est temoin de tout les délits que vous serez capable de citer/conséquences, ne fait rien d'autre que de s'en vanter, de manipuler son monde et de vivre sur leurs malheurs et s'en amuse, il ne vaut pas mieux que son employeur.... qui doit bien le "remercier"!

    Je n'ai rien contre les patrons ou syndicats mais ce type est une ordure! J'ai assez d"elements pour l'affirmer.

    D'ailleurs,

    un representant syndical a t'il l'obligation de faire remonter/dénoncer certaines infos concernant le droit pénal dont il aurait connaissance? Si oui, à qui?

    Cela concernerait il aussi des "arragements en interne" de ces délits ?

    Obligation de dénoncer des manquements du CSE? De l'employeur? Si oui, à qui?

    Un risque de se voir sanctionner? Par qui? Son syndicat le protège de ces manquements?

    Un sydicaliste perd il vraiment sa fonction lors d'un entretien? (je pense déjà avoir la réponse)

    Puis-je légalement me retourner contre cette personne?

    Ai je le droit de demander l'audion de personnes, concernant des faits délictuels, sur leurs états de santé?

    Pour la plainte, et donc procés, en ce moment.... avec la santé de ma conjointe pas simple, c'est actuellement un frein.

    Cependant l'aspect convocations et auditions, en gendarmerie, des personnes me plait, si la M.P. n'est pas reconnue, ca deviendra obligatoire.

    Je ne souhaite à personne de vivre une telle situation!

    Pour l'avocat, en cour, juste que j'en change en ce moment donc j'attends la réponse, honnetement j'ai un million de questions à poser.

    Merci.

    0
    + -
  • Moderateur

    Alainverce Le 26-02-2021 à 08:26

      + 1000 messages


    Bonjour.

    Sans mettre en doute ce que vous citez, je reste néanmoins perplexe sur votre jugement par rapport à ce délégué et le syndicat...

    Les membres du CSE sont élus, donc s'ils étaient d'une telle connivence avec l'employeur il est peu probable que les salariés leur auraient renouvelé leur confiance.

    En plus, vous dites "grosse boite", donc certainement des syndicats différents et donc quand même pas tous "pourris" ?

    En plus, vous ne travaillez pas dans cette entreprise, donc il est possible que vous n'ayez pas tous les éléments.

    Quoi qu'il en soit, et aussi justifié que soit votre ressentiment, ce n'est pas en "chargeant" un élu du personnel que vous obtiendrez quoi que ce soit.

    Le seul responsable pénalement est l'employeur.

    Et un directeur n'est pas "chef" du CSE; il peut tout au plus présider aux réunions mais rien imposer de plus.

    Cdt.
    0
    + -
  • Vous cherchez un avocat en Droit du Travail pour défendre vos droits ? Faites-vous recontacter par 3 avocats et choisissez celui qui vous convient le mieux ! Envoyez une demande de contact aux avocats en Droit du Travail près de chez vous exerçant en Droit du Travail en quelques secondes, ou appelez le 01 75 75 70 70 du lundi au vendredi de 9h30 à 18h.

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

A voir également

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Conflits & Relations de Travail  ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Retour en haut de la page