Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit Représentant du Personnel » Délégué Syndical (DS) » Forum

Forum Forum CSE DP Syndicat CHSCT

Vous avez une question ? Posez-la sur notre forum juridique


Rupture conventionnelle proposée, refusée et proposition d'abandon de poste ou de démission.

Visiteur

IAV 2020-05-14 15:33:24

Bonjour,
Je m'adresse à vous car j'aimerai être orienté par vos conseils si possible. C'est pour cela que je vais vous expliquer ma situation depuis le début.
Je travaille actuellement en tant que conceptrice vendeuse pour une entreprise de cuisiniste.
Le 04 mars dernier : j'ai eu un entretien avec ma direction, qui m'a reprocher énormément de choses en me proposant également de faire une rupture conventionnelle que j'ai décliné.
Le 05 mars pour raisons de santé, je me suis mise en arrêt maladie jusqu'au 21 mars. 
Il y a eu la période de confinement qui a débuté et du coup les magasins ont fermés. 
Le 30 Avril mon responsable m'a appelé pour me demander soit de continuer soit d'arrêter par le biais d'une rupture conventionnelle, c'est alors que je l'ai accepté. 
Le 05 mai il m'a appelé pour me dire qu'au final ce ne serait pas possible et il me proposer soit de continuer soit de démissionner. J'ai alors dis que je continuais car je n'avais pas le choix par rapport aux Droits au chomage.
Le 06 mai il m'a rappelé pour me redemander la même chose et il a eu le même retour que la veille, il m'a alors proposé l'abandon de poste. Je ne savais pas ce que cela signifiait du coup je lui ai dis que je le lendemain je le rappelerai pour lui dire ce que j'avais décidé.
Le 07 mai je l'ai rappelé pour lui dire que je refusais l'abandon de poste. 
Le 11 mai déconfinement, du coup nous avons rouvert les magasins. C'est alors qu'il m'a convoqué au bureau afin de me proposer de prendre l'ensemble des mes congés et de faire l'abandon de poste ensuite. Je lui ai dis que je souhaitais rester le temps de trouver un autre emploi. 
Le 12 mai j'ai cédé suite à une énième convocation dans son bureau, et j'ai posé mes congés. En lui disant simplement que j'allais réfléchir à tout ceci.
A SAVOIR : nous sommes 5employés à vouloir partir de l'entreprise. 1 collègue à moi a qui ils avaient également proposé la rupture conventionnelle avant le confinement et qui s'est mit en arrêt pour cause de dépression, 1 autre collègue a poser sa démission car elle, a trouvé un emploi. 2 autres employées qui se sont vus le refus de la rupture et qui refusent également de démissioner car cela n'ouvre pas le droit au chomage. 

Je me permets donc d'écrire sur ce forum pour savoir quelles démarches je pourrais entreprendre ?
Merci d'avance pour votre patience et votre retour,


Répondre au sujet

Attention : Les réponses apportées ci-dessous peuvent être juridiquement erronées.
Nous vous invitons pour toute question pouvant avoir des répercutions à consulter un Avocat.

Répondre Répondre

  • Moderateur

    Zen Maritime Le 14-05-2020 à 16:29

      + 1000 messages


    Bonjour,

    En ce qui concerne la rupture conventionnelle, aucune des parties - ni l'employeur, ni le salarié - ne peut imposer cette rupture à l'autre, cela passe par un accord, un consentement réciproque, sans pressions, menaces ou chantage.

    Un employeur peut s'y refuser par principe, considérant que si un(e) employé(e) veut partir, la porte de sortie lui est ouverte => il ou elle n'a qu'à remettre sa démission.

    Un employeur peut aussi suggérer un arrangement par le biais d'un abandon de poste. Pour le salarié cela consiste à se mettre en tort (absence non justifiée), pour l'employeur cela consiste à utiliser ce prétexte pour entreprendre aussitôt un licenciement disciplinaire / faute grave qui lui fait faire l'économie de l'indemnité légale de licenciement, il n'a pas à la payer. Et l'ex-salarié peut alors s'inscrire au chômage indemnisé => tout licenciement (même pour faute grave) y ouvre droit.

    Ce mode d'arrangement ne peut se concevoir que dans une certaine confiance. Car si l'employeur veut faire traîner rien ne l'oblige à sanctionner l'abandon de poste, il porte le salarié en absence non justifiée avec une paye à 0,00 EUR, pas de solde de tout compte, pas de certificat de travail et pas d'attestation employeur pour le Pôle Emploi. C'est ce qui arrive souvent quand un salarié cherche à forcer le licenciement en abandonnant son travail sans que ce ne soit convenu avec l'employeur.

    cordialement
    zen maritime 
    Membre

    IAV Le 15-05-2020 à 10:51

    Bonjour Zen Maritime et merci pour votre retour,

    Je comprends tout à fait ce que vous me dites là, cependant avez-vous une solution à m'apporter ?
    Est-ce que faire part de mon expérience chez eux en contactant la médecine du travail servirait à quelque chose ?

    Je dois commencer mon nouveau emploi, fin août et je dois reprendre de congés le 24 juin, du coup je me demandais si il était possible que je me mette en arrêt maladie auprès de la médecine du travail car psychologiquement je sais que la pression de mon responsable sera lourde servirait à quelque chose ?
    Merci d'avance pour votre retour et votre patience,
    Et merci encore pour votre réponse, 
    0
    + -
  • Moderateur

    Alainverce Le 14-05-2020 à 16:59

      + 1000 messages


    Bonjour.

    Méfiez vous !

    L'abandon de poste n'oblige pas l'employeur à licencier.

    Il peut vous promettre de vous licencier mais ne pas le faire et vous laisser, en toute légalité, en "absence injustifiée" le temps qu'il veut et sans rien vous devoir...

    D'où une situation très inconfortable qui en plus vous prive de tout.

    Cdt.
    Membre

    IAV Le 15-05-2020 à 10:49

    Bonjour et merci pour votre retour, Alain Verce,

    Oui c'est certainement cette option qui fait le plus peur car connaissant ma direction j'ai bien peur qu'elle laisse trainer la chose.
    Il faut savoir que j'ai un emploi que je dois commencer dernière semaine du mois d'Août, 
    Financièrement je peux me permettre de ne pas avoir d'allocations chomage jusqu'à la reprise du nouveau travail, 
    Je reprends de congés le 24 Juin. Cependant vu la situation actuelle concernant l'entreprise, est-ce qu'aller voir la médecine du travail servirait à quelque chose ? Car comme je vous le disais précédemment psychologiquement c'est très dur. Car voyant mon responsable insistait pour prendre mes congés et partir alors que je voulais au moins terminer l'ensemble de mes dossiers à mettre au propre, j'ai cédé. 
    Merci d'avance pour votre retour et votre patience,
    Et merci encore pour votre réponse, 
    0
    + -
  • Moderateur

    Alainverce Le 15-05-2020 à 16:19

      + 1000 messages


    Que voulez vous que le médecin du travail fasse ?

    Il pourrait éventuellement vous mettre en inaptitude, mais médicalement je ne suis pas sur (ni compétant) qu'il décide cela...

    Si je comprends bien il vous restera deux mois à travailler (mais on ne sait pas si vous avez donné votre démission), c'est vraiment impossible ?

    J'avoue que je ne vois pas bien ce que vous souhaiteriez.

    Cdt.
    Membre

    IAV Le 15-05-2020 à 16:57

    Bonjour Alain Verce et merci pour votre retour,

    Je souhaitais venir m'informer sur ce forum car suite à mon implication dans l'entreprise et vu la tournure que ça prends, c'est pour cela que j'aurai aimé être orienté dans votre forum. Je vous explique la situation :
    - ca fait 2ans que je travaille dans cette entreprise : les conditions étaient les suivantes :
    - IK déguisé et demandé en chaque début de mois et qui dépendait des commissions débloquées
    - Jours fériés non récupérés
    - Semaine de 6/7 avec aucune possibilité de les récupérer ou de les rattraper en congés
    - Heures supplémentaires non récupérées et non payées
    - Ces derniers temps : 
    Mon responsable en confinement m'a appelé une fois pour me proposer la rupture, une fois acceptée, il me l'a ensuite refusée pour me proposer la démission, chose que je ne pouvais accepter puis le lendemain avec l'abandon de poste. 
    A mon retour en entreprise ce lundi 11mai, il m'a convoqué 3fois dans son bureau pour me parler de prendre les congés et de faire l'abandon de poste dès aujourd'hui. Je lui ai refusé, car je voulais terminer les dossiers et au moins tirer jusqu'au mois de mai pour partir "propre". 
    Le mardi 12 mai ( le lendemain ) il m'a de nouveau convoqué suite au départ précipité de mon collègue où la discussion fut "tu es une sous merde", "tu réagis comme un gamin" et j'en passe (pour précision mon collègue a 42ans père de 2 enfants,ayant une femme) salarié dans l'entreprise depuis 4ans et salarié le plus investi dans l'entreprise depuis mon entrée dans celle-ci. Sans oublier que 3 autres collègues rencontrent également des difficultés et souhaitent partir aussi suite à certaines pressions ou autres qui ne me regardent pas.  Enfin, pour revenir à ceci, suite au départ précipité de mon collègue il m'a de nouveau convoqué dans son bureau en me disant que clairement je n'avais pas le choix de prendre mes congés et de faire l'abandon de poste ou la démission à la fin.

    Je souhaite vous expliquer la situation, car effectivement je souhaitais évoluer au sein de l'entreprise, cependant je suis peut être trop jeune pour tout comprendre à son déroulement alors que j'ai déjà travaillé dans l'immobilier et les concessions automobiles (toujours en commerciale) mais cette situation me dépasse. Mon but c'est de savoir qu'elle serait la meilleure option pour moi. 
    Enfin pour répondre à votre question, l'autre emploi démarre fin août du coup je ne sais pas encore si je vais démissioner ou pas. 

    Merci d'avance pour votre temps, 
    0
    + -
  • Moderateur

    Alainverce Le 16-05-2020 à 09:01

      + 1000 messages


    Comprenez que si vous même ne savez pas si vous devez partir ou pas ce n'est pas nous qui pouvons décider à votre place.

    Quelques conseils néanmoins:

    - Toute situation comme la votre nécessite de faire un courrier recommandé AR à l'employeur pour le mettre devant ses responsabilités et vous protéger.

    Courrier ou vous rappelerez les demandes incessantes d'abandon de poste, mais aussi tout ce qui ne va pas comme les heures non payées, etc.

    Vous y affirmerez que vous n'avez en aucun cas l'intention de faire un abandon de poste.

    Parallèlement, je vous conseille de prendre contact avec une permanence syndicale (c'est gratuit) afin qu'ils vous conseillent et vous suivent plus que nous pouvons le faire sur ce forum.

    Ne restez surtout pas seul à essayer de régler votre problème, vous n'y arriverez pas.

    Cdt.
    0
    + -

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

A voir également

Vous avez des questions sur le sujet Délégué Syndical (DS) ?

Bénéficiez d'un accompagnement juridique au quotidien : nos juristes et experts répondent à vos questions

Vous êtes...

  •  
  •  
  •  
  •  

Retour en haut de la page