Accueil » Droit de la Famille - Divorce » Droit des Enfants » Forum

Forum Droit de la Famille - Divorce

Forum Droit des Enfants

Vous avez une question ? Posez-la sur notre forum juridique


Enquêtes sociales et MJIE mensongères

Visiteur

Le 28-05-2022 à 17:31

Bonjour,

je suis maman de 3 enfants j'ai vécu des violences conjugales et j'ai par ailleurs déposés plainte très rapidement suite à ça l'assistante sociale du commissariat a envoyé un rapport au  Département ce qui a donné une ordonnance du Procureur d'enquête sociale réalisé par une infirmière de PMI et une assistante sociale ainsi qu'un médecin de PMI elles m'ont lu leur rapport qui disait que mon ex-conjoint était dangereux et que moi j'étais dans le déni des troubles de mes enfants car j'ai un de mes enfants où il y a suspicion du spectre de l'autisme des bilans ont été fait mais toujours pas de diagnostique donc elles ont saisie le juge des enfants pour éviter que monsieur gravie autour de nous pourtant un an que monsieur m'harcèle et qu'acune mesure à son encontre n'avait été prise à son encontre.
Dans ce rapport elles amplifiaient toutes mes paroles où ne laissaient que la moitié laissant peser un doute de carence éducative puisque mon ex-conjoint a été entendu avant moi il a eu le temps de me dénigrer en m'accusant de violences sur mon fils aîné et d'être bordélique enfin négligente en gros et ses paroles ont été bien reprises par celles-ci, j'ai bataillé avec mon avocate en exprimant à la juge pour enfant que tout étaient mensongers donc elle ordonna une MJIE je pensais que la vérité serait donc dévoilée et non j'ai subis un des derniers entretiens avec le psychologue de cette enquête où il s'agaçait car il essayait de remettre mes choix de femmes, de vies, de maternité en cause, il insistait quand mes réponses n'étaient pas celles qu'il voulait entendre, me jugeait en me disant qu'avec le rsa je pouvais payer un psychologue en libéral à ma fille qui rejette son père et qui ne contribue pas financièrement vu qu'elle a ssisté aux violences. Et comme je leur ai fait part de ses abus et de l'impact des placements sur les enfants ayant été placé plus jeune je sais ce qu'il s'y passe et donc cela ne leur a pas plus du tout ils ont du coup envoyé un rapport disant que mes 3 enfants était autistes, que je n'avais pas été faire les bilans pour mon fils, j'avais 11 pages de bilans et de rdv pour preuves que mon avocate a donné à la juge, ainsi que des justificatifs médicaux démontrant que mes enfants ne sont pas autistes et mon dernier n'est pas diagnostiqué, il a été dit que c'était conflictuel avec monsieur évidément puisque monsieur se permet toutes les 2 semaines de nous harceler, de me menacer par sms et de m'intimider j'ai d'ailleurs déposé plainte pour cela mais sans suite. Suite à ça toutes les preuves apportés par mon avocate et ma parole n'a pas du tout été prise en compte une AEMO a été ordonné afin de sociabiliser les enfants et qu'ils entament un suivi psychologique si l'anef le trouvait utile. Mes enfants et moi avons été accablé par ses services sociaux qui auraient dû nous protéger, la justice aurait pu aussi instaurer une mesure d'éloignement ce qui n'a pas été fait.
Je souhaiterai savoir si contacter les Deéfenseurs des Droits pourrait être envisagé car les dérives des enquêteurs sont un préjudices ayant eu un impact considérable sur la décision de justice qui a été rendu surtout qu'ils ont envoyé un chef de service ne connaissant même pas notre dossier et ne nous avait jamais vu auparavant. 
Merci pour votre retour.
Cordialement.


Répondre au sujet

Attention : Les réponses apportées ci-dessous peuvent être juridiquement erronées.
Nous vous invitons pour toute question pouvant avoir des répercutions à consulter un Avocat.

Répondre Répondre

  • Membre

    Le 30-05-2022 à 20:47

      < 10 messages


    Pour le harcèlement du papa changer de numéro de téléphone. 
    Pour les visites demander à ce que les visites ne soient pas chez vous, mais dans un centre de PMI. Protéger vous. 


    Il y a en France de respect de la vie médicale, donc ça les assistantes sociales n'ont pas à avoir les rapports médicaux. Elles ne sont pas aptes à les analyser. Seul un médecin peut le faire avec votre accord. 
    Le juge demandera l'avis d'un médecin. 

    autisme ou pas vous ne devez pas donner les rapport médicaux et vous pouvez avoir plusieurs avis différent a ce sujet, j'ai eu 100 questions  pour mettre en évidence les trouble autistique de mon enfant. Il y a le CRA qui peut vous aider, mais 2 ans d'attente. 
    Le fait d'être désordonné ne fait pas de vous une mauvaise mère ( faut pas non plus que ça ressemble à une décharge) virer tout ce qui ne sert à rien. Ranger dans des cartons proprement. 
    Pour AEMO, vous pouvez demander à ce que ce ne soit pas chez vous, mais au centre PMI. 
    Vous avez le droit de protéger votre intimité, ART 9 du code civil. Servez-vous-en. 
    He oui, les services sociaux sont à éviter. 

    0
    + -
  • Membre

    Le 30-05-2022 à 21:18

      + 1000 messages


    Bonjour,
    Dans votre cas, le problème semble être que vous remettez en cause tous les professionnels : assistante sociale, psychologue, infirmière, médecin.
    Ayez conscience que le fait que vous ayez été victime d'abus lors de votre placement ne signifie pas que tous les placements se passent mal ni ne sont justifiés. Surtout que dans votre cas il ne semble pas question de placer vos enfants, mais juste de mettre en place un accompagnement éducatif et psychologique.
    Vos choix de vie ne sont pas forcément conformes à l'intérêt de vos enfants tel que définis par la loi. Le fait que le psychologue souligne cela ou revienne sur certaines questions n'est pas forcément négatif. Il a pu vouloir s'assurer d'avoir bien cerné vos propos ou vous donner l'occasion de rectifier votre position.
    Ayez à l'esprit que les bilans et certificats que vous avez fournis n'ont pas plus de poids que les rapports des professionnels des services sociaux, ou des experts désignés par le juge.
    Le Défenseur des droits ne remettra pas en cause une décision de justice. S'il y a eu certains abus, il peut mettre les choses au point avec l'administration concernée, mais il vous appartient d'en fournir des preuves (en gardant à l'esprit que celles que vous avez produites n'ont pas suffi à convaincre un juge).
    Je ne vois pas ce qui vous contrarie dans la décision du juge : l'AEMO et le suivi psychologique ne semblent pas inadaptés pour des enfants dont la mère accuse le père de violences conjugales et dont les parents sont en proie à un violent conflit. Il y a le facteur aggravant que votre fille ait assisté aux violences, et que vous dites ne pas pouvoir lui payer les soins nécessaires. Je mets de côté la question de l'autisme qui est embrouillée.
    Vous pouvez faire appel de la décision si les délais ne sont pas écoulés.
    Cependant, pour avoir une chance il faut soit :
    - démontrer que vos enfants se portent très bien sur le plan psychologique et n'ont pas besoin d'un suivi ou de soins (mais si vous prétendez que votre fille a assisté aux violences dont vous êtes victime...) ;
    - ou démontrer que vous avez déjà mis en place les mesures nécessaires (suivi psychologique...).
    Sur la question de l'autisme, vos propos sont contradictoires :
    - "j'ai un de mes enfants où il y a suspicion du spectre de l'autisme des bilans ont été fait mais toujours pas de diagnostique"
    - "j'avais 11 pages de bilans et de rdv pour preuves que mon avocate a donné à la juge, ainsi que des justificatifs médicaux démontrant que mes enfants ne sont pas autistes et mon dernier n'est pas diagnostiqué"
    A moins que le benjamin ne soit celui dont le diagnostic est en cours ?
    0
    + -

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

A voir également

Retour en haut de la page