Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit de la Santé - Droit Médical » Droit du Patient » Forum

Forum Droit de la Santé

Forum Droit du Patient

Vous avez une question ? Posez-la sur notre forum juridique


Mensonge et négligence de la part de mon médecin traitant.

Visiteur

S-D 2021-01-13 00:38:34

Bonjour,

 Il y a quelques mois de celà, je suis allée consulter mon médecin, inquiète. En effet, porteuse d'un implant contraceptif sous cutané, je m'inquiétais de saignement alors que mes règles avaient été supprimée pendant quelques années par ce dernier. A celà, s'ajoutent la rétention d'eau mais aussi une prise de 20 kg en deux ans. 

Une fois des pathologies telles que le SOPK écartée, et accessoirement m'être entendue dire que " votre poids, vos douleurs et votrr hirsutisme c'est votre faute, faite un régime et du sport " de manière plus ou moins injustifiée, on m'annonce que je devrai changer de contraception.

J'explique avoir essayé beaucoup des moyens proposé et qu'aucun ne me convenait jusqu'à ce que l'on me pose l'implant. J'ai besoin de quelques chose de "permanent", ne nécessitant pas une intervention quotidienne, qui plus est, quelque chose qui de préférence supprimerai mes règles, très abondante et ô combien douloureuse, même sous anti-douleurs. 

On me conseille donc le stérilet, je manifeste quelques réserves quand au fait que je suis nullipare, et que je craint que la pose soit douloureuse. Le médecin m'explique donc qu'il en existe plusieurs sorte, dont des plus petits, facile à poser sur des femmes n'ayant jamais eu d'enfants. Je questionne ensuite le fait qu'un contraceptif hormonal pourrait avoir les même effets qu'un implant, on m'explique que la libération d'hormone se fera non plus dans le sang, mais seulement dans l'utérus. Satisfaite de ces renseignements, du fait que je n'aurais pas à subir le retour de mes mensurations et que cette contraception est passive, j'accepte. 

La pose à été un cauchemar. Juste avant de commencer, j'ai posé a nouveau la question à mon médecin :

-"Une amie m'a dit qu'elle avait eu très mal, est c'est un cas isolé, ou est ce que je dois me préparer à quelques chose ?" 
-"Sur un utérus qui n'a jamais travaillé, évidemment que ça se fait plus difficilement, mais quand faut y aller... "

Elle à introduit le dispositif sur ces paroles qui n'avait rien de rassurantes. J'ai été tordue de douleurs pendant 4 jours après celà. Il m'a été compliqué de me laisser examiner par les médecins pendant plusieurs mois, et ma vie intime en as prit un coup. 

Après quelques mois, je me suis rendue compte que le stérilet ne me convenait pas. Pire encore, il accentuait le problème premier. Ma pilosité faciale exacerbée était toujours là. Des ovulation très douloureuse, un retour de règles à m'en rendre malade (et ce n'est pas une image : maux de tête, diarrhée, douleurs dans le nerf sciatique,  le sein gauche, SPM )... Je découvre également avec horreur que le dispositif que je porte as des actions sur les état dépressifs, les vaginite, et qu'il n'est PAS recommandée pour des personnes ayant déjà eu des soucis au niveau de l'endomèdre, ou des fibromes.

Problème : Les femmes de ma famille ont quasiment toute du se faire enlever l'utérus à cause de maladie de ce genre, dont ma mère, qui est suivie par le même médecin que moi. Nous craignons déjà depuis plusieurs année que vienne mon tours, et je suis déçue d'avoir été aussi mal informé par mon médecin qui pourtant était au courant.

Récemment, j'ai eu un autre rendez-vous avec elle, après mûre réflexion, j'ai demandé la ligature des trompes. En effet, je sais depuis toujours ne pas vouloir d'enfants, et suis sous contraceptif depuis maintenant 6 ans. Mon compagnon m'accompagne dans cette demarches et sommes d'accord sur le fait que même si nous venions à changer d'avis, nous préférerions une adoption, aussi compliqué que puisse être le parcours. 

A celà, le médecin a répondu que quiconque la pratiquerai avant mes 40 ans serait hors la loi, que c'était interdit, sauf soucis de santé. Avant qu'elle ne me pose mon stérilet, je n'avais jamais mis sa parole en doute... Cet événement avait mis à mal la confiance que j'avais en elle. Je suis donc allée voir ce que disait précisément la loi, découvrant que toute personne majeure, en pleine possession de ses moyens et disposée à se soumettre au 4 mois de réflexion imposée pouvait formuler la demande.

Évidemment, j'ai constaté qu'il était courant chez les chirurgiens de refuser, de peur que la patiente ne change d'avis, mais encore une fois, je me suis sentie trahie par mon médecin. 

En résumé, cela fait plusieurs fois qu'elle déforme des informations, voir, ne les révèle qu'après la procédure lancée, elle s'est souvent montrée indélicate et jugeante envers moi, et invoques des loi qui n'existe pas. Outre changer de médecin, puis-je espérer d'autre solution ? Suis-je en Droits de l'attaquer, ou est elle dans les clous ? Puis-je espérer un soutien juridique pour faire valoir mon droit à la stérilisation féminine ?

Je vous remercie d'avance pour votre patience et vos réponses.


Répondre au sujet

Attention : les réponses apportées ci-dessous peuvent être juridiquement erronées. Si vous êtes victime d'un litige et avez besoin d'agir immédiatement, vous pouvez résoudre votre litige en ligne ou faire appel à un avocat.

Répondre Répondre

  • Moderateur

    Zen Maritime Le 13-01-2021 à 12:07

      + 1000 messages


    Bonjour,

    L'information à ce sujet existe sur le site du Ministère de la santé, je vous indique dans le lien ci-après un document de la Direction générale de la Santé à télécharger.

    A noter qu'un médecin est dans son droit d'être refusant vis-à-vis d'une demande de stérilisation pour raison contraceptive. Et le délai de réflexion de 4 mois dont vous parlez ne se conçoit qu'à partir d'une première consultation médicale auprès d'un médecin qui vous a exprimé son accord de principe.

    Lien en cliquant ici => solidarites-sante.gouv.fr

    cordialement
    zen maritime 
    0
    + -

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

A voir également

Retour en haut de la page