Accueil » Droit du Travail Salarié » Agent public - Contractuel » Forum

Forum Droit du Travail Salarié

Forum Fonctionnaire, agent public, contractuel

Vous avez une question ? Posez-la sur notre forum juridique


rejet demande allocation chômage suite mise en disponibilité d'office

Visiteur

Le 18-05-2022 à 10:45

Bonjour,
je suis agent de la fonction publique territoriale. J'ai profité d'une période de disponibilité pour raison personnelle pour bosser dans le privé.
J'ai demandé ma réintégration dans ma collectivité en novembre dernier en respectant le délai de 3 mois avant la date de fin de période de disponibilité.
EN parralèle, j'ai quitté mon emploi dans le privé (démission).
Fin février, ma collectivité m'a notifié l'absence de poste et donc ma mise en disonibilité d'office par absence de poste.
Aujourd'hui, ma collectivité me notifie le rejet de ma demande d'allocation chômage alors que je suis involontairement privé d'emploi.
Ma collectivité met en avant le fait que j'ai démissioné de mon emploi privé. Je ne pouvais pas faire autrement car je demandais à réintégrer la FPT.
Suis-je dans mon droit de faire appel de la décision de rejet de ma demande d'allocation chômage ? Est ce que je peux prétendre à cette allocation ? Où est-ce qu'il y a un délai de 121 jours suivant ma date d'inscription comme demandeur d'emploi suite à ma privation involontaire d'emploi par ma collectivité.
Merci de votre retour

 


Répondre au sujet

Attention : Les réponses apportées ci-dessous peuvent être juridiquement erronées.
Nous vous invitons pour toute question pouvant avoir des répercutions à consulter un Avocat.

Répondre Répondre

  • Moderateur

    Le 18-05-2022 à 17:36

      + 1000 messages


    Bonjour

    Mon avis : je pense que vous pourriez contester la décision de la collectivité mais d'un point de vue reglementaire, leur raisonnement n'est pas dénué de fondement ....

    A la suite d'une démission qui prive le salarié de droits, il faut retravailler au moins 65 jours (3 mois - tous emplois repris confondus)  pour neutraliser les effets de la démission et perdre involontairement le ou les emplois repris pour bénéficiier du chomage indemnisé 

    là, malheureusement pour vous , vous n'avez plus la possiibilité de retravailler dans la collectivité et de ce fait  cette dernière vous oppose que votre démission vous prive de droits 

    A noter que la période retravaillée dans le secteur privé aurait pu faire l'objet d'une indemnisation de la part de Pole emploi si vous n'aviez pas démissionné, avez perdu involontairement votre emploi, totalisiez au moins 6 mois de travail et aviez fait une demande de réintégration qui aurait été refusée 

    là, le fait d'avoir démissionné vous prive de droits mais à l'issue d'un délai de 121 jours suivant votre démission , vous pourriez saisir la commission paritaire de Pole emploi pour demander l'examen de votre demande d'indemnisation qui ne peut porter que sur le contrat de droit privé ;

    Les textes  : Guide_Chomage_2021_WEB.pdf (fonction-publique.gouv.fr)
    Membre

    Le 18-05-2022 à 19:28

    Bonjour,
    Je vous remercie de votre retour rapide et de votre analyse.
    Un sujet pourtant me questionne.
    Dans ma situation, je souhaite retourner dans la FPT et met donc fin à ma disponibilité.
    Etant donné que j'ai une activité dans le cadre de ma disponibilité, le seul moyen d'arrêter cette activité est de démissioner. Je n'avais aucun argument à faire valoir pour négocier une rupture conventionnelle ou me faire licencier.
    Je suppose que c'est le cas pour tous les agents en disponibilité qui souhaitent réintégrer leur FPT.
    Hors , c'est bien ma collectivité qui me prive d'emploi, je n'en suis pas responsable. Et c'est sur ce point que je m'interroge. En quoi ma collectivité ne serait pas responsable de ma perte d'activité à compter de mon arrêté de réintégration dans la FPT ? et donc en quoi elle ne serait pas responsable de mon indemnisation, ma situation antérieure dans le privé n'étant à mon sens en rien en lien avec l'absence de poste à me proposer.
    Cet argument est-il opposable ?


    Moderateur

    Le 19-05-2022 à 08:12

    Il est vrai que le refus de réintégration que vous oppose l'employeur public devrait logiquement conduire l'administration à vous indemniser au titre de l'are (perte involontaire d'emploi )
    mais de ce fait , en appliquant la législation sur l'assurance chomage qui est commune aux salariés du secteur public et ceux du privé , l'administration vous oppose un argument qui est tout autant valable dans le secteur privé 

    Pour neutraliser les effets d'une démission et retrouver des droits à l'assurance chomage, il faut retravailler pendant au moins 65 jours et perdre involontairement le ou les emplois repris, condition que vous ne remplissez pas puisque vous n'avez pas pu retravailler dans la fonction publique 

    Voir page 24 du LIEN :   PRE-CIRC-Circulaire_n_2021-13_du_19_octobre_2021.pdf (unedic.org)

    V
    otre situation est particulière et sort du cadre que l'on rencontre habituellement, ce pourquoi vous pourriez saisir la commission paritaire pour demander l'examen de votre demande d'indemnisation
    Membre

    Le 19-05-2022 à 10:31

    Merci beaucoup de votre retour et de vos conseils précieux.
    0
    + -

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

A voir également

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Fonctionnaire, agent public, contractuel ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Retour en haut de la page