Accueil » Droit du Travail Salarié » Agent public - Contractuel » Forum

Forum Droit du Travail Salarié

Forum Fonctionnaire, agent public, contractuel

Vous avez une question ? Posez-la sur notre forum juridique


Revendication classification supérieure

Visiteur

Le 19-03-2022 à 10:11

Bonjour,
Diplômée d'un Master en 2 en droit , j'occupe depuis septembre 2021 , un poste d'assistante juridique en théorie et de juriste en réalité
Lorsque j'ai postulé , je pensais occuper un poste d'assistant juridique et non de juriste , ce afin d'avoir une expérience en cabinet d'avocats en parallèle de ma prépa avocat
Or dans les faits , je suis juriste et non assistant juridique.
J'ai évidemment pris le soin de conserver toutes les preuves dénotant ma qualité de juriste.  
Je ne peux pas accepter cette malhonnêteté de la part de mon " patron "
J'envisage de le mettre en demeure de régulariser la situation , faute de quoi j'engagerais un contentieux devant les prud'hommes et je démissionnerais
Qu'en pensez vous ?


Merci

Répondre au sujet

Attention : Les réponses apportées ci-dessous peuvent être juridiquement erronées.
Nous vous invitons pour toute question pouvant avoir des répercutions à consulter un Avocat.

Répondre Répondre

  • Moderateur

    Le 19-03-2022 à 10:41

      + 1000 messages


    Bonjour.

    Pas d'emballement...

    Déjà, que dit votre contrat ?

    Si vous pensez qu'il n'est pas respecté vous pouvez effectivement contester auprès de votre employeur.

    Après, faire admettre aux Prud'hommes votre position, je suppose qu'en tant que juriste même assistant vous savez que ça risque d'être compliqué ?

    Pourquoi démissionner ?

    Si vous êtes sur à 100 d'avoir raison, de pouvoir le prouver sans contestation possible et certain d'avoir gain de cause aux Prud'hommes, vous devez prendre acte de la rupture et non démissionner.

    Cdt.
    Visiteur

    Le 19-03-2022 à 11:46

    Le contrat stipule que je suis " assistante juridique " 
    Mon patron ne nie pas la réalité des missions effectuées . Il dit simplement qu'il n'a pas les moyens de me payer comme une juriste et que cela m'est profitable en ce que j'acquiers de l'expérience. 

    Non , ça ne sera pas compliqué puisque j'ai une trace du travail effectué et ledit travail ne relève en rien d'un poste d'assistant juridique .

    Par exemple , je rédige des actes tels que des référés administratifs ( SEULE ) , je donne des conseils juridiques à l'avocat fondateur , je mets en place une stratégie de défense dans chaque dossier confié . Tout ça , je peux le prouver. 

    La prise d'acte n'est pas recommandée dans ma situation. 
    0
    + -
  • Moderateur

    Le 19-03-2022 à 12:49

      + 1000 messages


    Vous avez demandé "qu'en pensez-vous ?".

    Je vous ai donné mon point de vue.

    Pourquoi la prise d'acte n'est-elle pas recommandée ?

    Tant qu'à aller aux Prud'hommes...

    Vous dites "mon employeur ne nie pas la réalité des travaux effectués" donc faites lui un courrier RAR rappelant la situation et ce qu'il vous a répondu et faites lui savoir que vous n'êtes pas en stage d'apprentissage mais en exécution d'un travail constant et sans reproche de qualification supérieure et mettez le en demeure de vous payer correctement.

    Cdt.




    Visiteur

    Le 19-03-2022 à 14:24

    Vous avez donné votre avis sur le bien fondé de ma démarche  sans savoir quelles pièces  j'avais en ma possession afin d'établir la réalité des faits litigieux .
    Si je suis votre logique qui est de rendre la rupture imputable à un manquement de l'employeur , je préfère opter pour une résiliation judiciaire en ce qu'elle permet à la partie déboutée de garder malgré son travail.
    Néanmoins , la résiliation judiciaire implique la continuité du contrat de travail jusqu'à ce qu'il soit statué sur la demande .J'en ai concience et ce délai est d'un moins maximum .
    Or , je ne veux aucune indemnité de lui , si ce n'est qu'il me verse ce qu'il me doit au regard de la réalité des missions exercées .
    Il ne donnera aucune suite à ma lettre .
    Merci d'avoir pris le temps de me répondre
    Bien à vous
    Moderateur

    Le 19-03-2022 à 15:05

    Bonjour,
    "Vous avez donné votre avis sur le bien-fondé de ma démarche  sans savoir quelles pièces  j'avais en ma possession afin d'établir la réalité des faits litigieux ."
    "
    Il ne donnera aucune suite à ma lettre ."

    Il est tellement vrai qu'il est reconnu qu'en droit, quand on ne fait rien, tout se solutionne par miracle !
    Dans tous les cas, si demain vous allez devant le tribunal sans avoir fait le moindre courrier, que répondrez-vous quand le juge patronal vous demandera pourquoi ne pas avoir demandé officiellement (par écrit) à l'employeur une telle requalification avant de venir encombrer son audience?

    En outre, si vous engagez une procédure, le juge pourra constater que vos fonctions excèdent celles prévues au contrat, il pourra réparer le préjudice subi et éventuellement requalifier le contrat.

    Mais au même titre que toute action devant le CPH, vous n'aurez de réponse avant 12 à 18 mois. Sans parler d'appel et d?une éventuelle réaction de l'employeur à la moindre erreur (tout le monde fait des erreurs). ?a, et bien entendu la bonne réputation qu'il se fera de vous faire dans le mieux fermé qu'est celui des praticiens du droit.


    Visiteur

    Le 19-03-2022 à 18:00

    Qui vous dit que je n'ai rien fait ?
    Le sujet a été abordé mainte et mainte fois ...
    Pour en arriver toujours à la même réponse , il n'a pas les moyens de me payer en qualité de juriste
    Evidemment que je vais lui envoyer une mise en demeure avant d'engager une procédure mais cela  restera sans effet ...
    Quant à la réputation , je m'en moque éperduement . Je ne vais pas accepter de me faire pigeonner sans rien dire . Ce n'est pas moi qui doit avoir honte mais bien lui .
    Du coup , vous préconisez de rester dans la phase amiable plutôt que d'aller au contentieux sous prétexte que ca s'annonce chronophage et que je risquerais d'y laisser des plumes .
    Hélàs , ça ne débloquera pas la situation.

    Afficher les 5 commentaires

    0
    + -
  • Vous cherchez un avocat en Droit du Travail pour défendre vos droits ? Faites-vous recontacter par 3 avocats et choisissez celui qui vous convient le mieux ! Envoyez une demande de contact aux avocats en Droit du Travail près de chez vous exerçant en Droit du Travail en quelques secondes, ou appelez le 01 75 75 70 70 du lundi au vendredi de 9h30 à 18h.

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

A voir également

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Fonctionnaire, agent public, contractuel ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Retour en haut de la page