Accueil » Droit du Travail Salarié » Licenciement - Rupture conventionnelle » Forum

Forum Droit du Travail Salarié

Vous avez une question ? Posez-la sur notre forum juridique


entretien préalable en vue dun licenciement disciplinaire

Visiteur

guillaumea 2008-04-11 12:11:06

Bonjour,

J'ai reçu avec l'ensemble de mes collègues un mail de mon patron auquel je n'ai pu rester indifférent:



Je commence à en avoir assez de ces emails de clients qui recoivent des retour ni fait, ni a faire de chez S******.

CA N EST JAMAIS ARRIVE EN 4 ANS et depuis plusieurs mois, ca n’arrete pas.

JE NE VAIS PAS ACCEPTER CA LONGTEMPS

Fini les excuses bidons, faites votre boulot correctement si vous voulez le garder

C***** va aller dès ce soir ou demain réparer ce mécontentement

J’estime le coût de cette intervention à 450 euros .

Ce montant sera RETIRE de l assiette de la commission 3 C du mois en cours
D******, merci de faire le nécessaire.

Je vais mettre une règle en place.

A partit de 2 incidents de ce genre, je supprime purement et simplement la commission 3C du mois en cours, nonobstant le fait que j’en tirerais des conclusions individuelles.

Je vous remercie de prendre ce mail très au sérieux

Merci

EP



Au travail, tout le monde à trouvé ce mail très déplacé, et j'ai été personnellement outré du ton employé et de la menace "faites votre boulot correctement si vous voulez le garder" .

Alors que tout le monde a préféré encaissé et se taire, je me suis permis de lui répondre ceci suite à l'intervention d'un collègue chez le client mécontent. intervention au cours de laquelle il s'est avéré que le client était dans son tort et à présenté ses excuses à mon collègue:



Bonjour E***,

Pour information, le MC en question était bien configuré et d’autre part le client a retrouvé sa housse, il s’en est excusé et j’espère que tu en feras de même. Merci beaucoup pour la crédibilité que tu nous accordes, ça fait plaisir.
Pour ce qui est des excuses bidon (ou pas) des techs, il est clair que le service ne tourne pas bien ou plutôt n’importe comment, que les fichiers Excel (fichiers clients) sont une façon de faire vraiment archaïque, et que tant que l’on aura ce système de fonctionnement, il y aura des erreurs surtout avec les nouveaux …
D’autre part, merci de remettre la cause sur les techs alors que tout vient des origines de l’entreprise et du fonctionnement mis en place à l’époque et des façons de travailler de C*****. Certes tu n’avais pas de soucis lorsqu’il y avait 2-3 techs, mais à priori cette époque est révolue et on n’est pas prêt de ne pas en avoir des erreurs avec les façons de faire que sont celles de S*****.
A bon entendeur…



Pour finir, voici la réponse que j'ai eu la veille de recevoir mon courrier de convocation




Monsieur A*****

Je vous informe que je réserve ma réponse et les suites que j’entends donner à votre réponse qui au-delà d’etre inexacte ou incomplète, me parait extrêmement déplacée, tant sur la forme que sur le ton employé.

Sachez Monsieur A*****, que je ne vous autorise pas me parler ou m’écrire sur ce ton


Dès lors que j'ai reçu cet email j'ai su qu'il y aurait des suites, étant donné que le vouvoiement n'a jamais été de mise dans l'entreprise. J'ai donc reçu en mains propres une lettre de convocation à un entretien préalable en vue d'un licenciement disciplinaire qui aura lieu le 21 avril. Courrier reçu le 10 avril.

Je n'ai pas été informé des faits qui me sont reprochés, mais il est bien stipulé sur le courrier que cette convocation fait suite à des faits graves qui me sont reprochés.
J'aurai aimé savoir si mon patron n'est pas dans l'obligation de me justifier les faits qui me sont reprochés avant cet entretien pour que je puisse préparer mon argumentation? (Il a refusé de me donner cette information lorsqu'il ma remit ce courrier prétextant qu'il ne voulait pas rentrer dans le débat)

D'autre part, je suis intimement persuadé que mon patron n'a rien à me reprocher, et qu'il fait pression pour que je démissionne. si c'était le cas, quel recours j'ai?
Il faut savoir que mon patron est un homme qui impose un certain respect, tant par sa carrure que par la pression psychologique qu'il est capable de mettre, et on le comprend bien à la vue de son mail que nous avons tous reçu. De ce fait je ne peux me faire aider par un collègue car ils craignent tous des retombées par la suite et je me trouve bien embêté... J'ai lu sur le forum qu'il faut noter tous les faits qui pourraient aller dans ce sens, en précisant les témoins présents, mais personne n'osera se mouiller ainsi et je me retrouve en quelque sorte bouc émissaire, et craignant que l'on me pousse à la faute pour avoir quelque chose à me reprocher, ce qui perturbe sérieusement mon moral, mon travail et la motivation que j'avais à effectuer celui-ci.

Je vous remercie pour les réponses que vous m'apporterez et pour le temps que vous passerez à me lire et m'éclairer. Merci d'avance


Guillaume A

Répondre au sujet

Attention : Les réponses apportées ci-dessous peuvent être juridiquement erronées.
Nous vous invitons pour toute question pouvant avoir des répercutions à consulter un Avocat.

Répondre Répondre

  • Membre

    Andjeo Le 15-04-2008 à 11:24

      < 10 messages


    Bonjour,

    J'aurai aimé savoir si mon patron n'est pas dans l'obligation de me justifier les faits qui me sont reprochés avant cet entretien pour que je puisse préparer mon argumentation? (Il a refusé de me donner cette information lorsqu'il ma remit ce courrier prétextant qu'il ne voulait pas rentrer dans le débat)


    Non, seul l'objet (la possibilité d'un licenciement) de l'entretien doit obligatoirement être indiqué dans la lettre.
    D'autres éléments doivent apparaitre également comme la date, le lieu et l'heure de l'entretien, ainsi que la possibilité d'être accompagné.
    Concernant les motifs, ils ne seront exposés que lors de l'entretien.



    D'autre part, je suis intimement persuadé que mon patron n'a rien à me reprocher, et qu'il fait pression pour que je démissionne. si c'était le cas, quel recours j'ai?
    Malheureusement, excepté les Prud'hommes... mais attendez d'être réellement licencié ou que la situation devienne critique. Pour l'instant, rien n'est fait encore, attendez de voir sa réaction.

    Il y a la possibilité sinon d'en référer avant à l'Inspection du Travail qui pourra juger opportun d'aller faire un contrôle. Mais il est très délicat pour l'inspection de faire des enquêtes concernant le harcèlement moral, car le problème ne peut être abordé sans faire nominativement référence à la victime. Donc, si aucune suite n'est donnée, la situation pourra gravement empirer. (je gage que l'employeur risquera d'être fort mécontent de la visite de l'inspection.)
    Cette décision vous appartient.


    J'ai lu sur le forum qu'il faut noter tous les faits qui pourraient aller dans ce sens, en précisant les témoins présents, mais personne n'osera se mouiller ainsi et je me retrouve en quelque sorte bouc émissaire, et craignant que l'on me pousse à la faute pour avoir quelque chose à me reprocher, ce qui perturbe sérieusement mon moral, mon travail et la motivation que j'avais à effectuer celui-ci.

    Le comportement de vos collègues peut être compréhensible.
    Noter tous les faits qui pourraient étayer l'existence de harcèlement est une bonne chose. Mais si vous êtes seul, cela sera sa parole contre la sienne.
    Bien entendu, gardez toutes les traces de vos discussions, mails compris.

    Toutefois, je vous conseille également, lorsque vous estimez que le comportement de votre patron est excessif, de lui écrire ensuite un courrier -avec AR- ou vous relatez la situation telle qu'elle s'est produite, en soulignant bien votre étonnement, votre incompréhension quant à son comportement. Dans le soucis de garder des traces qui pourront servir par la suite de preuves, qu'il réponde ou non à votre courrier.
    Bien entendu, restez toujours courtois, ne soyez jamais aggressif, et insistez bien je le répète sur votre mal-être et votre étonnement devant cette situation.
    0
    + -

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

A voir également

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Licenciement & Rupture conventionnelle ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Retour en haut de la page


© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés