Accueil » Droit du Travail Salarié » Licenciement - Rupture conventionnelle » Forum

Forum Droit du Travail Salarié

Forum Licenciement & Rupture conventionnelle

Vous avez une question ? Posez-la sur notre forum juridique


LICENCIEMENT POUR INAPTITUDE.

Visiteur

Le 28-02-2021 à 16:02

le 28.02.2021.

Bonjour,

je viens vous exposer mon cas qui me semble très particulier et difficilement soluble par mes soins et dans mon état:
J’ai 71 ans (important pour la suite)

Embauché auprès d’une grande Banque depuis août 1974,  j’ai dû cesser mon travail physiquement du jour au lendemain à 56 ans, le 6 janvier 2006 en raison d’une A.L.D. : AFFECTION de longue durée, c’est important à souligner, plutôt que ABSENCE de longue durée que retiennent les Employeurs.

Du jour au lendemain, les ALD n’ont aucune information de la vie de l’Entreprise, et je n’ai eu en 15 ans pas le moindre contact de l’assistante Sociale, L’Employeur a été parfaitement tenu au courant de la situation et m’a laissé croire que je ne faisais plus partie des Effectifs,  dans le contexte manifeste de faiblesse de ma part dû à la maladie, aux traitements de chimiotérapie, anti- dépresseurs et anti-anxyolitiques, et surtout aux traitements morphiniques, qui ne laissent que peu de place aux réflexions et aux démarches.

La situation aurait pu perdurer pendant des années, voire s’éteindre sans que ma famille eût été au courant de la situation réelle.

Devant le silence de l’Entreprise  pendant 14 ans, et persuadé, au cours de ma rémission que je faisais toujours partie du Personnel, (bulletins de salaire négatifs en raison de la mutuelle obligatoire, mais sans accès, car bloqués dans le système intranet,  j’ai dû insister lourdement pendant plusieurs mois pour connaître ma situation officielle.

Ce n’est qu’ à la suite d’un recommandé A.R. que la banque a officialisé, fin 2020,  le fait que je fasse partie des Effectifs. (Et obtenir l’accès à intranet de ma maison pour les bulletins, et mes Droits à DIF refusés catégoriquement pourtant officiellement dans un premier temps).

Elle a ENFIN à ce titre nommé un RH pour évoquer ma sorte des Effectifs en 3 entretiens (décembre 2020 et janvier 2021)  où nous avons évoqué ma situation actuelle, d’abord  médicale, en phase 3 (important pour la suite et les déplacements à venir, et ma disponibilité imprévisible à l’avance, en fonction d’examens et d’hospitalisation imprévue) , puis ma situation professionnelle, en envisageant dès le départ et sans discussion possible, un mise à la retraite à la demande de l’employeur, dont les conditions ne me paraissent pas correspondre à la réalité.
Car au cours des entretiens, j’ai fait part que l’ Etablissement aurait dû me licencier, étant inapte à tout poste de travail, ce qui n’a jamais été constaté par la médecine du travail. Et je pense que le problème vient de là.
Après avoir que j'aie simplement évoqué qu’il suffisait de passer une visite médicale en 2021, pour rattraper le temps perdu, et sans évoquer le moindre préjudice ou retard d’indemnités, le RH
- a timidement évoqué que l’on ne pouvait pas ainsi "déranger" la médecine du Travail.
- a reconnu que l’Etablissement avait manqué  a ses obligations par le passé.
- que le licenciement pout inaptitude était la solution la plus logique à laquelle elle pensait.
Or curieusement, elle me retournait à chaque fois ses propos sur la mise à la retraite, sans développer ce licenciement. Car les indemnités et la fiscalité ne sont pas les mêmes, j’ai bien insisté la dessus, l’article 26 de la convention collective de la Banque est très clair à ce sujet.
il faut noter que ces 3 entretiens préparatoires et mon interlocutrice désignée sont officiels.


Répondre au sujet

Répondre Répondre

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

A voir également

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Licenciement & Rupture conventionnelle ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Retour en haut de la page