Accueil » Droit de la Santé - Droit Médical » Responsabilité du professionnel » Forum

Forum Droit de la Santé

Vous avez une question ? Posez-la sur notre forum juridique


non déclaration des AT pour minimiser ses cotisations employeur

Visiteur

préventeure 2019-05-07 10:34:26

Bonjour,

normalement, una ccident du travail oit être déclaré à la caisse, et cela a des conséquences sur les taux de cotisations de l'employeur. Certaines grandes entreprise propose donc à leurs salariés de ne pas prendre l'arrêt maladie et au salarié d'occuper un poste aménagé.

Est-ce légal ? ou est-ce une tolérance ? 


Répondre au sujet

Attention : les réponses apportées ci-dessous peuvent être juridiquement erronées. Si vous êtes victime d'un litige et avez besoin d'agir immédiatement, vous pouvez résoudre votre litige en ligne ou faire appel à un avocat.

Répondre Répondre

  • Moderateur

    Zen Maritime Le 07-05-2019 à 10:56

      + 1000 messages


    Bonjour,

    Avec aujourd'hui la télétransmission et l'avis d'arrêt de travail en ligne via amelipro, ou via le logiciel de gestion du cabinet, de plus en plus d'arrêts sont connus instantanément de la CPAM.

    cordialement
    zen maritime 
    Membre

    préventeure Le 07-05-2019 à 17:10

    j'ai manqué de précision : quand le salarié va voir l'employeur pour déclarer l'accident de travail, il lui est proposé de ne pas prendre l'arrêt que le médecin va lui donner mais soit de rester chez lui en absence rémunérée, soit venir travailler en poste aménagé;
    Ainsi la visite médicale est une visite simple et l'entreprise ne déclare pas d'accident du travail. 

    je trouve ce procédé étonnant, mais appremment cela se pratique dans les grandes entreprises
    Moderateur

    Zen Maritime Le 07-05-2019 à 19:46

    Re bonjour,

    Ce qui se passe lorsque survient un accident de travail le salarié qui en est victime est censé en informer l'employeur dans la journée où est survenu l'accident, et au plus tard sous 24 heures.

    D'où l'éventualité de plusieurs cas distincts :

    Assez souvent le salarié aura consulté entre-temps un médecin ou se sera rendu dans un service d'urgences. Non seulement parce qu'il en a la nécessité du fait par exemple de blessures, mais aussi parce qu'il en a l'obligation pour faire établir son certificat médical initial AT/MP constatant les blessures et les symptômes. Et si le médecin le juge nécessaire il va alors prescrire en concomitance un arrêt de travail.

    Cela est aujourd'hui rendu possible, comme je vous le disais, par simple connection du professionnel de santé au site amelipro avec sa CPS et la carte Vitale du salarié victime de l'AT. S'il y a eu télétransmission la caisse d'assurance maladie est aussitôt informée.

    Dans cette situation courante où il y a eu consultation médicale le jour même de l'accident et avant que l'employeur n'en ait eu forcément connaissance (délai de 24 heures), je n'imagine pas que l'employeur 'contreviendrait' à l'arrêt de travail dès lors que celui-ci a été prescrit.

    Même sans exiger que le salarié travaille, sans le lui imposer - ce qui est strictement interdit- le seul fait pour l'employeur d'accepter qu'il puisse travailler mettrait l'employeur sévèrement en tort. Et quand bien même le salarié resterait chez lui l'employeur aurait quelque difficulté à justifier dans ce cas la raison de le rémunérer, si ce n'est pour une activité (interdite du fait de l'arrêt de travail et de la suspension consécutive du contrat).

    Le salarié arrêté serait lui aussi fautif, vis-à-vis de la CPAM, et possiblement redevable de pénalités.

    La question que vous posez, me semble-t-il, concerne donc plutôt une autre situation, où l'employeur est informé de l'accident survenu avant même que le salarié n'est encore quitté son travail pour aller consulter ?

    L'idée serait alors de convaincre le salarié s'il va consulter de ne rien relater au médecin du lien qu'il y aurait avec un accident survenu pendant le travail, est-ce cela ? Ce que vous appelez 'visite simple', c'est bien cela ?

    En contrepartie de quoi l'employeur continue à lui verser son plein salaire, quitte à ce que le salarié reste même chez lui en accord avec son employeur.

    L'écueil toutefois, si le salarié est suffisamment informé de ses droits, c'est qu'au titre d'un AT déclaré dans les règles il aurait droit à une prise en charge à 100%. Il aurait droit, moyennant ne serait-ce qu'un seul jour d'arrêt, à une reprise du travail de façon allégée sous forme d'un temps partiel thérapeutique. Il aurait droit selon l'évolution par la suite à la prise en charge d'éventuelles séquelles, peut-être à la détermination d'un certain taux d'incapacité permanente, voire à une rente d'incapacité. Il aurait droit si cela devait aboutir à une inaptitude que le médecin du travail prononce un avis d'inaptitude d'origine professionnelle (AT/MP), et il aurait droit à une indemnité de licenciement doublée ainsi qu'au paiement d'un préavis non effectué...

    Bref, la pratique que vous évoquez si elle a lieu est potentiellement très préjudiciable au salarié victime d'AT.

    cordialement
    zen maritime
     
    Membre

    préventeure Le 08-05-2019 à 16:43

    Merci Zen. J'ai été exposée au deux cas, mais le dernier était bien que le salarié a vu le doc, a eu un arrêt de presrcit mais l'employeur a proposé un poste aménagé.
    Et c'est bien dans l'idée des potentiellles conséquences que cela me pose questions. mais aussi pour les cotisations aux caisses : l'employeur diminue ainsi son accidntologie, ses cotisations, et a moins de risque de controles sur ses actions de préventions (puisqu'il a peu d'accidents déclarés) .

    Afficher les 4 commentaires

    0
    + -

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

A voir également

Retour en haut de la page

Publicité

Autres thèmes associés


© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés