Ajouter aux favoris

Avis des juges du dossier : Droit d'alerte ou droit de retrait : quand et comment l'exercer ?

Agression d'un collègue : ne pas confondre grève et droit de retrait

Le salarié qui se retire d'une situation de danger sur son lieu de travail exerce son droit de retrait. L'employeur ne peut effectuer une retenue de salaire si une telle situation se produit.

Dans une affaire, un salarié, engagé en qualité de conducteur-receveur, refuse de prendre son service le lendemain de l'agression de collègues de travail par des usagers. L'employeur, estimant que le salarié participe à un mouvement de grève illégal, lui retient une journée de salaire. Le salarié saisit le Conseil de prud'hommes pour demander à l'employeur de lui verser le salaire de cette journée.

Les juges constatent qu'il n'était pas établi que le salarié ait participé à une grève.

Les juges estiment que le salarié avait un motif raisonnable de penser que la situation dans laquelle il se trouvait, suite à l'agression de collègues de travail, présentait un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé. Ainsi, les juges condamnent ...




Actualisation

En cas d'usage abusif et injustifié du droit de retrait, le salarié s'expose non seulement à une retenue de salaire, mais aussi à une sanction. Attention donc à utiliser le droit de retrait à bon escient.


Retour au dossier : Droit de retrait & d'alerte au travail : comment les exercer ?


30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés