photo de Rédaction Juritravail

Rédaction Juritravail

Juriste rédacteur web

La Rédaction de Juritravail est composée de juristes titulaires d'un Master II en Droit privé, ayant des spécialités, notamment en Droit du Travail, Droit immobilier, Droit de la Consommation, Droit de la Famille et Droit des Affaires.

139Actualités juridiques

183Dossiers & Modèles

13.541.891Lecteurs


Lettre d'un délégué du personnel contestant son licenciement

Dernère mise à jour : 03 Novembre 2015

Nombre de vues du documents : 1652

Dans quel cas utiliser ce modèle ?

Vous êtes délégué du personnel. Votre employeur vous a licencié sans obtenir d'autorisation administrative de licenciement. 


Vous exigez votre réintégration dans l'entreprise / ou vous demandez une indemnisation.

Ce que dit la loi :

Tous les représentants du personnel (délégués du personnel, membres des comités d'entreprise, des CHSCT, délégués syndicaux, conseillers prud'hommes, etc.) ne peuvent être licenciés sans une autorisation préalable de l'Inspection du travail. 

Cette procédure revêt un caractère d'ordre public, ce qui signifie qu'elle conditionne la validité du licenciement, y compris en présence d'un motif économique. 

Si votre employeur n'a pas sollicité d'autorisation ou veut passer outre un refus d'autorisation, le licenciement est nul. 

Vous pouvez demander :

  • la réintégration dans votre emploi (modèle n°1) La réintégration est de droit car le licenciement est intervenu sans le respect des formalités légales.

Le délai pour demander la réintégration varie selon les circonstances de la rupture du contrat :

- en cas d'annulation ou de retrait de l'autorisation de licencier : la demande doit être effectuée dans un délai de 2 mois à compter de la notification de la décision d'annulation ou retrait (article L2422-1 du Code du travail) ;

- en cas de licenciement prononcé sans autorisation ou malgré le refus de l'inspecteur : aucun délai n'est imparti (Cass. Soc. 11 décembre 2001, n°99-42476).

Le salarié protégé licencié en violation du statut protecteur qui demande sa réintégration avant l'expiration de la période de protection a droit au versement d'une indemnité égale au montant de la rémunération qu'il aurait perçue entre son licenciement et sa réintégration (Cass. Soc., 10 octobre 2006, n°04-47623).

  • une indemnisation (modèle n°2).

Le salarié protégé qui ne demande pas la poursuite de son contrat de travail illégalement rompu a le droit d'obtenir (Cass. Soc. 23 mars 2011, n°09-43145) :

  • l'indemnité due au titre de la méconnaissance du statut protecteur :

Le représentant du personnel a droit à une indemnité pour violation du statut protecteur égale à la rémunération qu'il aurait perçue depuis son éviction jusqu'à l'expiration de la période de protection, dans la limite de deux ans, durée minimale légale de mandat (CE, DP, CHSCT), augmentée de 6 mois, soit limitée à 30 mois de salaire (Cass. Soc. 15 avril 2015, n°13-24182).

Quant au salarié, délégué syndical, qui a été licencié sans autorisation de l'inspecteur du travail, et qui ne demande pas sa réintégration dans l'entreprise, a droit, au titre de la violation du statut protecteur, à une indemnité égale aux salaires qu'il aurait perçu pendant la période légale de protection, soit 12 mois à compter de son éviction de l'entreprise (Cass. Soc. 6 juin 2000, n°98-40387 Cass. Soc. 9 avril 2014, n°12-23105).

Toutefois, selon la Cour de cassation, en cas de demande d'indemnisation pour violation du statut protecteur dans demande de réintégration, fixe une autre alternative. Elle distingue selon le moment de la demande d'indemnisation, le salarié protégé peut soit prétendre (Cass. Soc. 11 juin 2013, n°12-12738) :

- à une indemnité forfaitaire égale au montant des salaires qu'il aurait dû percevoir jusqu'à la fin de sa période de protection, s'il présente sa demande d'indemnisation avant cette date ;

- à une indemnité dont le montant est fixé par le juge en fonction du préjudice subi, lorsqu'il introduit sa demande après l'expiration de sa période de protection sans justifier de motifs qui ne lui soient pas imputables ;

  • les indemnités de rupture (Cass. Soc. 12 juin 2001, n°99-41695),
  • une indemnité réparant l'intégralité du préjudice résultant du caractère illicite du licenciement en toute hypothèse et qui ne peut être inférieure aux salaires des 6 derniers mois (Cass. Soc. 12 décembre 2001, n°99-44167).

Contenu du téléchargement :

Guide d"utilisation & Modèle de lettre (Lettre d'un délégué du personnel contestant son licenciement )


Lettre d'un délégué du personnel contestant son licenciement


Modèle n°1

 

Nom Prénom du délégué

Adresse

 

Fait à ………………………….. , le ……………………..

 

Madame / Monsieur

Nom de l'entreprise 

Adresse

 

Lettre recommandée avec accusé de réception

 

Objet : Demande de réintégration suite à licenciement

 

Madame/Monsieur, 

 

Par courrier du ……… (préciser la date) vous m'avez notifié mon licenciement pour le motif suivant : …….. (indiquer lequel).

Comme vous n'êtes pas sans l'ignorer, ma qualité de délégué du personnel aurait nécessité l'obten...

Modèle de document

Télécharger le modèle de lettre


Format : WORD

Nombre de pages : 2

Professionnel

Particulier

Le petit plus

Si vous avez demandé à votre employeur la réintégration dans votre emploi et si vous vous heurtez à un refus, saisissez le Conseil de prud'hommes et exigez votre réintégration sous astreinte.


Autres documents sur le thème Statut protecteur des Délégués du Personnel :


Nos publications sur le thème Statut protecteur des Délégués du Personnel :

Salariés protégés, connaissez vos droits en 2020 ?

Vous êtes 600.000 salariés protégés dénombrés en 2011 et 20.000 demandes d’autorisation de rupture de vos contrats ont été acceptées à hauteur des 3/4 pour les licenciements et de 95% pour les ruptures conventionnelles par l’Inspection du...

Voir +

Statut protecteur du salarié en cas de candidature aux élections professionnelles

La Cour de cassation apporte des précisions sur le licenciement pour faute grave d'un salarié qui avait informé son employeur de sa candidature aux  prochaines élections professionnelles.

Voir +

Protection d'un candidat aux élections professionnelles

Lorsqu'un salarié bénéficie du statut de salarié protégé, ce qui est notamment le cas lorsqu'il est représentant du personnel, l'employeur a besoin de l'autorisation de l'inspecteur du travail pour le licencier.

Voir +


Les modèles de lettre sur le même sujet :

Voir toutes les modèles de lettre sur le même sujet