illustration logo

Mise en demeure au constructeur/artisan d'intervenir de nouveau suite à des malfaçons, en application de la garantie légale de parfait achèvement

illustration aperçu dossier

1285 utilisateurs ont déjà utilisé ce modèle de lettre

photo de Mathilde Guyban

Rédigé par Mathilde Guyban

Mis à jour le 04 décembre 2020


Ce modèle de lettre : Mise en demeure au constructeur/artisan d'intervenir de nouveau suite à des malfaçons, en application de la garantie légale de parfait achèvement

Vous avez fait construire une maison, ou avez réalisé des travaux de construction (agrandissement d'une pièce, réfection de toiture, construction d'une terrasse, etc.) et signé le procès-verbal de réception. Moins d'un an plus tard, vous avez découvert des malfaçons et souhaitez que l'artisan intervienne de nouveau sans coût supplémentaire.


Vous avez tenté à plusieurs reprises de le relancer par téléphone, en vain. 

Rassurez-vous, votre entrepreneur a l'obligation de...

Lire la suite

Vous avez fait construire une maison, ou avez réalisé des travaux de construction (agrandissement d'une pièce, réfection de toiture, construction d'une terrasse, etc.) et signé le procès-verbal de réception. Moins d'un an plus tard, vous avez découvert des malfaçons et souhaitez que l'artisan intervienne de nouveau sans coût supplémentaire.


Vous avez tenté à plusieurs reprises de le relancer par téléphone, en vain. 

Rassurez-vous, votre entrepreneur a l'obligation de garantir les travaux effectués. Vous pouvez donc exiger qu'il répare les malfaçons constatées et notifiées au cours de la première année suivant l'achèvement des travaux. 


3,60€ TTC

photo de Mathilde Guyban

Rédigé par Mathilde Guyban

Mis à jour le 04 décembre 2020


La recommandation de l'auteur

Pour des raisons de preuve, vous pouvez envoyer votre courrier en recommandé avec accusé de réception.

Vous pouvez joindre à votre courrier des photos, ainsi que tous les éléments de preuve à votre disposition.

Si vous n'obtenez pas satisfaction, vous pouvez toujours porter votre affaire devant la juridiction compétente.


Ce que dit la loi

Une fois terminés, les travaux doivent correspondre à ce qui avait été initialement prévu dans le contrat (projet de construction ou travaux de rénovation) et ce, conformément aux articles 1103 et 1231-1 du Code civil.


En cas de découverte de malfaçons ultérieures dans un délai d'un an à compter de la réception des travaux, l'artisan doit intervenir de nouveau, sans vous demander le paiement de frais supplémentaires.


Les malfaçons constatées, si elles n'ont pas été mentionnées dans le procès-verbal de réception, doivent être notifiées à l'artisan par courrier en recommandé avec accusé de réception (article 1792-6 du Code civil).


Si l'artisan ne vous répond pas ou refuse d'intervenir, sa responsabilité contractuelle est engagée (articles 1217 et 1231-1 du Code civil) et vous pourrez saisir la juridiction compétente pour obtenir gain de cause.


illustration-question-juridique

Une question vous trotte dans la tête ?

Testez gratuitement notre abonnement en posant votre question
à nos juristes. On vous répond en moins de 48 h !

Pour aller plus loin

illustration-abonnement

Grâce à l'abonnement Juritravail, accédez à tous les documents du site en libre accès et à jour des dernières réformes

Découvrir nos abonnements

Testez notre solution gratuitement

Nos actualités sur le thème Certificats et Garanties : diagnostic technique, parfait achèvement, décennale, assurance, déclaration de sinistre

Par Vianney Ley le 14/10/2021 • 2035 vues

L’article « Garantie décennale et responsabilités en droit de la construction » détaille les fondements principaux d’action ouverts aux propriétaires et maître d’ouvrage.


Par URBANLAW AVOCATS CAZAMAJOUR le 14/05/2021 • 1576 vues

Des particuliers avaient confié à une société la construction d’une maison à usage d’habitat...


Par URBANLAW AVOCATS CAZAMAJOUR le 31/03/2021 • 843 vues

Des particuliers avaient conclu un contrat de construction de maison individuelle (CCMI) avec fou...


Par Marine Venin le 09/10/2020 • 830 vues

Dommages aux existants : l'assureur ne doit sa garantie que si l'ouvrage existant est totalement ...


Voir toutes les actualités
illustration-question

Une question  ?

Appelez-nous gratuitement au 01 75 75 36 00


20 ans que l’on accompagne
les professionnels

Une équipe de 50 juristes
bac +5 et 700 avocats

Tous les droits adressés : droit social, droit fiscal, droit des sociétés...

+ 3 000 abonnés pros qui utilisent nos services

Ils partagent leurs expériences