BASSON-LARBI LA VOIX DE VOS DROITS Le blog de Maître Jean-Christophe BASSON-LARBI, Avocat fondateur du Cabinet JCBL Avocats

Accueil » Actualité juridique » Maître Jean-Christophe BASSON-LARBI » Actualité » Un tiers peut être responsable de la rupture fautive de relations commerciales!

Un tiers peut être responsable de la rupture fautive de relations commerciales!

Par Maître Jean-Christophe BASSON-LARBI | 27-10-2015 | 1 commentaires | 836 vues


Dans cet arrêt qui intéresse le droit des affaires et en particulier le droit des contrats et de la distribution automobile, la chambre commerciale confirme la condamnation de RENAULT à prendre en charge le préjudice subi par un agent-relais de la marque dont le contrat avec un concessionnaire exclusif RENAULT avait été rompu en raison du refus de l’agent-relais d’appliquer un changement de politique commerciale du constructeur.

 Le constructeur automobile, qui cumulait - de fait - un système de distribution sélective et de concession exclusive - pourtant interdit par la réglementation européenne alors applicable (Règlement CE 1400/2002 de la Commission du 31 juillet 2002 en vigueur jusqu’au 1er juin 2010) - est condamné à réparer le préjudice subi par un agent-relais du fait de la rupture abusive de son contrat par le concessionnaire exclusif de la marque, considérée comme étant à l’origine de la mise en œuvre de la rupture.

 La Cour de cassation confirme le raisonnement de la Cour d’Appel de PARIS selon lequel «l’organisation du système mis en place par la Renault tendait à rétablir le cumul » des systèmes de distribution sélective et de concession exclusive » prohibé par le règlement n° 1400/2002 du 31 juillet 2002 sur la distribution automobile car, de fait, « l’agent relais n’a(vait) pas le choix de son concessionnaire de rattachement () à peine d’exclusion du réseau Renault», ce qui justifiait in fine la condamnation de RENAULT à supporter la charge définitive des condamnations in solidum prononcées contre lui et son concessionnaire exclusif.

RENAULT est donc tenu, au titre de sa responsabilité délictuelle, de réparer le préjudice né de la résiliation fautive d’un contrat dit d’agent-relais par l’un de ses concessionnaires exclusifs.

 

Par Jean-Christophe BASSON-LARBI

Avocat au barreau de Paris

 

Source : 

Com. 6 oct. 2015, F-P+B, n° 13-28.212

Contactez le Cabinet JCBL Avocats

Vos Réactions Réagir

  • Membre

    Samantha59 Le 09-11-2015 à 10:22

      + 10 messages


    Voilà deux articles intéressants concernant les baux commerciaux
    http://www.avocat-hupin.com/avocat-droit-commercial.php
    http://droit-finances.commentcamarche.net/contents/1240-bail-commercial-le-statut-des-baux-commerciaux 

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com




L'info vient à vous
Recevez gratuitement l'essentiel de l'actualité juridique de la semaine
Je m'inscris Ou je me connecte à mon compte