-

Vous êtes abonné ? identifiez-vous pour accéder à l'ensemble de nos contenus

photo de Aleksandra Lamothe

Ce dossier : 

Liberté d'expression et injures : mes droits & obligations

a été rédigé par Aleksandra Lamothe, Juriste

Droit du Travail Salarié

Particulier

Rédigé par Aleksandra Lamothe - Mis à jour le 17 Avril 2020

*Conformément aux dispositions du code de la consommation, on entend par professionnel : toute personne physique ou morale, publique ou privée, qui agit à des fins entrant dans le cadre de son activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole, y compris lorsqu'elle agit au nom ou pour le compte d'un autre professionnel.

Le Code du travail prévoit que l'employeur ne peut apporter aux droits et libertés individuelles et collectives, aucune restriction qui ne serait justifiée par la nature de la tâche à accomplir, ni proportionnée au but recherché. Néanmoins, l'usage de la liberté d'expression au sein de l'entreprise n'est pas sans limite.

Ainsi, le salarié est tenu d'exécuter son contrat de travail de bonne foi. Cela se traduit par un devoir général de loyauté, et une obligation de discrétion lui interdisant de divulguer des informations confidentielles, à l'intérieur  comme à l'extérieur de l'entreprise.

Qu'en est-il de votre liberté d'expression ? Dans quels cas votre employeur a-t-il le droit de la limiter ? Pouvez-vous être licencié pour avoir injurié un client, votre supérieur hiérarchique ?

Vous trouverez dans ce dossier les réponses à vos questions.

*Conformément aux dispositions du code de la consommation, on entend par professionnel : toute personne physique ou morale, publique ou privée, qui agit à des fins entrant dans le cadre de son activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole, y compris lorsqu'elle agit au nom ou pour le compte d'un autre professionnel.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Droit du Travail Salarié

Particulier


Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Injures
  • Liberté expression
  • Faute grave
  • Licenciement
  • Loyauté

Plan détaillé du dossier

Nos dossiers sont composés de plusieurs questions essentielles. Il s'agit des questions les plus fréquemment posées sur le thème du dossier. Nos juristes répondent à ces questions de manière précise et succincte pour vous faciliter la compréhension du droit.

23 Questions Essentielles

  • En tant que salarié puis-je bénéficier de ma liberté d’expression au sein de l’entreprise ?

  • Quelles sont les limites à ma liberté d’expression au sein de l’entreprise ?

  • Puis-je passer et recevoir des appels téléphoniques personnels sur mon lieu de travail ?

  • En tant que salarié puis-je m’exprimer sur l’organisation et le fonctionnement de l’entreprise qui m’emploie, sur internet (blog, facebook, twitter) ?

  • Quand l’abus dans la liberté d’expression est-il caractérisé ?

  • Divulguer des informations sur mon employeur aux clients constitue-t-il un motif de licenciement ?

  • J’ai insulté un client, puis-je être licencié ?

  • Dans quels cas le juge a-t-il reconnu que le fait d’insulter son supérieur hiérarchique constituait une faute grave ?

  • J’ai insulté mon supérieur hiérarchique, vais-je être licencié ?

  • Dans quels cas le juge n’a-t-il pas reconnu de faute grave pour avoir insulté son supérieur ?

  • Dans quels cas le fait d’insulter un autre salarié a été reconnu comme une faute grave ?

  • Le fait d’injurier mon employeur constitue-t-il un abus de ma liberté d’expression justifiant mon licenciement ?

  • Le fait d’exprimer mon mécontentement relativement à mes conditions de travail caractérise-t-il un abus de l’exercice de ma liberté d’expression ?

  • Le fait d’exprimer mon mécontentement en participant à un mouvement de grève peut-il justifier mon licenciement ?

  • Le fait de démarcher des clients de mon employeur afin de les conduire à traiter avec un concurrent est-il un abus de ma liberté d’expression justifiant mon licenciement ?

  • Une dispute conjugale sur mon lieu de travail peut-elle justifier mon licenciement ?

  • Le fait d’exprimer à mon employeur mon refus de porter la jupe imposée constitue-t-il un abus de liberté justifiant mon licenciement ?

  • Le fait de tenir publiquement par imprudence des propos dénigrants relativement à l’organisation et à la situation de l’entreprise peut-il justifier mon licenciement ?

  • Le fait de dénigrer volontairement son employeur en faisant état de son insuffisance professionnelle en présence de membre du personnel ou de tiers justifie-t-il mon licenciement ?

  • Qu’est-ce-que le droit d’expression dans l’entreprise ?

  • Quelle est la liberté d’expression du salarié ?

  • La liberté d’expression d’un salarié peut-elle être restreinte par l’employeur ?

  • Dans quels cas les juges ont-ils considéré que le salarié ne dépassait pas sa liberté d’expression ?


Ce dossier contient également


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Comme indiqué ci-dessus, votre employeur ne peut apporter à vos droits et à vos libertés individuelles et collectives des restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de votre tâche, ni proportionnées au but recherché. Néanmoins, un usage abusif de votre liberté d'expression pourra toujours être sanctionné

Ce que contient ce dossier :

Ce dossier met en lumière chacun des points indispensables de la liberté d’expression et des injures : 

  • les limites à votre liberté d’expression au sein de votre entreprise ;

  • la divulgation d'informations sur l’organisation et le fonctionnement de l’entreprise via les réseaux sociaux ;

  • les cas où l’insulte peut justifier d’un licenciement ;

  • le dénigrement volontaire de son employeur en présence de membre du personnel et le licenciement ; 

  • la reconnaissance par le juge de la faute grave lors d’insulte de son supérieur hiérarchique.


La question du moment

J’ai insulté un client, puis-je être licencié ?

En principe les insultes envers des clients constituent une faute pouvant justifier un licenciement.

Par exemple, les juges ont estimé que constituent une cause réelle et sérieuse les mots déplacés et outrageants d'un chauffeur livreur à l'égard du chef de fabrication d'une entreprise cliente (1). Constitue également une faute grave le fait pour un chef d'équipe d'avoir insulté un client et de lui avoir indiqué d'aller se servir ailleurs (2).


N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat


Le mot de l'auteur

VRAI/FAUX : pouvez-vous insulter votre employeur en toute impunité ? Le droit et la pratique divergent ! La jurisprudence est également floue en la matière : les circonstances pourront excuser des grossièretés tandis ce que d'autres pourront les aggraver.

2

Articles publiés

15

Documents rédigés


Les dernières actualités sur cette thématique

Est-ce que je peux insulter mon patron sans être licencié ?

Sous le coup de la colère ou de l'émotion, vous avez récemment tenu des propos injurieux à l'égard de votre patron. Avec le recul vous regrettez d'avoir eu de tels propos et craigniez qu'il ne prononce une sanction disciplinaire à votre encontre,...

Voir +

Salariés: les réseaux sociaux vous surveillent et ne vous lâchent pas le slip !

En 2010, j’avais déjà publié un billet intitulé : “Facebook: le meilleur ami de l’employeur”. Les réseaux sociaux étaient moins utilisés qu’aujourd’hui, tout le monde ou presque s’inscrivait  sur Facebook....

Voir +

Les licenciements Facebook

A l’heure de la Ligue du LOL et du cyberharcèlement, le régime de la liberté d’expression du salarié sur les réseaux sociaux s’affine. La Cour de cassation précise ainsi peu à peu sa jurisprudence notamment par une décision du 12...

Voir +

Les autres dossiers sur le même thème