Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accorder, reporter ou refuser un congé pour création d'entreprise

Aperçu du dossier Voir un aperçu

Garanti à jour - Rédigé par des juristes

Un de vos salariés souhaite tenter l’expérience de créer ou reprendre une entreprise tout en conservant son poste. Pour ce faire, il vous demande un congé ou un passage à temps partiel. Il s’agit d’un congé pour création ou reprise d’entreprise. Vous souhaitez accepter, refuser ou reporter sa demande. Voici toutes les informations à connaître avant de formuler votre réponse.

💡Attention : à compter de la présentation de la demande par votre salarié, vous disposez de 30 jours pour lui faire part de votre décision.


Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Congé pour création ou reprise d’entreprise
  • Création ou reprise d’entreprise
  • Congé sans solde
  • Droit de retour
  • Temps partiel pour création ou reprise d’entreprise
  • Démission
  • Jeune entreprise innovante

Plan détaillé du dossier

10 Questions Essentielles

  • Quel salarié est éligible au bénéfice du congé pour création ou reprise d'entreprise ?

  • Quel formalisme le salarié doit-il respecter pour formuler sa demande de congé pour création ou reprise d’entreprise ?

  • Est-il possible de différer le départ en congé pour création ou reprise d’entreprise de son salarié ?

  • Est-il possible de refuser le départ en congé pour création ou reprise d’entreprise de son salarié ?

  • Quel formalisme doit respecter la réponse de l’employeur ?

  • Le statut du salarié en congé pour création ou reprise d’entreprise

  • Les conditions et le bénéfice du congé à temps partiel pour création ou reprise d’entreprise

  • Quelles sont les conséquences de l’issue du congé ?

  • Un retour anticipé du salarié est-il possible ?

Voir les autres questions essentielles

1 Fiche(s) express

  • Accorder, reporter ou refuser un congé pour création ou reprise d’entreprise

2 Modèle(s) de Lettre(s)

  • Acceptation d'un congé pour création d'entreprise

  • Refus d'une demande de congé pour création d'entreprise

4 Avis des juges

  • La fixation de la période de congé pour la création d'une entreprise

  • Le licenciement d’un salarié pour l’exercice d’une activité salariée lors de son congé pour création d’entreprise.

  • La réintégration du salarié à l’issue de son congé pour la création d’entreprise.

  • Le respect d’un délai de trois mois pour être réemployé au terme du congé de création d’entreprise.


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Un de vos salariés souhaite prendre un congé pour création ou reprise d’entreprise ou encore pour un poste de direction au sein d’une entreprise répondant aux critères de jeune entreprise innovante. Ou bien, un de vos salariés sollicite un passage à temps partiel à ce titre. 

Vous souhaitez savoir quels salariés sont éligibles à ce dispositif ? Quelles sont les conséquences d’un tel congé ou passage à temps partiel ? Combien de temps dure ce congé ? Etes-vous obligé de répondre favorablement à sa demande ? Pouvez-vous la refuser ou reporter sa prise d’effet ? Si oui, dans quelle mesure et pour quels motifs ?

Vous souhaitez savoir quels sont les droits d’un salarié en congé pour création d’entreprise ? Quels sont vos droits et obligations ? Votre salarié peut-il s’opposer à votre décision ? Peut-il demander une prolongation de la durée du congé ? Que se passe-t-il à la fin du congé ?

Notre dossier vous accompagne afin de prendre votre décision en toute connaissance de cause.  

Contenu du dossier :

Ce dossier aborde les notions suivantes :

  • les salariés éligibles au bénéfice du congé ou de la réduction du temps de travail ;

  • le formalisme de la demande et de la réponse ;

  • la prolongation du congé ;

  • les cas de refus ou de report ;

  • le statut du salarié pendant le congé et ses obligations ;

  • la fin du congé ;

  • etc.

Télécharger le dossier


N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat

Télécharger le dossier


Les dernières actualités sur cette thématique

Accepter une demande de congé sans solde : mode d'emploi

Un salarié vous demande un congé sans solde. Ce congé permet au salarié d'arrêter de travailler pendant une période donnée, sans être rémunéré. Mise au point sur vos...

Voir +

Les auto-entrepreneurs soumis à la taxe professionnelle

Depuis novembre 2010, les auto-entrepreneurs sont soumis à la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE), anciennement appelée taxe professionnelle. Le montant

Voir +

Interruption de carrière professionnelle

Environ 61 % des salariés des entreprises du secteur concurrentiel comptant au moins dix salariés en 2006 ont connu au moins

Voir +


La question du moment

Quel formalisme le salarié doit-il respecter pour formuler sa demande de congé pour création ou reprise d’entreprise ?

Le salarié doit formuler sa demande par tout moyen conférant date certaine, par exemple par lettre recommandée avec accusé de réception. Elle doit être reçue au moins 2 mois avant le début prévu pour le congé (1).

La lettre doit contenir (1) :

  • la date à laquelle le salarié souhaite partir en congé ;

  • la durée envisagée du congé ;

  • la date  de retour du salarié ;

  • l'activité de l'entreprise qu'il prévoit de créer ou de reprendre ou de l'entreprise répondant aux critères de jeune entreprise innovante dans laquelle il prévoit d'exercer des responsabilités de direction.

Dans l'hypothèse où le salarié souhaite prolonger son congé, la demande de prolongation doit respecter le même formalisme. L'employeur est informé de la demande de prolongation au moins 2 mois avant le terme du congé initial (2).

Un accord d'entreprise, ou à défaut un accord de branche, de modifier les modalités d'information de l'employeur ainsi que les conditions et délais de la demande de prolongation (3).

L'employeur doit répondre dans un délai de 30 jours à compter de la présentation de la demande du salarié, pour accepter, reporter ou refuser le congé. L'absence de réponse dans ce délai équivaut à une acceptation tacite (4).


Les autres dossiers sur le même thème


© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés