Exception

Définition du terme Exception

Lorsque, par exemple, au motif qu'il n'a pas reçu l'acompte promis, le vendeur refuse de livrer à l'acheteur la marchandise qu'il lui a vendue, on dit qu'il "excipe" du non-accomplissement d'une des obligations mise à la charge de son co-contractant. "Exciper", "soulever une exception" ou "opposer une exception" sont des expressions équivalentes. L'exception est donc un moyen de défense par lequel une des parties paralyse la prétention de son adversaire.

Cette paralysie peut être provisoire, comme le fait d'exciper du délai pour faire inventaire ou le fait d'exciper de la nécessité de renvoyer la cause pour permettre à celle des parties qui s'en prévaut, d'introduire une procédure d'appel en garantie. Dans ces hypothèses, l'exception a pour seul effet de suspendre le procès. En revanche, dans certains cas, soit quelle ait pour objet de contester la validité de la procédure soit quelle porte sur le fond du droit, l'exception tend alors à mettre fin au litige.

L'exception porte sur la nullité de la procédure lorsque, par exemple, la citation est périmée. Elle concerne le fond du droit si le défendeur qui a été assigné en paiement, excipe de l'absence de lien de droit avec le demandeur ou oppose le paiement de la dette.

Le Code de procédure civile distingue :

  • les exceptions d'incompétence; (art. 75 à 99),
  • les exceptions de litispendance et de connexité (art. 100 à 107).,
  • les exceptions dilatoires (art. 108 à 111).,
  • les exceptions de nullité (art. 112 à 121), en séparant d'une part les nullités encourues pour vice de forme et les nullités des actes pour irrégularité de fonds.

    Afin d'éviter que le moyen ne soit qu'un procédé dilatoire, les exceptions de nullité pour vice de forme doivent être soulevées "in limine litis" c'est à dire avant toute défense au fond. Ainsi, lorsque le procès a été introduit par une personne sans qualités, lorsque la créance ou l'action est prescrite, lorsque le demandeur ne justifie d'aucun intérêt à agir, ou encore lorsque l'instance a été engagée hors des délais légaux, il s'agit alors d'une "fin de non-recevoir". La "fin de non-recevoir" se distingue de l'exception de nullité en ce qu'elle suit le régime des exceptions de fond et que si les exceptions de procédure doivent être soulevées "in limine litis", en revanche, les fins de non recevoir peuvent être invoquées en tout état de cause (Cour de cassation -3e chambre civile, 21 juin 2006 - N° de pourvoi : 05-13028 et 2e Chambre civile 24 janvier 2008(les deux arrêt sont publiés sur le site de Legifrance).

  • La Loi constitutionnelle 2008-724 du 23 juillet 2008 a institué l'exception d'inconstitutionnalité des dispositions législatives.
  • Texte tiré du site « www.dictionnaire-juridique.com » avec l'autorisation des auteurs

    © Serge Braudo , Conseiller honoraire à la Cour d'appel de Versailles

    et Alexis Baumann, avocat au barreau de Paris

    Textes :

  • CPC art. 73 et s., 95 et s, 100 et s., 771. 1038.
  • La Loi constitutionnelle 2008-724 du 23 juillet 2008.
  • Bibliographie :

  • Blanc, Les exceptions d'incompétence au cas où l'exception est soulevée par les parties, Gaz. Pal. 1976, 2, Doct. 463.
  • Commission de méthodologie de la Cour de cassation : L'effet dévolutif de l'appel et l'évocation, BICC n°620 du 1er juin 2005.
  • Gautier (P-Y), observations sous 1re Civ., 13 février 2007, Bull. 2007, I, n° 57, Rev. trim. de droit civil, juillet-septembre 2007, n° 3, p. 585-587. (Exception de nullité - Recevabilité - Condition)
  • Guinchard (S.), Droit et pratique de la procédure civile : intérêt à agir, compétence, actes de procédure, aide juridique, procès équitable, référé, mise en état, incidents de procédure, jugement, voies de recours, frais de justice, Collection : Dalloz action, Paris, Dalloz, 1999,
  • Giverdon, La procédure de règlement des exceptions d'incompétence..., D. 1973, Chr. 155.
  • Malecki (C.), L'exception d'inexécution, Paris, L. G. D. J, 1999.
  • Meunier, Les exceptions d'incompétence après le décret du 20 juil. 1972, D. 1974, Chr. 213.
  • Paris (F.), Le Juge et la clause d'exception, Paris, édité par l'auteur, 1998.
  • Vos Questions - Nos réponses

    A voir également

    A la Une

    Actualité

    Top dossiers sur le sujet

    20 ans que l’on accompagne
    les professionnels

    Une équipe de 50 juristes
    bac +5 et 700 avocats

    Tous les droits adressés : droit social, droit fiscal, droit des sociétés...

    + 3 000 abonnés pros qui utilisent nos services

    Ils partagent leurs expériences