Acceptation

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Acceptation

L'acceptation est le fait par une personne de déclarer souscrire à l'offre d'engagement qui lui est proposée : elle constitue la marque apparente du consentement. L'acceptation peut être expresse ou tacite.

La preuve de l'acceptation tacite peut résulter des circonstances. Par exemple dans le cas du mandat, la preuve que le mandataire a accepté sa mission peut être tirée de ce que le mandataire a réalisé des actes entrant dans le champ du mandat qui lui a été confié. Entre époux, l'admission du caractère tacite du mandat et donc de son acceptation résulte de la Loi mais, à défaut d'un écrit cette acceptation est censée être limitée aux actes d'administration et de gérance. Lorsque l'acceptation de la personne engagée intervient a posteriori, par exemple dans le cas de la gestion d'affaires, l'acceptation prend le nom de "ratification".

L'acceptation tacite est cependant exclue dans certains cas. Ainsi, en droit cambiaire, l'acceptation d'une lettre de change, pour être valable, ne peut que résulter d'une mention expresse portée sur le titre. De même, en matière de cession de créance, l'acceptation par le débiteur cédé ne peut résulter que d'un acte ayant acquis date certaine.

L'acceptation du bénéficiaire d'une prestation n'est pas néssairement suffisante à la formation d'une convention ou à la transmission d'un pouvoir ou d'un droit. Ainsi pour les donations faites à des établissements publics, l'acceptation n'est valable que si elle a été préalablement autorisée par décret. Dans les engagements dits "unilatéraux" l'acceptation doit être rédigée en respectant un certain formalisme, voir par exemple, les articles L313-7 et suivants du Code de la consommation relatif au cautionnement civil destiné à garantir le remboursement d'un prêt souscrit dans le cadre d'une opération de crédit relevant de ce Code.

Enfin si l'acceptation pure et simple crée un engagement définitif et irrévocable, en revanche, dans le domaine du droit successoral les héritiers qui ne sont pas tenus d'accepter la succession qui leur est dévolue;, ont la possibilité de ne l'accepter que "sous bénéfice d'inventaire". Dans ce cas, un notaire dresse un document établissant la composition et l'évaluation des biens et des créances portées à l'actif et au passif de la succession. Ce bilan fait alors apparaître un solde. La constatation que la succession est ou n'est pas bénéficiaire permet alors aux héritiers de choisir entre, soit s'engager à en régler les dettes soit de choisir de renoncer au droit de succéder. Dans ce dernier cas, ils ne seront pas tenus au passif successoral.

L'acceptation sous bénéfice d'inventaire n'est généralement qu'une simple faculté pour l'adulte qui est jugé suffisamment responsable pour apprécier lui-même quel est son intérêt. En revanche, lorsqu'il s'agit de l'acceptation d'une succession dévolue à un mineur, l'acceptation ne peut avoir lieu que sous bénéfice d'inventaire. La succession dévolue au mineur ne sera acceptée purement et simplement (sans faire inventaire), que si, au vu des informations qui sont reunies par le notaire chargé de la liquidation et du partage de la succession sous la forme d'un état succinct, le juge des tutelles estime que cette acceptation donnée sans inventaire préalable ne risque pas d'être préjudiciable aux intérêts du mineur.

Enfin les dispositions successorales contenues dans la Loi n° 2001-1135 du 3 décembre 2001 précise que l'affirmation, signée du ou des ayants droit, qui sollicitent le délivrance d'un acte de notoriété, de ce qu'ils ont vocation à receuillir la succession de leur auteur, n'emporte pas, par elle-même, acceptation de la succession.



Textes :

  • C. Civ. art. 233.
  • C. consom. art L313-7 et s.
  • C. Com. art. L511-15, L511-39, L511-66, D-L 30 oct. 1935 (chèques) art. 4.
  • C. civil art. 1109, 1257, 1261, 1690, 1985.
  • C. civ. art. 461, 730-2 (loi nouvelle n° 2001-1135 du 3 décembre 2001), 774, 776, 778, 793, 932 et s.


  • Bibliographie :

  • Aubert (JL), Le contrat, ed. Dalloz.
  • Dagot, note sous Cass. Civ. I, 12 oct. 1969, JCP, 1970, II, 16235.
  • Dagot, note sous, Cass. civ. I, 2 juin 1970, JCP 1972, II, 17095.
  • Lazergues (Ch.), Les mandats tacites, Rev. tr. dr. civ., 1975, 222.
  • Patarin, note sous Paris 24 avr. 1964, JCP 1964, II, 13812.
  • Pignarre (G.), Les mésaventure du divorce accepté, Rev. trim. dr. civ. 1980, 690.
  • Schmidt-Szalewski, note sous Cass. Civ III, 2 mai 1978, D. 1979, 317.
  • Texte tiré du site « www.dictionnaire-juridique.com » avec l'autorisation des auteurs
    © Serge Braudo , Conseiller honoraire à la Cour d'appel de Versailles
    et Alexis Baumann, avocat au barreau de Paris

    Vos Questions - Nos réponses

    Qui peut m'assister lors de l'entretien préalable ?
    La lettre de licenciement est-elle obligatoire et quelle est son importance ?
    Comment savoir si la procédure de licenciement a été respectée ?
    Un employé de maison peut-il être licencié ?
    A quelles conditions mon licenciement est-il régulier?
    Quels sont les licenciements interdits par la loi ?
    Licenciement pour faute : de quoi s'agit-il ?
    Qu'est-ce qu'une faute grave ?
    Quelles sont les conséquences de la faute grave sur l'exécution du contrat de travail ?
    Quelles conséquences la faute lourde a-t-elle sur le contrat de travail ?



    A voir également

    Démissionner, Prise d'acte
    Congés payés & spéciaux
    Chômage - Pôle Emploi
    Salaire & Rémunération 2019
    Temps de Travail



    A la Une

    Régime matrimonial : la communauté universelle
    Une atteinte grave à la copropriété justifie la démolition d’une construction illégale
    PSE : demande de communication de documents auprès de l'employeur par l'expert-comptable ...
    Cahier des charges de lotissement : peut-on neutraliser une clause restrictive ?
    Permis de construire de régularisation : c'est possible.



    Actualite

    Retraite : le cumul emploi / retraite
    La démission forcée
    Maladie et arrêt de travail : la visite de reprise
    Epargne salariale
    Sanction
    Les institutions représentatives du personnel
    Licenciement et procédure
    La clause de mobilité
    Licenciement économique et contestation du plan de sauvegarde de l'emploi (ex plan social)
    Le licenciement d'un salarié absent pour maladie



    30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


    © 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés