Filiation

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Filiation

Le mot "filiation" désigne le rapport de famille qui lie un individu à une ou plusieurs personnes dont il est issu. La Loi organise le régime de la preuve du lien familial. Dans le cas de la filiation légitime, ce lien se forme du seul fait du mariage des parents et, dans le cas de filiation naturelle, il s'établit avec celui ou ceux des parents qui ont "Legifrance", le Décret n° 2003-671 du 21 juillet 2003 pris pour l'application de l'article L. 147-11 du code de l'action sociale et des familles qui est relatif aux conditions de traitement et de conservation par le Conseil national pour l'accès aux origines personnelles des informations et des renseignements nécessaires à l'accès aux origines personnelles. La loi du 22 juillet 1922 supprimant dans les actes de naissance des enfants naturels les mentions relatives au père ou à la mère, lorsque ceux-ci sont inconnus ou non dénommés a été abrogée par la Loi 2007-1787 du 20 décembre 2007 sur le simplification du Droit.

La preuve de la filiation biologique peut résulter de l'analyse des sangs. Le problème est de savoir dans quelle mesure le Tribunal saisi d'une instance tendant à l'établissement d'un lien de filiation, a la faculté ou l'obligation de l'ordonner lorsqu'il en est requis par le demandeur à l'action. Dans un arrêt de la Première Chambre, (Cass. 1re civ., 14 juin 2005 : Juris-Data n° 2005-028913) la Cour de cassation estimant que l'expertise biologique était de droit en matière de filiation, sauf s'il existait un motif légitime de ne pas y procéder, a jugé qu'avait violé les articles 340, 311-12 du Code civil et l'article 146 du nouveau Code de procédure civile, l'arrêt d'une Cour d'appel qui, pour débouter l'enfant de son action en recherche de paternité intentée à sa majorité et de sa demande d'expertise biologique, avait énoncé que c'était à tort que les premiers juges avaient ordonné l'examen comparé des sangs à titre de preuve au motif qu'aucun indice grave ou présomption n'avait été rapporté. Dans le même sens consulter l'arrêt de la deuxième Chambre civile du 14 juin 2006 (BICC n° 648 du 15 octobre 2006) et l'arrêt de l'Assemblée Plénière du. 23 novembre 2007 (BICC n°678 du 15 mars 2008) qui rappelle que l'expertise biologique est de droit en matière de filiation, sauf s';il existe un motif légitime de ne pas y procéder. et que, viole les articles 327 (anciennement 340) et 311-12 (depuis abrogé) du code civil, ensemble l'article 146 du nouveau code de procédure civile, la Cour d'appel qui, pour rejeter une action tendant à l'expertise biologique, retient qu'une telle demande n'est recevable que s'il a été recueilli au préalable des indices ou présomptions de paternité.

Des informations pratiques sur l'accouchement secret, sont consultables le site Service-Public. Les questions principalement évoquées sont : la réversibilité du secret, la délivrance de l'information, le placement de l'enfant, l'accompagnement de la femme et les frais d'hébergement.

Depuis cette époque, l'Ordonnance n° 2005-759 qui est intervenue le 4 juillet 2005 porte réforme de la filiation. Elle a été ratifiée par une Loi n° 2009-61 du 16 janvier 2009, à l'exception du 5° du II de son article 20 qu'elle a abrogé. Elle elle a réorganisé le chapitre du Code civil consacré à cette partie de notre Droit. Elle tire les conséquences de l'abandon des notions de filiation légitime et de filiation naturelle. Elle harmonise les conditions d'établissement de la filiation. Que la mère soit mariée ou non, la filiation maternelle est établie par la seule désignation de la mère dans l'acte de naissance de l'enfant. La mère non mariée n'est donc plus tenue, comme c'était le cas naguère, de faire aucune démarche de reconnaissance.

D'un autre côté, si la présomption de paternité du mari est conservée, les pères non mariés qui souhaitent établir un lien juridique qui les unissent à l'enfant, restent soumis à la formalité de la reconnaissance. Le régime des actions judiciaires est simplifié. Il est possible de faire établir la maternité ou la paternité en justice au cours de la minorité de l'enfant et ensuite, pendant les dix ans qui suivent sa majorité. Aux termes de l'article 330 du Code civil résultant de la Loi ci-dessus du 16 janvier 2009, la présomption de paternité est écartée lorsque l'acte de naissance de l'enfant ne désigne pas le mari en qualité de père mais si elle a été écartée en application de l'article 313, la présomption de paternité se trouve rétablie de plein droit si l'enfant a la possession d'état à l'égard du mari et s'il n'a pas une filiation paternelle déjà établie à l'égard d'un tiers. Enfin, la possession d'état peut être constatée, à la demande de toute personne qui y a intérêt, dans le délai de dix ans à compter de sa cessation ou du décès du parent prétendu".

Relativement à la contestation de la filiation, elle est rendue plus difficile dans la mesure où l'enfant a la possession d'état. L'action se prescrit par cinq ans, après quoi, aucune contestation ne sera plus recevable. En cas d'établissement frauduleuse d'un lien de filiation, le Ministère Public peut se porter demandeur pour le contester.

La preuve de la paternité peut être établie par un examen sanguin. Dans quelle mesure la juridiction saisie peut elle refuser d'y procéder lorsqu'il est demandé, c'est ce à quoi a répondu le 6 décembre 2005 (1ère CIV. - 6 décembre 2005, BICC 637 du 1er avr. 2006), la première Chambre de la Cour de cassation qui a jugé que violait l'article 342-4 du Code civil, la cour d'appel qui, pour condamner au paiement de subsides celui que la mère désigne comme étant le père de l'enfant, retient que le seul aveu d'une cohabitation durant la période légale de conception suffisait à établir l'existence de relations intimes et rendait recevable la demande, alors que l'expertise biologique est de droit en matière d'action à fins de subsides, sauf s'il existe un motif légitime de ne pas y procéder et que la cour d'appel n'avait donné aucun motif légitime de nature à justifier son refus d'ordonner l'expertise sollicitée.



Textes :

  • Code de la santé publique art. 47.
  • Code civil art. 311 et s., 341-1, 759, 908, 956, 1094.
  • Code de l'action sociale et des familles, art L147-1 et s, 222-6 et s, 223-7 et s, 224-5 et s., 225-14-1 et s, résultant ou modifiés par la loi n° 2002-93 du 22 janvier 2002.
  • D. n° 2003-671 du 21 juillet 2003.
  • L. du 9 décembre 2004.
  • Ord. n° 2005-759 du 4 juillet 2005, ratifiée par la Loi n° 2009-61 du 16 janvier 2009, à l'exception du 5° du II de son article 20 qui est abrogé.
  • D. n° 2006-640 du 1er juin 2006 pris pour l'application de l'ordonnance ci-dessus portant réforme de la filiation et relatif au livret de famille et à la procédure en matière de filiation.
  • L. n° 2009-61 du 16 janvier 2009 ratifiant l'ordonnance n° 2005-759 du 4 juillet 2005 portant réforme de la filiation, abrogeant et modifiant diverses dispositions relatives à la filiation


  • Bibliographie :

  • Beignier (B.) observations sous 1re Civ., 23 janvier 2008, Bull. 2008, I, no 28, Droit de la famille, mars 2008, no 3, p. 34-35. (Enfant naturel - Droits successoraux - Filiation établie par la possession d’état - Loi applicable).
  • de Benalcazar (I.), Une nouvelle filiation : l'homoparentalité ?, Gaz. du Pal., 2000, n° 347, p. 18.
  • Bernard (C.), La paternité en droit français, Thèse Paris II, 2000.
  • Borel (Henry), Filiations et dévolution des successions, Castelnau d'Estretefonds, 31620 édité par l'auteur, 1991.
  • Branlard (J. -P.), Initiation au droit privé : le droit de la filiation : cours, Paris, Université de la Sorbonne nouvelle, Centre de polycopiés, 1980-1981.
  • Caux Belloir (B.), Le principe d'égalité des filiations en droit civil contemporain, thèse Lille II, 1991.
  • Champenois (G.), Réclamation d'état et revendication d'enfant légitime, LGDJ, Paris, 1971.
  • Chateau (M.), La preuve dans le droit de la famille, Thèse Nancy II, 1988.
  • Delfosse-Cicile (M. -L.), Le lien parental, éd. Panthéon-Assas, 2003.
  • Granet-Lambrechts (F.), La présomption de paternité, Droit de la famille, janvier 2006, n° 1, études, 3, p. 11-13.
  • Douchy-Oudot (M.), Filiation : intérêt à agir et contestation de paternité, Note sous 1re Civ. - 9 juillet 2008., Procédures, no 10, octobre 2008, no 274, p. 18-19.
  • Garé (Th.), L'ordonnance portant réforme de la filiation, semaine juridique, édition générale, 7 juin 2006, n° 23, I-144, p. 1103-1110.
  • Gobert (M.), Le droit de la famille dans la jurisprudence de la Cour de cassation, BICC n°673 du 15 décembre 2007).
  • Graulich (P.), Essai sur les éléments constitutifs de la filiation légitime, Paris, Recueil Sirey, 1952.
  • Hauser (J.), observations sous 1re Civ., 28 février 2006, Bull. 2006, I, n° 109, p. 101, in : Revue trimestrielle de droit civil, avril-juin 2006, n° 2, chroniques-13, p. 285-286.
  • Huet-Weiller (D.), La filiation, Paris, Librairies techniques, Libraire de la Cour de cassation, 1981.
  • Labbée (X.), L'enfant de la mère porteuse et la filiation interdite, au sujet de TGI Lille, 22 mars 2007, n° 04/06873, Dalloz, 10 mai 2007, n° 18, p. 1251-1255.
  • Les Empreintes génétiques : vérité scientifique et droit de la filiation : comparaison internationale, Luxembourg, éd. Opoce, 1996.
  • Eudier (F.), Droit de la famille. 2ème édition, 2003, éd. Dalloz-Sirey.
  • Massip (J.), La conservation des preuves biologiques en matière de filiation, Gaz. Pal., 2001, n° 76, p. 3.
  • Massip (J), La réforme sur la filiation, Defrénois / Hors collection -2006.
  • Massager (N.), Les Droits de l'enfant à naître : le statut juridique de l'enfant à naître et l'influence des techniques de procréation médicalement assistée sur le droit de la filiation : Etude de droit civil (Belgique) Bruxelles, Bruylant, 1997.
  • Mazeaud (H.), (J.), Chabas (F.), Leveneur (L.), Leçons de droit civil, La Famille : mariage, filiation, autorité parentale, divorce et séparation de corps. - 7e éd, Paris : Montchrestien, 1995.
  • Murat (P.), "L'action de l'ordonnance du 4 juillet 2005 sur la possession d'état", in : Droit de la famille, janvier 2006, n° 1, études, 5, p. 17-20.
  • Neirinck (C.), La maternité, Droit de la famille, janvier 2006, n° 1, études, 2, p. 9-11.
  • Pizzio (L.), La constatation de la possession d'état, Paris, publié par l'auteur, 1996.
  • Revel (J.), "Une nouvelle famille unilinéaire : l'enfant né sous X et son père", in : Le Dalloz, 29 juin 2006, n° 25, p. 1707-1710.
  • Salvage-Gerest (P.), La reconnaissance d'enfant, ou de quelques surprises réservées par l'ordonnance du 4 juillet 2005, Droit de la famille, janvier 2005, n° 1, études, 4, p. 13-16.
  • Théry (I.), Couple, filiation et parenté aujourd'hui : le droit face aux mutations de la famille et de la vie privée, Paris, Ed. O. Jacob, La Documentation française, 1998.
  • Rassat (M. -L.), La Filiation et l'adoption, 2e éd. corrigée, Paris, PUF, 1992.
  • Revel (J.), La Filiation, Lieu de publication, Paris, PUF, 1998.
  • Texte tiré du site « www.dictionnaire-juridique.com » avec l'autorisation des auteurs
    © Serge Braudo , Conseiller honoraire à la Cour d'appel de Versailles
    et Alexis Baumann, avocat au barreau de Paris

    Vos Questions - Nos réponses

    Comment faire appliquer l'égalité salariale ?
    Qu'est-ce que la contre-visite médicale ?
    En arrêt de travail puis-je m'absenter du domicile ?
    Congé maladie : quelles sont les obligations du salarié ?
    Mon enfant est malade, puis-je m'absenter ?
    Qu'est ce qu'un accident du travail ?
    Quelle incidence un accident peut-il avoir sur mon contrat de travail ?
    Accident du travail : quelle indemnisation ?
    De quelles mesures de protection puis-je bénéficier si je suis reconnu inapte ?
    Enceinte, puis-je être licenciée ?



    A voir également

    Signature du CDD
    CDD : défendre vos droits
    Accident de travail : déclaration, durée & indemnisation
    Pôle Emploi : inscriptions et obligations
    Allocation chômage (assedic) : les conditions d'indemnisation



    A la Une

    La rupture du contrat de travail après les ordonnances
    Extension de l’application de la laïcité à toutes les entreprises privées : dépôt à l'AN
    Rachat des start-up financées par les aides publiques : dépôt à l’AN
    Energie et climat : la loi est publiée
    Constructions de logements sociaux locatifs dans les territoires pauvres : dépôt à l’AN



    Actualite

    Lettre remise en main propre : des témoignages valent-ils un récépissé ?
    Un employeur peut-il contrôler le contenu du sac d’un de ses salariés ?
    Licenciement : les clients de l’entreprise informés avant le salarié
    Les tâches relatives à un poste de travail ne sont pas figées
    Mutation interne : votre employeur doit-il vous conserver l’ancien poste le temps de la période « d’essai » ?
    Votre convention collective peut prévoir une spécificité quant à la procédure de licenciement
    Un licenciement pour faute lourde vous prive de toutes indemnités
    Une indemnité transactionnelle globale, forfaitaire et définitive…
    Engagé pour 10 jours d’intérim, il a pu exiger un CDI
    Rechercher activement un autre emploi ne peut être considéré comme une volonté de démissionner



    Top dossiers sur le sujet

    Licenciement pour inaptitude : procédure à suivre
    Comment licencier un salarié pour faute grave : procédure & lettres types
    Licenciement économique : vérifier le respect de la procédure
    Accident de travail : déclaration, durée & indemnisation
    Maladie professionnelle : demander sa reconnaissance
    Congé maternité : droits, indemnisation, démarches...



    30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


    © 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés