Accueil » Actualité juridique » Maître Myriam Azot Benarroche » Actualité » Quand le fisc prend la main sur le numérique

Actualité de Myriam Azot Benarroche Avocat au Barreau de PARIS


Quand le fisc prend la main sur le numérique

Par Maître Myriam Azot Benarroche | 25-02-2019 | 0 commentaires | 257 vues


Le nouvel article 242 bis  du code Général des impôts met à la charge des opérateurs de plateforme numérique (un intermédiaire entre un vendeur et un acheteur) des obligations déclaratives sur ses utilisateurs et notamment leurs revenus.

Ainsi, chaque année avant le 31 janvier, les opérateurs de plateforme numérique en ligne doivent déclarer à l’administration fiscale les revenus de leurs utilisateurs et transmettre certaines informations. À défaut, la société qui opère la plateforme en ligne est susceptible d’être sanctionnée par une amende de 5% des sommes non déclarées plafonnée à 500 000 euros.

Les opérateurs en ligne sont dispensées de cette obligation déclarative auprès de l’administration fiscale pour les activités de vente d’objet d’occasion entre particuliers ou les activités de partages de frais de type covoiturage si le total des montants perçus par un même utilisateur n’excède pas un montant annuel fixé par arrêté des ministres chargés du budget et de la sécurité sociale ou lorsque le nombre de transactions réalisées dans l’année est inférieur au seuil fixé par ce même arrêté, les travaux préparatoires de cette loi indiquent que ces seuils devraient être de 3.000 et 20.000 transactions par an.

Par ailleurs, les opérateurs de plateforme en ligne doivent :

  • transmettre, à chaque transaction, une information sur les obligations fiscales et sociales des utilisateurs. Le non-respect de cette obligation est sanctionné d’une amende forfaitaire globale fixée dans la limite d’un plafond de 50.000 euros.
  • envoyer à chaque utilisateur, avant le 31 janvier de chaque année, un récapitulatif annuel comprenant les informations suivantes :

a) Les éléments d'identification de l'opérateur de la plateforme concerné ;

b) Les éléments d'identification de l'utilisateur ;

c) Le statut de particulier ou de professionnel indiqué par l'utilisateur de la plateforme ;

d) Le nombre et le montant total brut des transactions réalisées par l'utilisateur au cours de l'année civile précédente

e) Si elles sont connues de l'opérateur, les coordonnées du compte bancaire sur lequel les revenus sont versés

 

Contactez Maître Myriam Azot Benarroche

Vos Réactions Réagir

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com




L'info vient à vous
Recevez gratuitement l'essentiel de l'actualité juridique de la semaine
Je m'inscris Ou je me connecte à mon compte