Accueil » Actualité juridique » Maître Anne-Sophie DELAVAUD » Actualité » Réparation du préjudice sexuel en cas de faute inexcusable de l'employeur

Actualité de Anne-Sophie DELAVAUD Avocat au Barreau de DIEPPE


Réparation du préjudice sexuel en cas de faute inexcusable de l'employeur

Par Maître Anne-Sophie DELAVAUD | 25-07-2012 | 0 commentaires | 3487 vues


La victime d'un accident du travail dû à la faute inexcusable de l'employeur peut obtenir réparation des préjudices non couverts par la législation professionnelle, tels que le préjudice sexuel.

La victime d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle due à la faute inexcusable de l'employeur peut réclamer devant les juridictions de la sécurité sociale une majoration de rente en compensation de l'incapacité de travail ainsi qu'une indemnisation complémentaire pour un certain nombre de préjudices précisés aux termes de l'article L 452-3 du Code de la sécurité sociale.

Savoir :préjudice causé par les souffrances physiques et morales, préjudices esthétiques et d'agrément, préjudice résultant de la perte ou de la diminution des possibilités de promotion professionnelle.

Nonobstant, le Conseil constitutionnel a estimé pour sa part que cet article n'était pas limitatif et estime que chaque salarié victime peut solliciter la réparation de son entier préjudice.
 

C'est en ce sens que récemment par quatre arrêts de principe du 4 avril 2012, la deuxième chambre civile de la Cour de cassation conforte cette position.Cass. 2e civ. 4 avril 2012 n° 11-18.014 (n° 544 FS-PBI), Graux c/ Association Nature et loisirsCass. 2e civ. 4 avril 2012 n° 11-12.299 (n° 712 FS-PBRI), CPAM de Haute-Savoie c/ Scaraffiotti-ChedlyCass. 2e civ. 4 avril 2012 n° 11-15.393 (n° 706 FS-PBRI), Pinede c/ ZordanCass. 2e civ. 4 avril 2012 n° 11-14.311 (n° 705 FS-PBRI), CPAM de la Haute-Vienne c/ Géraud
 

En effet, la Cour de cassation revient sur sa jurisprudence concernant la définition du préjudice d'agrément. Elle avait déjà permis la réparation du préjudice sexuel dans l'agrément (Cass 2e civ. 8 avril 2010 n° 09-14047). Elle juge désormais que celui-ci constitue un chef de préjudice distinct du préjudice d'agrément et que, ne faisant pas l'objet d'une indemnisation au titre des dispositions du livre IV du CSS, il peut donner lieu à réparation à part.
 

Contactez Maître Anne-Sophie DELAVAUD

Vos Réactions Réagir

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com




L'info vient à vous
Recevez gratuitement l'essentiel de l'actualité juridique de la semaine
Je m'inscris Ou je me connecte à mon compte