LINGIBE Bienvenue sur le Blog de JURISGUYANE Blog d'informations juridiques de Maître Patrick Lingibé, Avocat-Associé du Cabinet d'Avocats JURISGUYANE

Accueil » Actualité juridique » Maître Patrick LINGIBE » Actualité » CEDH : procédures respectées concernant un enlèvement international d’enfant

CEDH : procédures respectées concernant un enlèvement international d’enfant

Par Maître Patrick LINGIBE | 22-10-2019 | 0 commentaires | 134 vues


Dans le cadre d'un ordre de retour d'un enfant auprès de sa mère aux Etats-Unis, les allégations du père ont bien été prises en compte par les juridictions internes et en sus d'un processus décisionnel équitable, il a pu pleinement faire valoir ses droits dans le respect de l’intérêt supérieur de l’enfant.

Dans un arrêt du 10 octobre 2019, la Cour européenne des droits de l’Homme se prononce sur le cas d’une atteinte au droit au respect de la vie familiale d’un père, résultant d’une décision des juridictions françaises d’ordonner le retour de son fils auprès de sa mère aux Etats-Unis.


La Cour relève que les autorités françaises avaient fondé leurs décisions de retour de l’enfant auprès de sa mère sur la Convention de la Haye, avec le but de protéger les droits et libertés de l’enfant. Elle observe que le requérant avait fait particulièrement valoir devant le tribunal et la cour d’appel l’illégalité de la résidence de l’enfant aux Etats-Unis alors que les juridictions internes considéraient que la résidence légale de l’enfant au moment de son départ vers la France était au Texas et que le déplacement de l’enfant par son père vers la France était illicite.


La Cour retient ensuite que le tribunal a correctement examiné les allégations de danger soutenues par le requérant, notamment en se fondant sur l’audition de l’enfant par la brigade des mineurs et en prenant en compte le sentiment de l’enfant par rapport à son retour aux Etats-Unis et y a répondu par une motivation détaillée. En outre, elle rappelle que la cour d’appel a aussi motivé sa décision au regard des deux aspects de risque de grave danger pour l'enfant qui découlait d’une part de la mère et d’autre part de la rupture totale des liens entre l’enfant et son père. 


En conséquence, la Cour considère que les juges internes ont dûment pris en compte les allégations du requérant et que le processus décisionnel en cause a été équitable, lui permettant ainsi de faire pleinement valoir ses droits dans le respect de l’intérêt supérieur de l’enfant. De plus, la Cour estime que, considérant la marge d’appréciation des autorités, la décision de retour se fondait sur des motifs pertinents et suffisants aux fins de l’article 8 §2 de la Convention, considéré à la lumière de l’article 13(b) de la Convention de la Haye et de l’article 3 §1 de la Convention relative aux droits de l’enfant, et qu’elle était proportionnée au but légitime recherché.


Il n’y a donc pas eu violation de l’article 8 de la Convention.

 

Lire l'article complet

Contactez Maître Patrick LINGIBE

Vos Réactions Réagir

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com




© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés

L'info vient à vous
Recevez gratuitement l'essentiel de l'actualité juridique de la semaine
Je m'inscris Ou je me connecte à mon compte