LINGIBE Bienvenue sur le Blog de JURISGUYANE Blog d'informations juridiques de Maître Patrick Lingibé, Avocat-Associé du Cabinet d'Avocats JURISGUYANE

Accueil » Actualité juridique » Maître Patrick LINGIBE » Actualité » La Cour de cassation précise la notion de reclassement personnalisé

La Cour de cassation précise la notion de reclassement personnalisé

Par Maître Patrick LINGIBE | 12-06-2020 | 0 commentaires | 200 vues


La proposition de reclassement d'un salarié est considérée comme personnalisée si l'employeur a indiqué, dans une lettre adressée à une société du même groupe, sa catégorie professionnelle, l'emploi occupé et la nature de son contrat de travail.

Un salarié, engagé en mai 2012 en qualité de cadre technique et commercial, a été licencié pour motif économique le 17 juillet 2015 par le liquidateur à la suite de la mise en liquidation judiciaire de l'entreprise le 7 juillet 2015. Le salarié a saisi la juridiction prud'homale pour contester son licenciement.


La cour d'appel de Nancy, dans un arrêt rendu le 5 septembre 2018, a décidé que le licenciement du salarié en question était sans cause réelle et sérieuse. En effet, le liquidateur avait adressé une lettre de reclassement en juillet 2015 à une autre société du même groupe que l'employeur en question. Il y figurait une liste indiquant pour chacun des salariés sa catégorie professionnelle, l'emploi occupé et la nature du contrat de travail le liant à la société. Les juges d'appel ont estimé que cette lettre n'indiquait aucune information sur le profil de chacun, ses compétences, ses diplômes et ses expériences professionnelles et qu'à défaut de ces éléments, la recherche de reclassement était non individualisée.


La Cour de cassation, dans un arrêt du 26 février 2020 (pourvoi n° 18-23.084), décide de casser l'arrêt d'appel. La Haute juridiction judiciaire estime en effet que la recherche de postes de reclassement peut être considérée comme étant personnalisée dès lors que sont indiqués, pour chacun des salariés, sa catégorie professionnelle, l'emploi occupé et la nature du contrat de travail le liant à la société. La Cour de cassation casse donc l'arrêt d'appel et renvoie les parties devant la cour d'appel de Besançon.

Cour de cassation, chambre sociale, 26 février 2020 (pourvoi n° 18-23.084 - ECLI:FR:CCASS:2020:SO00220), Liquidateur de la société Menuiserie Genay c/ M. P. - cassation partielle de cour d'appel de Nancy, 5 septembre 2018 - https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTex...

Lire l'article complet

Contactez Maître Patrick LINGIBE

Vos Réactions Réagir

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com




L'info vient à vous
Recevez gratuitement l'essentiel de l'actualité juridique de la semaine
Je m'inscris Ou je me connecte à mon compte