LINGIBE Bienvenue sur le Blog de JURISGUYANE Blog d'informations juridiques de Maître Patrick Lingibé, Avocat-Associé du Cabinet d'Avocats JURISGUYANE

Accueil » Actualité juridique » Maître Patrick LINGIBE » Actualité » La nécessaire résidence en France du demandeur au moment de la signature du décret de naturaliration

La nécessaire résidence en France du demandeur au moment de la signature du décret de naturaliration

Par Maître Patrick LINGIBE | 17-09-2019 | 0 commentaires | 209 vues


Pour réunir toutes les conditions légales de la naturalisation, il faut que le demandeur fixe de manière stable le centre de ses intérêts en France et il faut qu’il ait sa résidence en France au moment de la signature du décret de naturalisation.

M. B., un ressortissant gabonais, a obtenu par un décret de naturalisation du 25 avril 2014, la nationalité française suite à sa demande de naturalisation par laquelle il affirmait qu’il avait sa résidence sur le territoire national et qu’il s’engageait sur l’honneur à signaler tout changement dans sa situation personnelle et familiale. Par la suite, le ministre chargé des naturalisations a été informé que M. B. avait quitté la France pour s’installer au Gabon depuis le mois de février 2014.


Ainsi, dans un décret du 8 avril 2016 et par application de l’article 21-16 du code civil, le Premier ministre a rapporté le décret prononçant la naturalisation du 25 avril 2014, reprochant à M. B. d’avoir dissimulé le fait qu’il ne résidait plus sur le territoire national. L’intéressé demande alors l’annulation de ce décret du 8 avril 2016 pour excès de pouvoir.
Dans un arrêt du 5 juin 2019, le Conseil d’Etat estime que le fait que l’intéressé n’ait pas fixé de manière stable le centre de ses intérêts en France est une indication que les conditions légales de la naturalisation ne sont pas réunies. En effet, il ressort des pièces du dossier que M. B. a quitté le territoire français le 4 février 2014 pour s’installer au Gabon et y exercer un emploi à compter de ce date.


De ce fait, le Conseil d’Etat approuve donc le décret du 8 avril 2016 qui a considéré que l’installation au Gabon de l’intéressé était de nature à modifier l’appréciation qui a été portée par l’autorité administrative sur la fixation du centre de ses intérêts.

Lire l'article complet

Contactez Maître Patrick LINGIBE

Vos Réactions Réagir

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com




30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés

L'info vient à vous
Recevez gratuitement l'essentiel de l'actualité juridique de la semaine
Je m'inscris Ou je me connecte à mon compte