LINGIBE Bienvenue sur le Blog de JURISGUYANE Blog d'informations juridiques de Maître Patrick Lingibé, Avocat-Associé du Cabinet d'Avocats JURISGUYANE

Accueil » Actualité juridique » Maître Patrick LINGIBE » Actualité » Chute d'un baigneur : quelle responsabilité du maire ?

Chute d'un baigneur : quelle responsabilité du maire ?

Par Maître Patrick LINGIBE | 17-09-2019 | 0 commentaires | 11 vues


Le maire n'est pas tenu de signaler la présence, sur une plage de sa commune, d'une formation rocheuse susceptible d'être rendue glissante par la présence d'eau : elle n'est pas au nombre des dangers qui excèdent ceux contre lesquels ses usagers doivent normalement se prémunir.

En décembre 2013, un homme s'est blessé grièvement en glissant sur un rocher situé sur une plage de La Réunion. Il a saisi la justice administrative d'une demande tendant à ce que la commune soit condamnée à lui payer une somme globale de 503.527,22 euros en réparation du préjudice qu'il estime avoir subi de ce fait.


Dans un arrêt du 24 juin 2019, la cour administrative d'appel de Bordeaux rappelle tout d'abord qu'en vertu des dispositions de l'article L. 2213-23 du code général des collectivités territoriales, il incombe au maire de la commune d'assurer la sécurité des baigneurs sur les plages et notamment de signaler les dangers qui excèdent ceux contre lesquels les intéressés doivent normalement se prémunir.


En l'espèce, les juges du fond observent que la chute s'est produite à un endroit où la baignade n'est pas surveillée, alors que des panneaux indiquaient l'interdiction de baignade en dehors du bassin délimité. Ils ajoutent que la présence d'une formation rocheuse susceptible d'être rendue glissante par la présence d'eau n'est pas au nombre des dangers qui excèdent, sur une plage, ceux contre lesquels ses usagers doivent normalement se prémunir, d'autant moins que selon constatation d'huissier, elle était située à quelques centimètres au-dessus du niveau de l'eau à marée basse. Par suite, le requérant n'est pas fondé à soutenir qu'en ne signalant pas la présence de cette plateforme rocheuse, le maire aurait commis une faute susceptible d'engager la responsabilité de la commune.


Par ailleurs, la CAA note qu'il résulte de l'instruction que la victime a couru sur la plage pour se diriger vers l'eau, alors même que la présence de rochers épars aurait dû attirer son attention et l'inviter à la prudence. Dès lors, c'est également à bon droit que les premiers juges ont estimé que l'accident était uniquement imputable à l'imprudence fautive du requérant.


Enfin, si le requérant soutient que l'absence de panneau de signalisation est également susceptible d'engager la responsabilité sans faute de la commune, il ne résulte pas de l'instruction que la responsabilité de la commune soit susceptible d'être engagée sur ce fondement.

Lire l'article complet

Contactez Maître Patrick LINGIBE

Vos Réactions Réagir

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com




30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés

L'info vient à vous
Recevez gratuitement l'essentiel de l'actualité juridique de la semaine
Je m'inscris Ou je me connecte à mon compte