MEUNIER Droit du travail « Tout ce que tu peux régler pacifiquement, n’essaie pas de le régler par une guerre ou un procès. » Jules Mazarin

Accueil » Actualité juridique » Maître Coralie MEUNIER » Actualité » Facebook, vie privée et mode de preuve devant le Conseil de prud'hommes

Facebook, vie privée et mode de preuve devant le Conseil de prud'hommes

Par Maître Coralie MEUNIER | 17-01-2018 | 0 commentaires | 1686 vues


La Cour de cassation répond à cette question dans un arrêt récent : tout dépend du mode de publication retenu par l’intéressé.e sur son compte Facebook.

Il est rare que les contentieux relatifs aux modes de preuve issus des réseaux sociaux comme Facebook arrivent jusqu’à la Cour de cassation.

Cet arrêt du 20 décembre 2017 est donc déjà intéressant de ce point de vue. En outre, il permet de trancher la question de savoir si les informations issues du compte facebook d’un.e salarié quand il.elle les restreint à certaines personnes seulement, identifiées comme « amies » peuvent être utilisées comme mode de preuve contre lui.elle par l’employeur ?

La réponse est négative, ceci en vertu du principe du respect à la vie privée du.de la salarié.e.

En effet, dans la mesure où en l’espèce la salariée avait « protégé » ces informations en en restreignant l’accès, l’employeur qui avait réussi à y avoir accès par le biais d’un collègue de travail de l’intéressée, a porté une atteinte disproportionnée et déloyale à la vie privée de cette dernière.

La Cour de cassation a ainsi confirmé la condamnation de l’employeur à verser des dommages et intérêts à la salariée (Cass. soc. 20 décembre 2017 n°16-19609).

La décision serait sûrement différente si un.e salarié.e publiait une information en mode « public ». Là, l’employeur pourrait produire celle-ci loyalement devant le juge prud’homal, notamment pour appuyer une sanction disciplinaire.

Les juges avaient déjà pu tenir compte par le passé du paramétrage du compte Facebook d’un salarié pour déterminer si ses propos étaient de nature public ou privé et en tirer des conséquences sur le plan pénal (injures) ou encore sur le plan disciplinaire (Cass. civ. 1re ch., 10 avril 2013, 11-19530 ; CA Paris, pôle 6, ch. 8, 3 décembre 2015, n° 13/01716).

Contactez Maître Coralie MEUNIER

Vos Réactions Réagir

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com




© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés

L'info vient à vous
Recevez gratuitement l'essentiel de l'actualité juridique de la semaine
Je m'inscris Ou je me connecte à mon compte