Accueil » Actualité juridique » Maître Marine Parmentier » Actualité » Nullité relative du CCMI pour violation des règles relatives à son contenu

Actualité de Marine Parmentier Avocat au Barreau de PARIS


Nullité relative du CCMI pour violation des règles relatives à son contenu

Par Maître Marine Parmentier | 23-08-2011 | 0 commentaires | 5025 vues


Les règles d'ordre public de l'article L. 231-2 du Code de construction et de l'habitation, relatives aux énonciations que doit comporter le contrat de construction de maison individuelle (CCMI), constituent des mesures de protection édictées dans l'intérêt du maître de l'ouvrage, dont la violation est sanctionnée par une nullité relative susceptible d'être couverte.

C'est ce que précise la Cour de cassation dans un arrêt du 6 juillet 2011.

En l'espèce, un particulier avait chargé une société de la construction d'une maison individuelle avec fourniture du plan. Des difficultés ayant opposé les parties sur la réalisation conforme au permis de construire et le chantier n'ayant pas été poursuivi, le maître de l'ouvrage assigna la société en nullité du contrat et en indemnisation de son préjudice. L'entreprise forma une demande reconventionnelle en résolution du contrat aux torts du maître de l'ouvrage et en paiement de dommages-intérêts.

Les juges du fond firent droit aux prétentions du maître de l'ouvrage et déclarèrent nul le contrat de construction de maison individuelle aux motifs que ses clauses étaient, comme l'énonce l'article L. 230-1 du Code de la construction et de l'habitation, réglementées par une loi d'ordre public, à laquelle nul ne pouvait déroger, même par voie de conventions.

Ils jugèrent donc inopérant le moyen invoqué par la société tiré de la ratification des clauses du contrat par l'effet de son exécution volontaire par le maître de l'ouvrage.

La Cour de cassation censure l'arrêt d'appel en précisant que les règles d'ordre public de l'article L. 231-2 du Code de construction et de l'habitation, relatives aux énonciations que doit comporter ce contrat, constituent des mesures de protection édictées dans l'intérêt du maître de l'ouvrage, dont la violation est sanctionnée par une nullité relative susceptible d'être couverte.

C'est la première fois, à notre connaissance, que la Cour de cassation se prononce sur la nature de la nullité sanctionnant la formation du contrat de construction de maison individuelle.

Marine Parmentier

Contactez Maître Marine Parmentier

Vos Réactions Réagir

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com




L'info vient à vous
Recevez gratuitement l'essentiel de l'actualité juridique de la semaine
Je m'inscris Ou je me connecte à mon compte