Accueil » Actualité juridique » Maître Pauline Righini » Actualité » Victimes de violences pendant le confinement : comment agir ?

Actualité de Pauline Righini Avocat au Barreau de PARIS


Victimes de violences pendant le confinement : comment agir ?

Par Maître Pauline Righini | 23-04-2020 | 0 commentaires | 149 vues


En cette période de confinement, le nombre de violences intrafamiliales ne cesse d’augmenter.

Alors que de nombreuses personnes se sentent dans l’incapacité d’agir ou de dénoncer les faits dont elles sont victimes, du fait de la proximité physique avec l’auteur ou par crainte, il existe différentes manières d’agir pour vous protéger.

Dans tous les cas d’extrême urgence, vous pouvez donner l’alerte en contactant :

  • la police au 17 si une intervention est urgente ;
  • le 112, numéro d'urgence européen ;
  • le 114, pour les personnes sourdes et malentendantes.
  • Et si vous ne pouvez pas appeler sans éveiller de soupçons, vous pouvez envoyer un SMS au 114

 

Si les violences ne nécessitent pas une intervention immédiate, d’autres alternatives s’offrent à vous.

En effet, des dispositifs particuliers sont mis en place au sein des commissariats de police ou brigades de gendarmerie, afin de permettre une prise en charge immédiate et adaptée des victimes de violences, que vous soyez, une femme, un homme, ou un enfant.

Le cabinet RIGHINI AVOCAT vous assiste pour le dépôt de votre plainte et tout au long de la procédure pénale qui peut s’ensuivre, ce incluant évidemment devant les juridictions pénales devant lesquelles l’auteur des violences sera jugé.

Parallèlement à la voie pénale, il existe également un traitement civil de la violence qui peut également être mis en œuvre durant le confinement.  Le cabinet RIGHINI AVOCAT vous assiste là-aussi dans votre démarche pour obtenir l’éloignement d’un conjoint violent.

Si l’ensemble des juridictions est fermé depuis le 16 mars 2020, les violences conjugales bénéficient actuellement d’un traitement judiciaire prioritaire.

Les juges aux affaires familiales continuent ainsi à assurer le prononcé des ordonnances de protection pour garantir aux victimes une protection rapide, pour les personnes majeures, comme pour les enfants.

Il n’est pas obligatoirement nécessaire d’avoir déposé une plainte au préalable, il convient en revanche de démontrer la vraisemblance de la violence ainsi que la vraisemblance du danger.

Les juges aux affaires familiales statuent dans un délai extrêmement court (6 jours) afin de protéger la victime. Durant l’attente de la décision, et en dépit du confinement, les femmes et enfants en situation de danger immédiat peuvent bénéficier d’un hébergement d’urgence en appelant le 115.

Notez à cet égard que toutes les personnes bénéficiant d’une ordonnance de protection arrivant à échéance durant le confinement, verront leur protection prolongée de 2 mois.

Il est en tout état de cause conseillé de recourir aux conseils d’un avocat pour effectuer ces démarches et notamment pour vous assister à l’issue du dépôt de plainte, si l’auteur des faits devait comparaître devant un juge, en comparutions immédiates ou pour déposer une assignation en vue d’obtenir une ordonnance de protection.

Contactez le cabinet RIGHINI AVOCAT.

 

Contactez Maître Pauline Righini

Vos Réactions Réagir

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com




L'info vient à vous
Recevez gratuitement l'essentiel de l'actualité juridique de la semaine
Je m'inscris Ou je me connecte à mon compte