Accueil » Actualité juridique » Maître Samuel SCHMIDT » Actualité » Le risque de nullité des conventions de management fees conclues entre des sociétés ayant des dirigeants communs

Actualité de Samuel SCHMIDT Avocat au Barreau de PARIS


Le risque de nullité des conventions de management fees conclues entre des sociétés ayant des dirigeants communs

Par Maître Samuel SCHMIDT | 14-03-2013 | 0 commentaires | 3361 vues


Une décision de la Cour de cassation en date du 23 octobre 2012 met à nouveau en exergue les risques d’annulation qu’encourent les conventions de management fees conclues entre deux sociétés, sur le fondement de l’absence de contrepartie sérieuse, dès lors que les deux sociétés ont un dirigeant commun.

Monsieur X exerçait depuis 1995 les fonctions de directeur général et de président du conseil d’administration de la société A. La société A avait par ailleurs conclu avec la société  B une convention de direction (encore appelée convention de mangement fees par la pratique). M. X était également le gérant et associé unique de la société B.

Dans cette convention, la société A avait confié à la société B "les prestations de création et développement de filiales à l’étranger, d’organisation et (ou) de participation à des salons professionnels, de stratégie de vente dans les différents pays visés et de recherche de nouveaux clients à l’étranger".

En 2007, la société A démet M. X de ses fonctions de directeur général et rompt la ladite convention de "management fees" conclue avec la société B. La société B assigne la société A en résiliation fautive de la convention.

La Cour d’appel rejette la demande et la Cour de cassation valide la décision de la Cour d’appel. Les motifs de la décision de la Cour de cassation sont instructifs : selon la Cour de cassation, l’arrêt de la Cour d’appel "retient qu’une telle convention constitue une délégation à la société unipersonnelle dont M. X est le gérant d’une partie des fonctions de décision, de stratégie et de représentation incombant normalement à ce dernier en sa qualité de directeur général de la société A et qu’elle fait double emploi à titre onéreux pour cette société avec lesdites fonctions sociales".  La Cour de cassation en conclu que la cour d’appel a ainsi fait ressortir que "les obligations stipulées à la charge de la société A étaient dépourvues de contrepartie réelle" et en a exactement déduit que la convention litigieuse était "dépourvue de cause et devait en conséquence être annulée".

Cet arrêt constitue la confirmation d’un arrêt antérieur de la Cour de cassation rendu le 14 septembre 2010 (arrêt Samo Gestion).

On peut cependant noter que les faits ayant donné lieu à ces deux décisions présentaient des différences relativement significatives :

  • dans l’arrêt Samo Gestion : le contrat de prestations de services prévoyait expressément la mise à la disposition de la société bénéficiaire de celui qui était d’ores et déjà son directeur général,
  • dans l’arrêt Samo Gestion, le directeur général percevait une rémunération en tant que directeur général et il ne semble pas que cette rémunération ait été diminuée ni a fortiori stoppée au moment de la conclusion du contrat de prestations de services.


L’arrêt Samo Gestion de 2010 était de ce fait assez "caricatural" d’un contrat rédigé sans "précautions" et encourant donc de ce fait une nullité pour absence de cause somme toute logique.

L’arrêt Mécasonic était moins caricatural et a donc une portée semble-t-il supérieure (d’ailleurs il fera l’objet d’une publication au bulletin officiel de la cour de cassation, contrairement à la décision Samo Gestion) : la convention mettait à la charge de la société prestataire des prestations relativement techniques (dans le sens où elles peuvent ne pas paraître directement rattachées aux fonctions de direction générale, fonctions dont il convient d’ailleurs de noter qu’elle ne sont pas spécifiquement définies dans le code de commerce…) et notamment des prestations de création et développement de filiales à l’étranger, de participation à des salons professionnels, de définition des stratégies de vente dans les différents pays visés et de recherche de nouveaux clients à l’étranger.

Cela ne suffit manifestement pas à faire échapper le contrat de prestation à la nullité pour défaut de contrepartie. L’arrêt de la cour de cassation ne nous permet pas de connaître le détail des faits ayant donné lieu à la décision et notamment nous ne savons pas si la société prestataire avait une équipe dédiée à la réalisation des prestations techniques (auquel cas l’arrêt commenté pourrait être critiqué) ou si seul le dirigeant réalisait lesdites prestations (auquel cas la contrepartie semble difficilement justifiable)…

On retrouve indirectement la même difficulté qui existe à déterminer la possibilité d’un cumul d’un contrat de travail (devant impérativement couvrir des fonctions techniques réelles) avec les fonctions de mandataire social.


Par Me. Samuel Schmidt

Avocat au barreau de Paris

Lire l'article complet

Contactez Maître Samuel SCHMIDT

Vos Réactions Réagir

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com




30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés

L'info vient à vous
Recevez gratuitement l'essentiel de l'actualité juridique de la semaine
Je m'inscris Ou je me connecte à mon compte