Accueil » Actualité juridique » Maître Aurélie THEVENIN » Actualité » L'employeur peut difficilement se dire avoir été trompé s'il n'a pas vérifié la nationalité et le titre de travail à l'embauche de son salarié

Actualité de Aurélie THEVENIN Avocat au Barreau de PARIS


L'employeur peut difficilement se dire avoir été trompé s'il n'a pas vérifié la nationalité et le titre de travail à l'embauche de son salarié

Par Maître Aurélie THEVENIN | 16-10-2012 | 0 commentaires | 3060 vues


L’employeur doit vérifier la nationalité du salarié au moment de l’embauche et la détention par celui-ci d’un titre l’autorisant à exercer une activité professionnelle.

Un ressortissant mauricien a bénéficié à La Réunion d’une promesse d’embauche en date du 8 juin 2006 comme acheteur international pour une durée indéterminée du 1er juillet au 31 décembre 2006.

La relation de travail s’est terminée le 29 décembre 2006.

Puis, le 6 février 2007, la préfecture a confirmé que l’intéressé n’était pas autorisé à travailler dans les départements d’outre-mer (il avait une carte de séjour qui l’autorisait à exercer toute profession, mais uniquement en France métropolitaine).

Par la suite, le salarié a sollicité en justice le paiement d’indemnités de rupture.

La cour d’appel a repoussé sa demande en annulant le contrat pour « dol », considérant que le salarié avait trompé son employeur : pour les juges, c’est en cachant sa nationalité mauricienne et l’absence d’autorisation de travail dans le département de La Réunion que le salarié avait obtenu le contrat de travail. Concrètement, la cour reprochait à l’intéressé de s’être contenté de produire sa carte vitale et de n’avoir produit son titre de séjour que suite aux demandes répétées de la comptable.

De son côté, la Cour de cassation est repartie du principe selon lequel l’employeur doit vérifier la nationalité du salarié au moment de l’embauche (cass. soc. 15 juillet 1998, n° 96-40631, BC V n° 383) et de la détention par celui-ci d’un titre l’autorisant à exercer une activité professionnelle.

Dans cette affaire, l’employeur avait conclu le contrat de travail sur la seule production d’une carte de sécurité sociale, sans vérifier au préalable la nationalité du salarié, de telle sorte qu’il ne pouvait pas se prévaloir d’un vice du consentement. La cour d’appel ne pouvait pas annuler le contrat pour dol.

Cass. soc. 25 septembre 2012, n° 11-19712 D

Contactez Maître Aurélie THEVENIN

Vos Réactions Réagir

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com




© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés

L'info vient à vous
Recevez gratuitement l'essentiel de l'actualité juridique de la semaine
Je m'inscris Ou je me connecte à mon compte