Accueil » Actualité juridique » Maître Stéphane Vacca » Actualité » Entretien préalable pour un avertissement au salarié, délai d’un mois pour sanctionner ?

Actualité du Cabinet Stéphane VACCA Cabinet inscrit au Barreau de PARIS


Entretien préalable pour un avertissement au salarié, délai d’un mois pour sanctionner ?

Par Maître Stéphane Vacca | 03-12-2019 | 0 commentaires | 47 vues


Si l’employeur choisit de convoquer le salarié selon les modalités de l'article L.1332-2 du code du travail, pour sanctionner par un avertissement, il est tenu d'en respecter tous les termes de cet article, même le délai d'un mois pour sanctionner (Cass. soc. 09/10/2019 n°18-15029).

Article L.1332-2 du code du travail :

« Lorsque l'employeur envisage de prendre une sanction, il convoque le salarié en lui précisant l'objet de la convocation, sauf si la sanction envisagée est un avertissement ou une sanction de même nature n'ayant pas d'incidence, immédiate ou non, sur la présence dans l'entreprise, la fonction, la carrière ou la rémunération du salarié.

Lors de son audition, le salarié peut se faire assister par une personne de son choix appartenant au personnel de l'entreprise.

Au cours de l'entretien, l'employeur indique le motif de la sanction envisagée et recueille les explications du salarié.

La sanction ne peut intervenir moins de deux jours ouvrables, ni plus d'un mois après le jour fixé pour l'entretien. Elle est motivée et notifiée à l'intéressé. »

 

Dans cette affaire, un employeur avait notifié à un salarié, le 2 mai 2012, un avertissement.

Mais l’employeur avait choisi de convoquer le salarié selon les modalités de l'article L.1332-2 ci-dessus.

Le salarié demanda l'annulation de l'avertissement prononcé à son encontre, et le paiement de dommages-intérêts en réparation du préjudice subi.

Mais la cour d’appel le débouta de ses demandes, jugeant la sanction justifiée et proportionnée.

 

Mais pour la Cour de cassation, dès lors que l’employeur choisit de convoquer le salarié selon les modalités de l'article L.1332-2 du code du travail, il est tenu d'en respecter tous les termes, quelle que soit la sanction finalement infligée ; or selon ce texte, la sanction ne peut intervenir plus d'un mois après le jour fixé pour l'entretien :

  • Ainsi, dès lors qu’elle n’a pas recherché, comme elle y était invitée, si l'avertissement n'avait pas été délivré plus d'un mois après le jour fixé pour l'entretien préalable, la cour d’appel a privé sa décision de base légale.

 

Contactez le Cabinet VACCA

Vos Réactions Réagir

Répondre au sujet

Pour commenter cet article, veuillez vous connecter ou compléter le formulaire ci-dessous :





Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet


Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com




30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés

L'info vient à vous
Recevez gratuitement l'essentiel de l'actualité juridique de la semaine
Je m'inscris Ou je me connecte à mon compte