Véhicule de service ou de fonction : maîtrisez vos droits & obligations

Droit du Travail Salarié

Particulier

Page 0 du dossier Véhicule de service ou de fonction : maîtrisez vos droits & obligations
Page 1 du dossier Véhicule de service ou de fonction : maîtrisez vos droits & obligations

Rédigé par Mathilde Guyban - Mis à jour le 13 Juin 2019

3.3 (3 avis)

Dans le cadre de votre activité professionnelle, un véhicule est mis à votre disposition. Vous souhaitez connaître vos droits et vos obligations afin d’user de cet avantage au mieux. Avant toutes choses vous devez bien faire la différence entre véhicule de fonction et véhicule de service. En effet, la définition de ces 2 notions a un fort impact sur leur utilisation, qui peut être personnelle en plus d'être professionnelle, et surtout sur la conservation de cet avantage durant une période de suspension du contrat de travail ou de préavis.


Les notions clés abordées dans ce dossier

  • véhicule de fonction
  • véhicule de service
  • différence entre les deux notions
  • infractions au Code de la route
  • suspension du contrat et avantage en nature
  • conservation du véhicule durant le préavis
  • négociation de l’avantage en nature

Plan détaillé du dossier

24 Questions Essentielles

  • Dans quels cas l’employeur est-il tenu de fournir une voiture de fonction ?

  • Quelle est la différence entre une voiture de fonction et un véhicule de service ?

  • La voiture de fonction est-elle un avantage en nature ?

  • Le véhicule de service est-il un avantage en nature ?

  • J’ai fait un excès de vitesse avec mon véhicule de fonction. Suis-je tenu de payer l’amende ?

  • Je suis livreur et mon employeur ne me laisse pas suffisamment de temps pour livrer le client. Si j’ai une contravention pour excès de vitesse, suis-je tenu de payer ?

  • Mon employeur peut-il retenir sur mon salaire le montant d’une contravention afférente à mon véhicule de fonction ?

  • Je dois utiliser mon véhicule personnel pour mon activité professionnelle. Comment mon employeur doit-il me dédommager ?

  • Mon employeur me dispense d’effectuer mon préavis, quand dois-je rendre ma voiture de fonction ?

  • Mon employeur veut me supprimer ma voiture de fonction, est-ce possible ?

  • Je suis en arrêt de travail, mon employeur me demande de rendre mon véhicule de fonction. Puis-je prendre acte de la rupture de mon contrat de travail ?

  • Mon employeur veut que je paie une amende pour stationnement irrégulier. En a-t-il le droit ?

  • Pressé par un délai de livraison, mon employeur me demande d’excéder les limites de vitesses autorisées. En cas de condamnation, dois-je payer l’amende ?

  • Je fais l’objet d’une suspension du permis de conduire. Mon employeur peut-il me licencier ?

  • Lors d’un contrôle de police, il est constaté que le véhicule mis à ma disposition par l’employeur n’est pas en conformité avec le contrôle technique. Dois-je payer l’amende ?

  • Je fais l’objet d’un retrait de permis de conduire. Mon contrat de travail est-il rompu de ce fait ?

  • J’utilise rarement un véhicule dans le cadre de mon contrat de travail. Quel est l’impact d’un retrait ou d’une suspension de mon permis de conduire ?

  • Puis-je utiliser en dehors du temps de travail le véhicule mis à disposition par mon employeur ?

  • En utilisant ma voiture de service, j’ai eu une contravention pour stationnement gênant. Est-ce à moi de payer la contravention ?

  • Je suis chauffeur routier. Mon employeur a-t-il le droit de me demander un justificatif du nombre de points dont je dispose ?

  • Est-ce qu'une voiture de fonction est aussi appelée véhicule de service ?

  • Vais-je payer plus d’impôts si mon employeur met à ma disposition un véhicule ?

  • Comment déclarer sa voiture de fonction ?

  • Comment négocier sa voiture de fonction ?

Voir les autres questions essentielles

1 Fiche(s) express

  • Les éléments pour tout connaître sur le véhicule de fonction et le véhicule de service

1 Modèle(s) de Lettre(s)

  • Lettre informant l'employeur du refus de restituer le véhicule de fonction

9 Avis des juges

  • Suppression d’un avantage en nature sans l’accord du salarié

  • La perte du permis d’un chauffeur routier ne suffit pas à justifier un licenciement

  • Même par avenant, vous n’avez pas à supporter les frais de remise en état d’un véhicule de fonction

  • Pas de faute grave quand les excès de vitesse du chauffeur sont rares

  • Le retrait du permis de conduire d’un salarié utilisant un véhicule ne justifie pas son licenciement

  • Modifier la prise en charge des frais de déplacement… modifie le contrat de travail !

  • Pas de faute grave quand les excès de vitesse du chauffeur sont rares

  • Utilisation à des fins personnelles du téléphone et de la voiture mis à disposition et licenciement pour faute grave

  • Véhicule personnel avec remboursement de frais ou véhicule de fonction

Voir les autres avis des juges


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier

Vous disposez ou souhaitez disposer d’un véhicule dans le cadre de vos déplacements privés et professionnels. On parle de véhicule de fonction, par opposition au véhicule de service pour lequel seul un usage professionnel est autorisé. Vous souhaitez comprendre les enjeux liés à ces deux notions. Vous vous demandez si vous avez un réel intérêt à négocier un tel avantage. Quel en sera l’impact fiscal ? Quels arguments avancer auprès de votre employeur afin d’obtenir cette gratification ? En cas d’infraction au Code de la route, qui est responsable ? L’employeur peut-il décider de supprimer cet avantage en nature ? En cas d’arrêt maladie, devez-vous répondre positivement à une demande de restitution du véhicule ? Notre dossier vous explique tout et vous aide à faire la distinction entre véhicule de service et véhicule de fonction. Il vous informe aussi sur l’incidence fiscale d’un tel avantage et vous donne les clefs afin d’entamer des  négociations en vues d’obtenir une voiture de société de la part de votre employeur.

Contenu du dossier

Notre dossier aborde les thèmes suivants :

  • la distinction entre le véhicule de fonction et celui de service ;

  • les différents usages - privés et professionnels - possibles de votre véhicule ;

  • la demande de mise à disposition d’un véhicule ;

  • l’imposition de la voiture de fonction ;

  • la personne redevable d'une amende en cas d’infraction routière ;  

  • la restitution du véhicule de fonction ou de service ;

  • l'effet de la suspension du contrat ou de la rupture sur cet avantage ;

  • la conservation ou non du véhicule lors du préavis ;

  • un modèle de lettre à destination de votre employeur signifiant que vous refusez de rendre votre véhicule de fonction ou de service.


N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat


Le mot de l'auteur

Par un arrêt de la chambre sociale de la Cour de Cassation, en date du 12 décembre 2012, (n° 11-18582), les juges sont venus dire que le véhicule attribué constitue un avantage en nature pouvant être utilisé à des fins professionnelles et personnelles, son retrait nécessite l'accord du salarié, car il s'agit alors d'un élément de sa rémunération.

Mathilde Guyban Juriste

8

Articles publiés

26

Documents rédigés


Les dernières actualités sur cette thématique

Véhicule de fonction et véhicule de service : quelles sont les différences?

La conclusion d’un contrat de travail s’accompagne parfois de la mise à disposition d’un véhicule au profit du salarié. Il faut alors savoir s’il s’agit d’un véhicule de fonction ou d’un véhicule de service....

Voir +

Salarié et véhicule de fonction

Votre employeur a changé votre véhicule de fonction sans votre accord, ou sans compensation financière ? Prenez l'attache du cabinet RIGHINI AVOCAT afin d'être conseillé et assisté pour obtenir réparation.

Voir +

L’utilisation du téléphone portable par le salarié

L’utilisation du téléphone portable par le salarié pose de nombreuses questions qui revêtent une grande importance pratique, compte tenu du fait que tous les salariés ou presque disposent de cet outil de communication.

Voir +


La question du moment

J’utilise rarement un véhicule dans le cadre de mon contrat de travail. Quel est l’impact d’un retrait ou d’une suspension de mon permis de conduire ?

Lorsque la conduite d'un véhicule n'est qu'une activité accessoire aux missions confiées au salarié ou qu'elle ne constitue pas l'un des éléments des fonctions du salarié, alors le retrait ou la suspension de son permis de conduire ne peut pas aboutir à un licenciement (1).

L'employeur est donc tenu de prendre en compte cette contrainte et d'aménager en conséquence le poste de travail du salarié concerné. Les missions de conduite de véhicules seront remplacées par d'autres missions ne nécessitant pas la détention du permis de conduire.

Un licenciement s'appuyant sur un retrait ou une suspension du permis de conduire serait déclaré sans cause réelle et sérieuse, d'autant plus qu'il serait fondé sur un fait tiré de la vie privée ce que prohibent les magistrats (2). En effet, dans une telle situation, le salarié concerné peut continuer à assurer sa prestation de travail même s'il n'a plus la possibilité de conduire.

Est, par exemple, sans cause réelle et sérieuse le licenciement d'un conducteur de travaux, dont la fonction n'implique pas d'avoir un permis de conduire (3), ou encore celui d'un coordinateur de préparation de voitures (4).

Si le licenciement n'est pas envisageable, la suspension du contrat de travail ne l'est pas non plus. En effet, le salarié est en capacité d'effectuer sa prestation de travail à l'exception de la conduite de véhicules. Il revient dès lors à l'employeur de s'adapter à cette contrainte en proposant un aménagement, temporaire ou définitif, selon qu'il s'agisse une suspension ou d'un retrait du permis de conduire, du poste de travail.


Les avis des internautes

3.3

Note moyenne sur 3 avis

  • 3

    le 18/03/2015

  • 4

    le 21/01/2015

  • 3

    explications trés claires.

    le 01/10/2014

Les autres dossiers sur le même thème


© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés