Accueil » Droit du Travail Salarié » Salaire & Rémunération 2017 » Salaire, Primes et Frais Professionnels » Véhicule de service & voiture de fonction : définition et différence

Véhicule de service & voiture de fonction : définition et différence

Comprendre vos droits en matière de véhicule de service ou de fonction

Aperçu du dossier Voir un aperçu

Garanti à jour - Rédigé par des juristes

Vous venez d'être licencié ou votre contrat de travail est suspendu – en raison d'une maladie, par exemple - et votre employeur vous réclame la restitution de votre véhicule de fonction. Vous souhaitez vous y opposer et garder l'usage de votre véhicule. Avant d'envoyer votre courrier à votre employeur, assurez-vous que vous avez le droit de garder le véhicule en votre possession. C'est dans ce contexte qu'il est important de faire la différence entre véhicule de fonction et véhicule de service. En effet, la définition de ces 2 notions a un fort impact sur leur utilisation, qui peut être personnelle ou non, en plus d'être professionnelle, et surtout sur la conservation de cet avantage.


Les notions clés abordées dans ce dossier :

  • véhicule de fonction
  • véhicule de service
  • différence entre les deux notions
  • les infractions au Code de la route
  • la suspension du contrat et l'avantage en nature
  • la conservation du véhicule durant le préavis

Dans quel cas utiliser ce dossier

Votre employeur met une voiture à votre disposition et vous ne savez pas si vous pouvez l'utiliser dans un cadre personnel ou non. on parle de véhicule de fonction lorsque le véhicule qui est mis à disposition du salarié l'est pour un usage professionnel et privé, par opposition au véhicule de service pour lequel seul un usage professionnel est autorisé. Vous vous demandez qui peut être amené à conduire un véhicule de service, ce qu'est un véhicule de service. Qui est redevable de l'amende pour excès de vitesse en cas d'infraction au Code de la route.

Contenu du dossier :

  • faire une demande de véhicule de fonction ou de service

  • les différents usages - privés et professionnels - possibles de votre véhicule

  • qui est redevable d'une amende, d'une contravention, d'un PV en cas d'infraction

  • la restitution du véhicule de fonction ou de service

  • l'effet de la suspension du contrat ou de la rupture sur cet avantage en nature

  • la conservation ou non du véhicule lors du préavis

  • un modèle de lettre à destination de votre employeur signifiant que vous refusez de rendre votre véhicule de fonction ou de service

Télécharger le dossier

Le mot de l'auteur

27/07/2016

Par un arrêt de la chambre sociale de la Cour de Cassation, en date du 12 décembre 2012, (n° 11-18582), les juges sont venus dire que le véhicule attribué constitue un avantage en nature pouvant être utilisé à des fins professionnelles et personnelles, son retrait nécessite l'accord du salarié, car il s'agit alors d'un élément de sa rémunération.

Carole Girard-Oppici Responsable éditoriale

  • 336 Articles publiés
  • 119 Documents rédigés

La question du moment

J’utilise rarement un véhicule dans le cadre de mon contrat de travail. Quel est l’impact d’un retrait ou d’une suspension de mon permis de conduire ?

La réponse

Lorsque la conduite d'un véhicule n'est qu'une activité accessoire aux missions confiées au salarié ou qu'elle ne constitue pas l'un des éléments des fonctions du salarié, alors le retrait ou la suspension de son permis de conduire ne peut pas aboutir à un licenciement (1).

L'employeur est donc tenu de prendre en compte cette contrainte et d'aménager en conséquence le poste de travail du salarié concerné. Les missions de conduite de véhicules seront remplacées par d'autres missions ne nécessitant pas la détention du permis de conduire.

Un licenciement s'appuyant sur un retrait ou une suspension du permis de conduire serait déclaré sans cause réelle et sérieuse, d'autant plus qu'il serait fondé sur un fait tiré de la vie privée ce que prohibent les magistrats (2). En effet, dans une telle situation, le salarié concerné peut continuer à assurer sa prestation de travail même s'il n'a plus la possibilité de conduire.

Est, par exemple, sans cause réelle et sérieuse le licenciement d'un conducteur de travaux, dont la fonction n'implique pas d'avoir un permis de conduire (3), ou encore celui d'un coordinateur de préparation de voitures (4).

Si le licenciement n'est pas envisageable, la suspension du contrat de travail ne l'est pas non plus. En effet, le salarié est en capacité d'effectuer sa prestation de travail à l'exception de la conduite de véhicules. Il revient dès lors à l'employeur de s'adapter à cette contrainte en proposant un aménagement, temporaire ou définitif, selon qu'il s'agisse une suspension ou d'un retrait du permis de conduire, du poste de travail.

Plan détaillé du dossier

23 Questions Essentielles

Voir les autres questions essentielles

Télécharger le dossier


Avis des internautes sur : Comprendre vos droits en matière de véhicule de service ou de fonction

3.3 Note moyenne sur 3 avis

  • 3 Par Le 18-03-2015
  • 4 Par Le 21-01-2015
  • 3 Par Le 01-10-2014
    explications trés claires.

30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2017 JuriTravail tous droits réservés