Litige en matière d'impôt sur le revenu : droits & procédure

Aperçu du dossier Voir un aperçu

Garanti à jour - Rédigé par des juristes

En tant que contribuable, vous vous voyez imposer un certain nombre d’obligations déclaratives et de paiement au titre de l’impôt sur le revenu. Vous disposez également de recours, de garantie et de moyens de réclamation et de contestation lorsqu’une situation ne vous paraît pas justifiée, ou lorsque vous rencontrez des difficultés financières.


Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Procédure de rectification contradictoire
  • Procédure de taxation d'office
  • Pénalités & majorations
  • Demandes gracieuses d'échelonnement
  • Rescrit fiscal
  • Bonne foi
  • Saisie sur salaires

Plan détaillé du dossier

26 Questions Essentielles

  • I. Contrôle fiscal et pénalités

  • Comment l’administration fiscale contrôle-t-elle les déclarations des contribuables ? Quelle procédure doit-elle respecter ?

  • J’ai reçu une proposition de rectification de l’administration fiscale. Je ne suis pas d’accord avec les informations contenues dans ce document. Puis-je la refuser et quels sont les risques ?

  • J’ai formulé des contestations après avoir reçu une proposition de rectification de la part de l’administration. Celle-ci n’a pourtant pas tenu compte de mes observations. Ai-je un recours ?

  • Je subis un redressement fiscal pour la seconde fois et pour la même période. L’administration fiscale en a-t-elle le droit ?

  • J’ai reçu une majoration de mon impôt sur le revenu alors que l’administration fiscale ne m’a jamais fait parvenir mon avis d’imposition, du moins je ne l’ai jamais reçu. Ai-je un recours ?

  • J’ai reçu une demande de renseignements ou de justifications de la part de l’administration. Or je ne dispose plus des documents de nature à prouver ma déclaration. Vais-je subir un redressement ?

  • J’ai oublié de déclarer mes impôts par simple étourderie et l’administration me taxe d’office et veut m’appliquer une pénalité. En a-t-elle le droit ?

  • J’ai subi un contrôle fiscal et je souhaite que ma bonne foi soit reconnue et bénéficier à ce titre d’un abattement ou d’une exonération des intérêts de retard. L’administration s’y oppose. En a-t-elle le droit ?

  • Je vis en France mais je travaille à l’étranger. J’ai subi un contrôle fiscal pour n’y avoir pas déclaré l’ensemble de mes revenus. Ai-je un recours ?

  • Le rescrit fiscal

  • Je suis en redressement fiscal et j’ai contesté certains des redressements envisagés. Les inspecteurs ont estimé que j’étais de mauvaise foi, et ont appliqué une pénalité supplémentaire. En avaient-ils le droit ?

  • J’ai commis une erreur dans ma déclaration et je m’en suis aperçu après. Ai-je intérêt à me dénoncer auprès de l’administration et pourrait-elle tout de même m’appliquer des pénalités ?

  • II. Recouvrement et difficultés financières

  • L’administration a effectué une saisie sur salaire suite à une taxation d’office. Il m’est très difficile de vivre avec ce qui me reste. Puis-je contester ?

  • Je suis séparée de mon conjoint/ partenaire et l’administration me demande de payer la totalité de l’impôt pour la dernière déclaration commune, ai-je un recours ?

  • J’ai subi un redressement fiscal important et je suis en difficulté pour rembourser la somme. L’administration s’oppose à un échelonnement de la dette. Ai-je un recours ?

  • J’ai subi une forte baisse de revenus entre l’année dernière et cette année. L’administration fiscale m’a fait parvenir mon avis d’imposition à l’IR qui est donc très élevé par rapport à mon niveau de vie actuel. Ai-je un recours ?

  • Je rencontre de grosses difficultés financières et le paiement de mes impôts m’est impossible. Ai-je un recours pour obtenir un sursis ou un dégrèvement ?

  • Suite à une erreur de déclaration, j’ai subi un redressement. Je souhaite payer celui-ci par compensation avec un reçu pour don. L’administration s’y oppose. Ai-je un recours ?

  • J’ai reçu un avis de recouvrement suite à un redressement fiscal. Je souhaite contester. Ai-je un recours ?

  • Je me suis aperçu que j’avais déclaré trop de revenus durant plusieurs années. L’administration fiscale refuse de me rendre le trop perçu d’impôts sur la totalité de la période concernée. En a-t-elle le droit ?

  • Qu’est-ce que la CSG ?

  • Qu’est-ce que la CRDS ?

  • Sur quels revenus s’appliquent la CSG et la CRDS ?

Voir les autres questions essentielles

8 Modèle(s) de Lettre(s)

  • Lettre de demande gracieuse d’échelonnement, de remise ou de modération de l’impôt sur le revenu

  • Lettre de demande de décharge de responsabilité et de désolidarisation de son ex-conjoint/partenaire

  • Lettre de contestation d’une proposition de rectification de l’administration fiscale

  • Lettre de saisine de la commission départementale des impôts directs et des taxes sur le chiffre d'affaires

  • Lettre de demande gracieuse d’exonération des intérêts de retard

  • Lettre informant l’inspecteur de la saisine de la commission départementale des impôts directs et des taxes sur le chiffre d'affaires

  • Lettre de réclamation : contestation du taux de prélèvement calculé

  • Lettre de réclamation : contestation du montant final de l’impôt

Voir les autres modèle(s) de lettre(s)

1 Formulaires CERFA

  • Demande de délais de paiement pour cause de baisse de revenus de 30% ou plus


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quels cas utiliser ce dossier ?

Vous êtes imposable à l’impôt sur le revenu et êtes tenu à de nombreuses obligations à ce titre. L’administration fiscale dispose en effet de pouvoirs très étendus en matière de vérification de l’exactitude de vos déclarations. Bien qu’étant de bonne foi, nul n’est parfait, et vous pouvez parfaitement commettre involontairement des omissions, inexactitudes ou insuffisances lors de votre déclaration, ou tout simplement oublier de déclarer par étourderie.

Dans ce cas, vous courez le risque de subir un contrôle suivi d’un redressement fiscal, par le biais d’une procédure de rectification contradictoire dans le meilleur des cas, ou d’imposition d’office. Il est alors important de connaître l’étendue des pouvoirs de l’administration et les recours gracieux et/ou contentieux dont vous disposez si vous souhaitez contester. Même le contribuable de bonne foi peut être confronté à ces difficultés un jour, et devant la complexité du domaine fiscal, se sentir bien impuissant.

Vous avez oublié de déclarer vos impôts ou avez commis des erreurs dans votre déclaration et souhaitez connaître vos droits en cas de contrôle de l’administration ? Vous subissez une procédure de rectification contradictoire ou de taxation d’office et aimeriez connaître vos possibilités de réclamation ? L’administration vous a appliqué des pénalités ou des majorations, et vous en contestez le bienfondé ? Vous être en grave difficulté financière suite à un contrôle fiscal ou à une baisse de vos revenus et aimeriez connaitre vos possibilités de recours ?

Contenu du dossier

Vous trouverez dans notre dossier les clés et outils nécessaires à une meilleure compréhension et application de vos droits et obligations fiscales en matière d’impôt sur le revenu :

  1. Rescrit fiscal
  2. Délai de prescription (redressement fiscal, restitution d’un trop-perçu)
  3. Omission, insuffisance ou inexactitude déclaratives
  4. Procédure de taxation d’office
  5. Procédure de rectification contradictoire
  6. Pénalités et majorations fiscales
  7. Notion de bonne foi en droit fiscal
  8. Demandes gracieuses de remise, modération et d’échelonnement de l’impôt
  9. Recouvrement de l’impôt et à la saisie sur salaire.

Télécharger le dossier


N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat

Télécharger le dossier


Le mot de l'auteur

La campagne 2018 de l'IR se déroule d'avril à juin 2018 selon la zone géographique de résidence du contribuable.

Rédaction Juritravail Juriste rédacteur web

134

Articles publiés

175

Documents rédigés


Les dernières actualités sur cette thématique

Bitcoin : les plus-values réalisées en 2019 au titre de la cession d’actifs numériques doivent être déclarées

Nouveauté de la déclaration 2020 : les plus-values réalisées à titre occasionnel , depuis le 1er janvier 2019, lors de la cession d’actifs numériques (ou de droits s’y rapportant) qui relèvent du régime d’imposition des plus-values...

Voir +

La fiscalité des cryptos monnaies (Bitcoin etc) pour les opérations antérieures à 2019.

Vous avez tradé des Bitcoin, Ethereum, Dashavant 2019 ? Vous souhaitez connaitre la fiscalité applicable avant la réforme pour régulariser vos opérations passées ? Découvrez notre article didactique.

Voir +


La question du moment

J’ai subi une forte baisse de revenus entre l’année dernière et cette année. L’administration fiscale m’a fait parvenir mon avis d’imposition à l’IR qui est donc très élevé par rapport à mon niveau de vie actuel. Ai-je un recours ?

L'impôt sur le revenu de l'année N est établi sur les revenus de l'année N-1. Lorsque le contribuable ne connaît pas de changement important dans sa situation financière et si ses revenus restent à peu près stables, le montant de l'impôt reste cohérent au regard de ses moyens. En revanche, s'il connaît une évolution (par exemple s'il perd son emploi, qu'il en a changé et que son nouveau salaire est bien inférieur…), il peut lui être difficile de faire face à l'impôt au moment où celui-ci est établi.

C'est pourquoi la loi a mis en place un mécanisme de nature à prendre en compte ces éventuels bouleversements. L'administration n'a en principe pas l'obligation d'accepter une demande de remise, de modération, ou d'échelonnement de l'impôt (1), sauf lorsque le demandeur a connu une baisse de revenus de plus de 30%.

Ainsi, le contribuable qui perçoit des revenus entrant dans la catégorie des traitements et salaires, indemnités, pensions et rentes viagères, bénéficie sur demande de délais de paiement pour l'impôt sur le revenu au titre de l'année précédente. Ces délais de paiement sont obligatoirement acceptés lorsqu'une baisse de plus de 30% est constatée entre :

  • le montant des revenus perçus au titre du mois où est formulée la demande ;
  • un montant de référence égal à la moyenne des revenus du foyer fiscal au cours des 3 mois précédents.

De plus, si le foyer fiscal dispose d'autres catégories de revenus, la baisse constatée est rapportée au montant de référence majoré du montant mensuel moyen des autres revenus déclarés l'année précédente pour apprécier si le taux de 30% est atteint.

Il faut alors adresser une demande à l'appui de laquelle sont jointes toutes les pièces utiles à l'étude de son dossier (bulletins de salaires…). La demande est effectuée sur un formulaire spécifique de demande de délai de paiement.

Lorsque la baisse des revenus a été inférieure à 30%, l'administration n'est pas tenue d'accepter d'échelonnement, de remise ou de modération de l'impôt. Le contribuable peut néanmoins en effectuer la demande (il s'agit alors d'une demande gracieuse) afin que sa situation soit étudiée par son centre des finances publiques.

Il doit alors négocier avec l'administration et la convaincre des difficultés rencontrées. Le comptable publique dispose de la plus grande liberté quant à l'acceptation ou au refus de la demande.

Le redevable de l'impôt peut lui adresser une demande écrite, en lui adressant une offre d'échéancier ou une proposition de plan de règlement, ou en lui précisant la remise ou la modération espérée. Il doit transmettre également tout élément de nature à convaincre l'administration de la réalité des difficultés rencontrées.

La bonne foi du contribuable a un poids important dans la bienveillance de l'administration quant à l'acceptation d'une telle demande.

Le refus de l'administration peut toutefois être contesté soit en effectuant un recours hiérarchique, soit devant le juge administratif par le biais d'un recours pour excès de pouvoir (2).


Les autres dossiers sur le même thème


© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés