Les aides et l'accompagnement des seniors

Aperçu du dossier Voir un aperçu

Garanti à jour - Rédigé par des juristes

Au fil des ans, l’espérance de vie n’a cessé de s’allonger, générant un renforcement du vieillissement de la population. En effet, si grand nombre de seniors conservent une autonomie leur permettant de vivre leur retraite dans de bonnes conditions, d'autres se retrouvent dans une dépendance s'accentuant au fil des ans, pouvant les placer dans une grande précaritéSe pose alors la question de savoir si une personne âgé peut bénéficier de certaines aides eu égard son état de santé. Nous vous aidons à y répondre.


Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Personnes âgées dépendantes
  • Proche aidant
  • Seniors en perte d'autonomie
  • Aides
  • Allocation personnalisée d'autonomie
  • Aides à domicile
  • Allocation solidarité aux personnes âgées
  • Allocation supplémentaire d'invalidité
  • Résidence autonomie
  • EHPAD
  • USLD
  • La maltraitance des personnes âgées
  • Les droits des seniors en établissement

Plan détaillé du dossier

16 Questions Essentielles

  • Mes parents, en tant que personnes âgées, disposent de faibles revenus, peuvent-ils prétendre à une aide ?

  • Mes parents ont de faibles revenus, comment faire la demande de l’allocation solidarité aux personnes âgées ?

  • Quelle est la procédure de décision dans le cadre d’une demande d’Allocation personnalisée d’autonomie ?

  • J’ai effectué une demande d’allocation personnalisée d’autonomie, quand serais-je fixé sur l’issue de la demande ?

  • Quels sont les droits des personnes âgées hébergées en établissement ?

  • Mon père n’a pas encore atteint l’âge de prétendre à l’allocation de solidarité aux personnes âgées, il est invalide, peut-il prétendre à l’allocation supplémentaire d’invalidité ?

  • Ma mère est en perte d’autonomie, peut-elle bénéficier d’une aide à domicile et comment l’obtenir ?

  • Mon père est en perte d’autonomie, je souhaite le placer en établissement. Peut-il bénéficier d’une aide ?

  • Ma mère ne peut plus se faire ses repas, des dispositifs d’aide existent-ils pour elle ?

  • Qu’est-ce qu’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes ?

  • Qu’est-ce qu’une résidence-autonomie ?

  • Qu’est-ce qu’une unité de soins de longue durée ?

  • Qu’est-ce que l’aide sociale à l’hébergement et comment en bénéficier ?

  • Mon père est victime de maltraitance par le personnel de la maison de retraite, quels sont ses recours ?

  • Qu’est-ce qu’un aidant familial et quel régime lui est applicable ?

Voir les autres questions essentielles

4 Formulaires CERFA

  • Cerfa n°14953*01 Demande d'allocation de solidarité aux personnes âgées auprès de la MSA

  • Cerfa n°13710*02 Demande d'allocation de solidarité aux personnes âgées auprès de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (CNAV)

  • Cerfa n°13435*03 Demande d'ASI auprès de la MSA

  • Cerfa n°11175*05 Demande d'Asi auprès de la CPAM (titulaires d'une pension d'invalidité versée par la Sécurité sociale) (S4151f)


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Face au vieillissement de la population le gouvernement a souhaité, à travers une loi de 2015, donner les moyens aux personnes âgées d’agir en cas de perte d’autonomie. Son objectif, outre l’accompagnement des personnes séniors dépendantes et la reconnaissance d’un statut de proche aidant, est de faire évoluer le regard de la population sur la vieillesse.

Vous souhaitez savoir à quelles aides peuvent prétendre les personnes âgés. Quelles sont les conditions requises pour bénéficier de l’ASPA ? A quoi peut prétendre une personne âgée en perte d’autonomie ?

Contenue du dossier :

Vous trouverez dans ce dossier toutes les réponses aux aides dont peut bénéficier un sénior eu égard son état de santé. Sera abordé :

  • l’allocation solidarité aux personnes âgées (ASPA) ;
  • l’allocation personnalisée autonomie (APA) ;
  • le droit des personnes âgées hébergées en établissement ;
  • l’allocation supplémentaire invalidité (ASI) ;
  • comment bénéficier d’une aide à domicile ;
  • l’aidant familial ;

Télécharger le dossier


N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat

Télécharger le dossier


Le mot de l'auteur

Selon le ministère des affaires sociales et de la santé, les personnes âgées de 60 ans et plus sont au nombre de 15 millions aujourd'hui. Parmi eux, 8% sont dépendants et il fixe l'âge moyen de perte d'autonomie à 83 ans.

Mickaël Felix Juriste

48

Articles publiés

63

Documents rédigés


La question du moment

Qu’est-ce qu’un aidant familial et quel régime lui est applicable ?

Dans certains cas, la perte d'autonomie est telle qu'elle nécessite un accompagnement régulier voire permanent. En telle situation, le choix peut être fait de placer la personne âgée dans un établissement de type EHPAD. Toutefois, les proches du senior peuvent également faire le choix de s'en occuper et de l'héberger. Le proche devient alors un aidant familial, pour lequel un régime spécial est applicable.

Dès lors que vous aidez une personne âgée dans l'accomplissement des actes ou activités de la vie quotidienne, de manière régulière et fréquente, à titre non professionnel, vous êtes qualifiés de proche aidant ou d'aidant familial. Toutefois, tout le monde ne peut pas l'être. En effet, peuvent être proches aidant le conjoint, le concubin ou le partenaire du senior. Peuvent également être aidant familial un parent ou un allié de la personne âgée (1).

Le fait de vous occuper d'un proche âgé en perte d'autonomie vous permet, sous certaines conditions de bénéficier d'un régime spécial.

Ainsi, lorsque l'un de vos proches est en perte d'autonomie et que vous faites le choix de vous en occuper, vous avez la possibilité de demander un congé de proche aidant non rémunéré. Ce congé est admis lorsque le proche concerné par la perte d'autonomie est notamment votre conjoint, votre concubin ou encore l'ascendant de votre conjoint (2).

Vous pouvez également demander un congé de soutien familial à votre employeur. Dans ce cas, vous informez votre employeur de votre volonté de suspendre votre contrat de travail et de la date de votre départ, par lettre recommandée avec accusé de réception ou remise contre récépissé au moins 1 mois avant le début dudit congé (3).

En outre, le droit du travail vous garantit certains avantages en termes de congés ou d'aménagement du temps de travail afin de vous permettre de remplir votre rôle de proche aidant.

Encore, lorsque vous assurez une présence ou une aide indispensable au maintien à domicile du senior concerné et que vous ne pouvez être remplacé, certains droits vous sont offerts. Ainsi, vous pouvez bénéficier d'une affiliation à l'assurance vieillesse afin de valider des trimestres pour votre retraite (4).

De plus, si vous n'étiez pas salarié avant de vous occuper de votre proche en perte d'autonomie et sous certaines conditions, vous pouvez acquérir des droits à chômage. Aussi, certaines aides peuvent-elles vous être accordées, telles que l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) (5).

Enfin, avant toute chose, le proche aidant doit penser à sa propre santé. Seul un aidant familial en bonne santé pourra venir en aide à la personne dépendante. Il a donc droit à des moments de répit et dispose d'un droit au repos (6). De ce fait, n'hésitez pas à échanger avec des professionnels qui peuvent intervenir auprès de la personne concernée. Vous pouvez évoquer avec eux vos difficultés, ils pourront vous conseiller. Surtout, pensez à vous ménager des moments de pause, ils sont indispensables !

Lorsque vous vous sentez fatigué, épuisé, n'hésitez pas ! Consultez un médecin ! il pourra vous proposer un bilan de santé global et vous donner des conseils !


© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés