photo de L'équipe Juritravail

Ce dossier : 

Exercer l'autorité parentale après la séparation

a été rédigé par L'équipe Juritravail, Juriste rédacteur web

Maladie & Santé au Travail

Particulier

personnages illustrant Juritravail

Exercer l'autorité parentale après la séparation

Rédigé par L'équipe Juritravail - Mis à jour le 25 septembre 2020

Vous envisagez de vous séparer de votre conjoint, de votre partenaire de pacte civil de solidarité (PACS) ou de votre concubin(e) ?

En présence d'enfants mineurs, cette décision peut avoir des conséquences importantes sur l'exercice de l'autorité parentale.

Nous vous informons sur vos droits en matière d'autorité parentale après séparation...

Lire la suite


Descriptif du dossier

Vous envisagez de vous séparer de votre conjoint, de votre partenaire de pacte civil de solidarité (PACS) ou de votre concubin(e) ?

En présence d'enfants mineurs, cette décision peut avoir des conséquences importantes sur l'exercice de l'autorité parentale.

Nous vous informons sur vos droits en matière d'autorité parentale après séparation.


Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Autorité parentale & séparation

  • Droit de visite

  • Droit d’hébergement

  • Garde alternée

  • Adoption & droit de garde


Plan détaillé du dossier

Nos dossiers sont composés de plusieurs questions essentielles. Il s'agit des questions les plus fréquemment posées sur le thème du dossier. Nos juristes répondent à ces questions de manière précise et succincte pour vous faciliter la compréhension du droit.


Ce dossier contient également

3 Modèle(s) de Lettre(s)

Gagnez du temps en utilisant nos modèles de lettre. Grâce aux commentaires et précisions de nos juristes, personnalisez votre modèle puis imprimez-le : c'est prêt !

1 Fiche(s) express

Complètes et pratiques, nos fiches express vous fournissent toutes les informations juridiques dont vous avez besoin.


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Votre vie de couple bat de l'aile au point que vous envisagez une séparation. Si celle-ci survient, vous aurez besoin d'organiser l’exercice de l’autorité parentale et de fixer le mode de garde de vos enfants mineurs.

Vous vous demandez de quelle manière est attribuée l'autorité parentale ? Comment faire lorsque votre ancien compagnon ou ancienne compagne ne vous représente pas votre enfant à l’heure et au lieu convenus ? Quels sont les risques que vous encourez si vous n’amenez pas votre enfant chez l’autre parent parce qu’il refuse d’y aller ? Les grands-parents ont-ils un droit de visite et d'hébergement à l'égard de leurs petits-enfants ? 

Après la séparation des parents, l'exercice de l’autorité parentale est strictement encadré par la loi. Le juge détermine le mode de garde (garde alternée, droit de visite et d’hébergement) dans l’intérêt de l’enfant.

Contenu du dossier :

Ce dossier vous apporte des réponses précises sur l’exercice de l’autorité parentale après la séparation des parents :

  • les risques de non-représentation d’enfant à l’autre parent ;

  • la garde alternée et l’intérêt de l’enfant ;

  • le droit de visite et d’hébergement des grands-parents et de l’un des parents ;

  • les conditions d’obtention de l’autorité parentale exclusive ;

  • l'adoption et la garde de l’enfant.


La question du moment

Mes enfants refusent d’aller chez leur père (mère) durant les périodes convenues, qu’est-ce que je risque si je ne les y amène pas ?

Lorsque l'autorité parentale est exercée en commun par les deux parents, ils déterminent ensemble le lieu de la résidence de l'enfant. A défaut d'accord entre eux, c'est au juge de déterminer la résidence de l'enfant.

Quand la résidence de l'enfant n'est pas alternée chez l'un et l'autre des parents, le parent chez lequel il ne réside pas doit respecter un droit de visite et d'hébergement. Ce droit est fixé par les parents qui décident des jours et heures de visite et d'hébergement. En cas de conflit entre eux, c'est le juge qui détermine les conditions d'exercice de ce droit (1).

Le parent qui bénéficie de ce droit de visite et d'hébergement n'est pas contraint de l'exercer : si un parent ne vient pas chercher son enfant le vendredi soir pour le week-end, l'autre parent ne peut pas l'y obliger. Il s'agit d'un droit et non d'une obligation. 

Dans tous les cas, le refus d'un enfant de voir l'un de ses parents, ne libère pas l'autre parent du devoir de lui présenter l'enfant. A défaut, il peut être condamné pour délit de non-représentation d'enfant (2) puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende.

Néanmoins, lorsqu'un adolescent refuse de se rendre chez le parent qui bénéficie du droit de visite et d'hébergement, il semble difficile de l'y contraindre. Le plus souvent, des poursuites ne sont pas engagées contre le parent qui n'a pas amené l'enfant chez le parent bénéficiaire de ce droit.


N'attendez plus ! Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un langage clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat


Les dernières actualités sur cette thématique

  • Coronavirus et droit de garde des enfants

    Comment s'organise l’exercice des modalités relatives à la résidence alternée/l’exercice du droit de visite et d’hébergement en cas de crise sanitaire et de confinement?

    Voir +
  • Le formulaire d’information des enfants mineurs dans le cadre d’un divorce par consentement mutuel

    La procédure de divorce par consentement mutuel vient de changer radicalement. Institué par l’article 50 de la loi n° 2016-1547 du 18 novembre 2016 de modernisation de la justice du XXIème siècle, entrée en vigueur le 1er janvier 2017, ce « nouveau » divorce par consentement mutuel bouleverse les habitudes des praticiens. Parmi les nombreuses modifications apportées par cette nouvelle procédure de divorce, qui ne nécessite donc plus (sauf cas particuliers) d’audience, la nécessité d’annexer à la convention de divorce des formulaires d’informations signés par les enfants mineurs pose de nombreuses questions.

    Voir +
  • Et si le divorce sans juge devenait possible ?

    Alors que l'efficacité de la justice est au coeur du projet de réforme, la modification de la procédure de divorce revient sur le devant de la scène. Le Gouvernement a effectivement clairement affiché sa volonté de réformer en profondeur la justice française. Dans ce cadre, Christiane Taubira, ancienne garde des Sceaux, a présenté en Conseil des ministres le 31 juillet 2015 un projet de loi visant à réformer la Justice du XXIème siècle (1). 

    Voir +

Pour aller plus loin

En savoir plus sur le thème Autorité Parentale après séparation

Nos documents sur le thème :

Résoudre un litige lié à la pension alimentaire

Rédigé par Swann Ancelin, mis à jour le 30/09/2020

Lettre de demande de partage aux fins de sortie de l’indivision

5 (3 avis clients)

Rédigé par L'équipe Juritravail, mis à jour le 07/11/2018

Nos publications sur le thème :