Accueil » Annuaire des avocats » Infos Pratiques » Quels sont les tarifs des avocats ?

Quels sont les tarifs des avocats ?

Par 17-10-2017
Quels sont les tarifs des avocats ?

Le recours à un avocat peut s’avérer nécessaire lorsque vous vous trouvez face à deux types de situation. D’une part, si vous souhaitez faire valoir vos droits ou défendre vos intérêts devant le juge. D’autre part, si vous souhaitez qu’il vous apporte une aide en phase précontentieuse. Il peut en effet être votre interlocuteur privilégié pour résoudre un différend amiable ou pour vous aider dans la rédaction d’un contrat par exemple.

Les honoraires de l’avocat sont libres. Effectivement, ils font l’objet d’une négociation entre le professionnel du droit et son client. Ils conviennent ensemble du mode de rémunération (convention d'honoraires, convention au forfait, convention d’honoraire en pourcentage de la somme gagnée) et de son montant

La rémunération d'un avocat est en principe versée en plusieurs échéances (acompte, provisionnel, solde) et se compose toujours :

  • des émoluments, droits et débours. Il s'agit des frais incompressibles de l’avocat en lien direct avec la procédure engagée. Le tarif est réglementé lorsque l'avocat intervient devant un tribunal où que sa présence est obligatoire ;
  • des honoraires. Il s'agit de la partie libre de la rémunération de l'avocat. Ce tarif peut être forfaitaire ou fixé à l'heure (au temps passé), selon plusieurs facteurs :
    • ses compétences (multiples ou spécialiste) ; 
    • son expérience (ancienneté) et sa notoriété ;
    • le barreau auquel il est inscrit (prise en compte de la concurrence) ;
    • la complexité de l'affaire et l'éventuel recours à des tiers (ex : recours à un assistant, à un détective privé, à un huissier, à un géomètre) ;
    • s'il s'agit de la reprise d'un dossier précédemment traité par un confrère ou non ; 
    • sa disponibilité et la nécessité d'une intervention rapide ou non (ex : en référé).

L’avocat peut prévoir avec son client des honoraires en fonction du résultat obtenu. Ce type de convention est souvent utilisé lorsque les enjeux financiers sont importants afin d’intéresser l’avocat à l’issue favorable du dossier (exemple : la convention prévoit que l’avocat touchera 10% des indemnités allouées par le juge). 

A titre d'exemple, un avocat à qui un époux s'adresse pour obtenir la défense de ses droits et obtenir un divorce pour faute en raison de l'adultère de son épouse, peut facturer à son client :

  • 180 euros TTC l'heure de consultation
  • une convention de forfait pour agir en justice et défendre son dossier (1.800 euros TTC le dossier en première instance) ou une facturation à l'heure (réel) à 180 euros TTC ;
  • un fixe complémentaire de 80 euros à partir de la troisième audience, si des reports sont utilisés par la partie adverse. 

 

Un cadre qui agit aux prud’hommes paye-t-il plus cher qu’un salarié ?

 

Oui, généralement. Plus le salaire et les revenus de la personne sont importants, et donc que ses intérêts financiers sont élevés (prêt immobilier, charges de famille, placements non mobilisables, etc.). En conséquence, les honoraires de l'avocat seront vraisemblablement élevés.

Par exemple, un cabinet d'avocats peut proposer un honoraire forfaitaire de 1.500 euros HT pour un employé ou un ouvrier qui prend acte de la rupture de son contrat de travail aux torts de l'employeur, alors qu'il proposera un tarif à l'heure de 2.000 euros HT pour un cadre qui conteste son licenciement pour insuffisance professionnelle. 

 

Une société paie-t-elle plus cher qu'un particulier ?

 

Oui, en principe les honoraires de l'avocat varient selon la qualité de la personne qui le consulte. La plupart du temps, les intérêts en jeux sont généralement beaucoup plus importants pour une personne morale (risque de liquidation d'une société, perte de la personnalité juridique, licenciement des employés, risque pénal, retombée sur les sous-traitants et cocontractants).

Par exemple, la consultation d'une avocate peut être facturée forfaitairement 125 euros HT de l'heure (soit 150 euros TTC) s'il s'agit d'une personne au chômage qui veut engager une procédure en contestation de son licenciement. Si c'est l'employeur qui prend conseil auprès d'un avocat, car son ancienne employée l'assigne pour harcèlement sexuel, la consultation lui sera facturée 150 euros HT de l'heure (soit 180 euros TTC), car l’entreprise risque plus d’argent dans cette affaire. 


30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2017 JuriTravail tous droits réservés