Accueil » Annuaire des avocats » Infos Pratiques » 4 cas où un Avocat spécialisé en Droit de la famille est indispensable

4 cas où un Avocat spécialisé en Droit de la famille est indispensable

Par 09-10-2017
4 cas où un Avocat spécialisé en Droit de la famille est indispensable

Dès que l’on touche à la vie privée, il est souvent délicat de s’adresser à un professionnel du droit.  Un avocat peut parfois se révéler indispensable devant un tribunal : il va vous aider à vous poser les bonnes questions et faire le bilan de la situation avant de vous lancer dans une procédure, pouvant être longue.

Un avocat spécialisé en droit de la famille peut se révéler être un véritable atout dans certains domaines, comme pour une garde d’enfant, un divorce, une succession etc…

Cet accompagnement juridique permet "d’affronter" plus aisément ses angoisses ou le stress de la rencontre avec le juge aux affaires familiales. Cela est d’autant plus vrai pour le divorce même par consentement mutuel, le sort de l’enfant ou le versement de la pension alimentaire.  

Devant le juges aux affaires familiales

Devant le juge aux affaires familiales, l’avocat n’est pas toujours obligatoire. Mais il peut l’être notamment dans le cas d’un divorce. En effet, même s’il s’agit d’un divorce par consentement mutuel, les époux doivent être représentés par au moins un avocat pour les deux.

L’avocat est obligatoire dès que cela touche à une succession, une adoption ou une recherche de paternité.

L’avocat, de préférence spécialisé en droit de la famille, est obligatoire devant le Tribunal de grande instance

Obligatoire ou non, l’avocat aura plus facilement le langage adapté ou les arguments qui atteindront plus aisément le juge.

Procédure de divorce

Dans le cadre du divorce, il convient de distinguer où l’on se situe dans la procédure.

En phase de conciliation, l’avocat n’est pas obligatoire, même si sa présence est vivement conseillée. Il a en effet un rôle tactique : il connait ses interlocuteurs et la procédure.

A l’inverse, durant la phase judiciaire du divorce, vous avez l’obligation de vous faire assister d’un avocat. Son intervention est alors capitale car c’est là que tout se joue pour obtenir un jugement favorable. 

Depuis le 1er janvier 2017, les époux qui souhaitent divorcer par consentement mutuel n’ont plus besoin de passer devant le JAF sauf si un enfant souhaite être auditionné. Si tel est le cas, l’homologation de la convention se fait nécessairement devant le juge aux affaires familiales et la présence de leurs avocats respectifs est obligatoire.

Elle peut se faire par acte sous seing privé contresigné par l’avocat de chacune des parties et être déposé par la suite devant notaire

Autorité parentale

Quand il s’agit de l’autorité parentale, le recours à un avocat n’est pas nécessaire. En effet, l’autorité parentale est exercée conjointement par chacun des deux parents.

Mais en cas de désaccord et de saisine du juge aux affaires familiales, les enjeux vous mènent à l’avocat même s’il n’est pas obligatoire, car une fois saisit le juge va prendre sa décision en fonction de l’intérêt de l’enfant et, par conséquent, peut décider de retirer à l’un des parents voir les deux (ce qui est rare) l’autorité parentale.

Pension alimentaire

La pension alimentaire est généralement fixée lors du jugement de divorce. C’est le fait pour chacun des parents de contribuer à l’entretien et à l’éducation des enfants, en fonction des ressources et des besoins des enfants.

Cependant la pension alimentaire peut être source de nombreux litiges comme son absence de versement ou encore sa revalorisation. Même si pour ces deux demandes l’avocat n’est en soit pas obligatoire, il est vivement recommandé afin de vous aider notamment pour la rédaction de votre demande de saisir le juge aux affaires familiales ou une aide lors de l’audience.

 


30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2018 JuriTravail tous droits réservés