Permis à points

Aperçu du dossier Voir un aperçu

Garanti à jour - Rédigé par des juristes

Vous commettez une infraction au Code de la route, vous êtes alors passible d’un retrait de points sur votre permis de conduire. Pour autant vous ne vous estimez pas responsable de cette infraction et entendez contester, rassurez-vous des recours existent.

Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Permis de conduire
  • Permis à points
  • Invalidation du permis
  • Recours
  • Stage de sensibilisation
  • Récupération de points
  • Courrier de contestation
  • Contester un retrait de points
  • Notification du retrait de point

Plan détaillé du dossier

40 Questions Essentielles

  • I. L'information du retrait de points

  • Lors d’un contrôle routier l’agent de police m’a informé d’un retrait de point, mais le nombre de points retirés n’est pas inscrit sur le PV. Puis-je contester ce retrait ?

  • Je m’aperçois qu’il me manque des points sur mon permis de conduire mais je n’ai jamais reçu aucun courrier m’informant d’un quelconque retrait de point. Est-ce légal ?

  • J’ai été informé d’un retrait de point en lettre simple, puis-je contester ce retrait ?

  • Suite à une perte totale de mes points, la préfecture ne m’a envoyé aucun courrier m’informant de l’invalidation de mon permis. Est-ce que je peux toujours continuer à conduire ?

  • Suite à la perte totale de mes points, j’ai reçu un courrier m’informant de l’annulation de mon permis de conduire. Or, j’ai contesté ma dernière infraction, pour laquelle je n’ai toujours pas reçu de réponse. L’invalidation de mon permis est-elle valable ?

  • II. Contester un retrait de point

  • Suite à un retrait de permis, j’ai dû le repasser. Mon nouveau permis ne comporte que 6 points et non pas 12. Est-ce que je peux contester ce nombre ?

  • Lorsqu’il ne me restait plus que 6 points sur mon permis, je n’ai pas été informé de la possibilité de réaliser un stage de récupération de point. Est-ce que je peux contester les pertes de point suivantes ?

  • J’ai perdu 3 points d’un coup et j’ai reçu un courrier me demandant d’assister à un stage de récupération de points. Que se passe-t-il si je refuse d’y assister ?

  • Des points m’ont été retirés pour une infraction que je n’ai pas commise car j’avais prêté mon véhicule à une tierce personne. Comment puis-je contester ce retrait de points ?

  • Des points m’ont été retirés alors que j’ai obtenu mon permis avant la loi instituant le permis à points. Puis-je contester ce retrait sur ce fondement ?

  • Une infraction au Code de la route a été commise avec mon véhicule par une personne à qui je l’avais prêté. Que va-t-il se passer si je conteste le retrait de point, sans donner le nom du conducteur ?

  • Durant mes heures de conduite, mon moniteur auto-école fait ses courses personnelles, quels sont mes recours ?

  • Verbalisé pour excès de vitesse en me rendant chez un fournisseur, puis-je mettre la contravention à la charge de la société ?

  • Les plaques d’immatriculation de ma voiture ont été volées. Que dois-je faire ?

  • Je soupçonne une usurpation de mes plaques d’immatriculation car j’ai reçu des contraventions que je n’explique pas. Que faire ?

  • La préfecture refuse de procéder au changement de mon immatriculation au motif qu’il n’y a pas usurpation de mes plaques à ce jour. Est-ce normal ?

  • J’ai vendu mon véhicule mais je reçois de nombreuses contraventions car l’acheteur n’a pas changé le certificat d’immatriculation. Comment puis-je m’exonérer ?

  • J’aurais été flashé pour un excès de vitesse avec mon tracteur sur l’autoroute. Comment puis-je contester ?

  • J’ai reçu une contravention pour un véhicule qui correspond en tous points au mien. Seulement, je suis certain de ne pas être l’auteur de l’infraction. Que dois-je faire ?

  • Comment prouver que l’immatriculation de ma moto a été usurpée ?

  • J’ai signalé une usurpation de mes plaques d’immatriculation mais je continue à recevoir des contraventions. Que dois-je faire ?

  • Je me suis rendu au commissariat pour signaler l’usurpation de mon immatriculation mais l’officier de police refuse de recevoir ma plainte. Que puis-je faire ?

  • Comment contester l’annulation de mon permis de conduire pour des infractions dont je ne suis pas l’auteur ?

  • J’ai reçu une amende forfaitaire majorée pour une infraction que je n’ai pas pu commettre et sans avoir reçu au préalable la moindre contravention. Que faire ?

  • Puis-je contester une saisie sur mon salaire pour recouvrer des contraventions dont je ne suis pas l’auteur car mon immatriculation a été usurpée ?

  • Les conditions d’inscription dans une auto-école

  • La conduite accompagnée

  • Extrêmement mécontent de la qualité de l’enseignement de l’auto-école de mon enfant, ai-je un recours ?

  • Je me rends dans mon auto-école pour ma première leçon de conduite mais je trouve porte close, l’auto-école a fait faillite. Vais-je obtenir le remboursement de mon inscription ?

  • Mon moniteur auto-école refuse que je fasse la conduite supervisée, en a t-il le droit ?

  • Qu’est-ce que je risque si je détériore ma plaque d’immatriculation volontairement afin d’éviter de prendre un PV automatique ?

  • Je n’ai pas pu effectuer mes heures de conduite car je suis tombé malade, vais-je être remboursé pour les heures non effectuées ?

  • Je dois déménager, puis-je changer d’auto-école ?

  • Mon ancienne auto-école rechigne à me remettre mon dossier, puis-je l’y contraindre ?

  • Je n’ai pas été reçu à l’examen du permis de conduire, or je n’ai fait aucune faute, puis-je contester ?

  • L’auto-école tarde à me présenter à l’examen et m’impose de prendre des heures supplémentaires, puis-je contester cette méthode ?

  • J'envisage d'opter pour une auto-école en ligne, comment fonctionnent-elles? Est-ce que je peux faire confiance à ces plateformes?

Voir les autres questions essentielles

4 Modèle(s) de Lettre(s)

  • Lettre de contestation pour le retrait de points sur le permis de conduire

  • Lettre de mise en demeure de restituer un dossier

  • Lettre de réclamation suite au comportement d’un moniteur auto-école

  • Lettre de réclamation suite à l’enseignement délivré par une auto-école


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Vous souhaitez connaitre les différentes façon d'être informé d'un retrait de points

Il existe plusieurs façons de vous informer d’un retrait de points à la suite d’une infraction. Lors de l’interpellation sur les lieux de l’infraction, l’agent de police ou de gendarmerie qui relève l’infraction doit impérativement vous notifier la perte de points auquel cas la voie de la contestation est ouverte.

Lorsque l’infraction a été constatée par un radar automatique, c’est l’administration qui est chargée de vous informer d’un retrait de point. Lorsque l’administration ne vous a pas informé du retrait de points vous pouvez contester ce retrait de points sur votre permis de conduire. 

Vous pouvez également prendre connaissance du nombre de points restant sur le permis de conduire en vous adressant à la Préfecture ou via internet.

Vous entendez contester un retrait de points

Vous avez prêté votre véhicule et la personne à commise une infraction? L’agent des forces de l’ordre ne vous a pas notifié le retrait de permis lors de l’interpellation ? Vous n’avez pas reçu de courrier de l’administration vous informant d’un retrait de point … ? Alors vous êtes en droit de contester !

Pour contester un retrait de points vous devez respecter une certaine procédure.

Envisagez également de suivre un stage de sensibilisation à la sécurité routière qui vous permet de récupérer des points sur votre permis de conduire.

En attendant, n’oubliez pas que rouler sans permis est puni par la loi d’une amende et/ou d’une peine d’emprisonnement.

Contenu du dossier :

Ce dossier comprend des informations relatives :

  • a l’information d’une perte de points sur le permis de conduire ;
  • a la contestation d’une perte de points sur le permis ;
  • a la contestation d’une infraction par une autre personne avec le véhicule qu’on lui a prêter ;
  • au stage de sensibilisation à la sécurité routière ;
  • a la nouvelle réglementation relative à la baisse de la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h.

Télécharger le dossier


N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat

Télécharger le dossier


La question du moment

J’ai vendu mon véhicule mais je reçois de nombreuses contraventions car l’acheteur n’a pas changé le certificat d’immatriculation. Comment puis-je m’exonérer ?

Dans le cadre de la cession d'un véhicule (vente/don), le vendeur et l'acquéreur doivent accomplir un certain nombre de formalités administratives. Le vendeur doit alors prendre quelques précautions notamment pour la remise des documents à l'acheteur.

Il est nécessaire de remettre au nouveau propriétaire du véhicule le certificat d'immatriculation intégral en prenant soin d'indiquer la mention « vendu le » suivi de la date, de l'heure et de la signature  du vendeur. Il est préférable d'inscrire ces mentions au marqueur indélébile pour en éviter son altération par l'acquéreur.

Si le certificat est muni d'un coupon détachable, le vendeur doit le remplir avec les coordonnées du nouveau propriétaire, la date de la vente et sa signature. Il doit alors le remettre à l'acheteur car cela lui permet de circuler pendant un mois jusqu'à réception du nouveau certificat à son nom. L'autre partie devra être transmise au dossier de demande d'un nouveau certificat à la préfecture par l'acheteur.

Par ailleurs, le vendeur doit remplir avec l'acheteur une déclaration de cession du véhicule, en 3 exemplaires. Ce document doit être signé par chacun et l'original doit être joint au dossier pour faire immatriculer le véhicule au nom du nouveau propriétaire. Il doit être adressé par le vendeur à la préfecture sous 15 jours par lettre recommandée avec accusé de réception (LRAR) (1).

Ces formalités permettent à l'ancien propriétaire de prouver la cession de son véhicule pour s'exonérer des contraventions reçues en lieu et place du nouveau propriétaire qui a manqué de diligence ou qui n'a sciemment pas demandé une nouvelle immatriculation du véhicule acheté à son nom. Le nouvel acquéreur a pour obligation de demander la délivrance d'un nouveau certificat d'immatriculation à son nom et à son adresse dans un délai d'un mois. A défaut, il encourt une amende maximale de 750 euros (2).

Dès lors, l'ancien propriétaire du véhicule doit former contestation de l'avis de contravention reçu pour une infraction commise après la date de vente de son véhicule.

Pour être exonérée des conséquences de l'infraction reprochée, la victime de ce nouvel acquéreur qui a négligé, sciemment ou non, de demander un nouveau certificat d'immatriculation à son nom et à l'adresse de son domicile, doit remplir le formulaire d'exonération ou de réclamation reçu avec l'avis de contravention. Elle doit indiquer que le véhicule a changé de propriétaire et a été vendu à une date antérieure à la commission de l'infraction. Elle peut joindre à sa contestation la copie du certificat de cession du véhicule avec les coordonnées du nouveau propriétaire.

La contestation doit être adressée par lettre recommandée avec accusé réception (LRAR). En parallèle, l'ancien propriétaire du véhicule peut contacter l'acquéreur et lui rappeler qu'il a l'obligation d'accomplir les formalités administratives auprès de la préfecture concernant son immatriculation (3).


Les autres dossiers sur le même thème


© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés