Accueil » Droit du Travail Salarié » Embauche, Contrat de Travail » Entretien et promesse d'embauche » Entretien d'embauche : comment bien le préparer pour réussir ?

Bien préparer son entretien d'embauche pour le réussir

Aperçu du dossier Voir un aperçu

Garanti à jour - Rédigé par des juristes

4.2 (5 avis)

Félicitations, vous avez surmonté l’étape de la sélection. Votre profil a été retenu par le recruteur qui vous sollicite pour un entretien d’embauche.

Attention, ce n’est pas une fin en soi. Il s’agit d’une étape déterminante durant laquelle vous allez révéler votre personnalité devant votre potentiel employeur.

A quelles questions se préparer ? Quand aborder le sujet de la rémunération et des avantages ? A quelles questions pouvez-vous refuser de répondre, ou mentir ?

Vous ne savez pas comment vous y prendre ? Pas d'inquiétude, ce dossier vous guide pas à pas pour ne pas perdre vos moyens et réussir votre entretien d’embauche !


Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Entretien d'embauche
  • Informations
  • Renseignements inexacts
  • Mensonge
  • Question discriminatoire
  • Compétences
  • Tests
  • Techniques

Plan détaillé du dossier

34 Questions Essentielles

Voir les autres questions essentielles


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Votre parcours professionnel et votre lettre de motivation intéressent le recruteur qui souhaite faire  votre connaissance. 

Vous savourez cette bonne nouvelle, mais vous êtes conscient que vous avez besoin de conseils pour vous préparer et optimiser vos chances de décrocher le poste.

Anticiper les questions-types qui pourraient être posées, connaître les différentes techniques de recrutement susceptibles d'être mise en oeuvre… Travailler un entretien peut se faire de bien des façons. 

Ce dossier vous propose des clés pour réussir : quelle posture  adopter ? Que dire en entretien ? Comment aborder un entretien téléphonique ou par Skype ? Comment préparer un entretien collectif ? Notre dossier vous guide au travers du processus de recrutement et aborde nombre de questions pratiques auxquelles un candidat est confronté.

Par exemple, vous n’ignorez pas que votre comportement et votre langage corporel sont étudiés par l’employeur.  Il convient donc d’être attentif à l’image que vous renvoyez de vous.

De son côté, un employeur ne peut pas poser toutes les questions qu’il souhaite au motif qu’il a besoin de vérifier que vous correspondez à l’emploi. Vous concernant, même s’il est toléré d'embellir quelque peu votre curriculum vitae (CV), gardez en tête que vous devez faire preuve de bonne foi sur vos compétences et connaissances.

Contenu du dossier :

Vous trouverez dans ce dossier toutes les informations et outils de nature à vous permettre de préparer au mieux cette étape importante, et souvent très stressante. Nous aborderons les notions suivantes :

  • faire le bilan de ses compétences ;
  • valoriser ses compétences ;
  • les qualités et les défauts ;
  • s'exprimer pendant un entretien ;
  • quelques règles de bon sens ;
  • droits et obligations du recruteur ;
  • entretiens illicites ;
  • questions, informations et documents susceptibles d’être demandés ;
  • techniques de recrutement ;
  • essai professionnel ;
  • les questions interdites ;
  • incidence du CV mensonger.

Télécharger le dossier


N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat

Télécharger le dossier


Le mot de l'auteur

Depuis la Loi n°2016-1547 du 18 novembre 2016 de modernisation de la justice du XXIe siècle la langue est un motif de discrimination. Effectivement, la maîtrise d une langue peut refléter l origine d un candidat. Il n'est donc pas possible de fonder un refus à l embauche sur la maîtrise d une langue étrangère ou régionaliste.

Le fait de mentir sur son CV peut avoir de lourdes conséquences : dans une affaire présentée à la Cour de Cassation en date du 25 novembre 2015 (n°14-21.521), un salarié avait à 3 reprises menti sur sa situation professionnelle, faisant croire qu?il avait travaillé dans une entreprise concurrente au futur employeur, ce qui a été déterminant pour l?employeur. Il a alors été licencié pour faute grave lorsque l'employeur a découvert ce mensonge. En effet, pour les juges, il s'agit de man?uvres dolosives qui ont été déterminantes pour l'embauche. En revanche, si le mensonge n'a aucune conséquence, ce fait n'est pas en soi constitutif de licenciement si les deux critères précédents ne sont pas réunis.

Rédaction Juritravail Juriste rédacteur web

117

Articles publiés

165

Documents rédigés


La question du moment

Le fait de mentir à un entretien d'embauche constitue-t-il automatiquement une faute grave justifiant un licenciement ?

Le candidat à un emploi est tenu de répondre de bonne foi aux questions qui lui sont posées par le recruteur à l'occasion de l'entretien d'embauche.

Il n'est donc pas recommandé de mentir ou de donner sciemment une fausse information lors de l'entretien.

Le candidat à un emploi est tenu de répondre de bonne foi aux questions posées par le recruteur. Il n'a pas le droit de mentir.

Néanmoins, bien que le mensonge soit interdit, la fourniture de renseignements incomplets ou inexacts n'est pas suffisante pour constituer une faute justifiant un licenciement si le candidat est embauché. Il faut que le mensonge porte sur un élément déterminant dans le choix du recruteur pour être sanctionné.

Le salarié peut mentir sur ses diplômes, du moment qu'il a les compétences effectives pour exercer les fonctions pour lesquelles il a été recruté. Attention, il en est autrement si le poste visé est une profession réglementée, le cas échéant, le mensonge serait déterminant qu'importe les compétences du salarié (1).

Par exemple, constitue une faute grave justifiant son licenciement le fait pour un salarié, engagé en qualité de pharmacien, d'avoir indiqué à l'employeur que son inscription à l'ordre des pharmaciens était en cours, alors que ce n'était pas le cas. En effet, cette situation place l'employeur en infraction au regard de la déontologie professionnelle (2).

En revanche, le salarié ne peut pas être licencié pour avoir :

  • déclaré faussement être aspirant de réserve (3) ;
  • indiqué dans son CV avoir travaillé 1 an dans une grande entreprise, alors qu'elle n'y a effectué qu'un stage de 4 mois (4) ;

Les avis des internautes

4.2

Note moyenne sur 5 avis

  • 3

    On aborde ici des lieux communs. Velon L.

    le 04/12/2019

  • 5

    Dossier complet et intéressant CATHY M.

    le 13/11/2019

  • 5

    Très satisfaite. Laetitia J.

    le 18/09/2019

  • 5

    Dossier complet conforme à mon attente Francis S.

    le 04/03/2017

  • 4

    j'ai fait cette commande pour ma fille qui va bientôt rentrer dans le monde du travail. Pour moi le contenu est satisfaisant, elle m'en dira plus lorsqu'elle aura testé christine H.

    le 20/04/2016

Les autres dossiers sur le même thème


30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés