La formation professionnelle, au coeur de la réforme

Les objectifs concernant la formation professionnelle sont :

  • d'investir massivement dans la formation pour une montée en compétence de la société ;
  • de donner à chacun la liberté de choisir son avenir professionnel ;
  • de protéger les plus vulnérables.

Pour ce faire, l'accent est mis sur le compte personnel de formation (CPF) en Euros. Il sera crédité :

  • de 500 euros par an (plafonné à 5.000 euros au bout de 10 ans) pour tous les salariés ;
  • de 800 euros par an (plafonné à 8.000 euros au bout de 10 ans) pour les salariés sans qualification afin de leur permettre de changer de catégorie professionnelle.

Les TPE et PME de moins de 50 salariés bénéficieront d'une solidarité financière : un système de solidarité des grandes entreprises vers les TPE et PME sera donc mis en place.

Le projet de loi prévoit une simplification des démarches : 1 cotisation versée à 1 organisme (URSSAF).

1 millionde demandeurs d'emploi formés : objectif du quinquennat

Il est également prévu, pour les demandeurs d'emploi, un meilleur accès à la formation avec des modules de remise à niveau et ensuite un accompagnement sur un parcours de formation ad...

Prolongez votre lecture... Inscrivez-vous, c'est simple et gratuit !

Je m'inscris

Accédez à tous nos articles gratuitement et recevez chaque semaine toute l'actualité juridique décryptées par Juritravail

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

é. En savoir plus avec la check-list des mesures pour réformer la formation professionnelle.  Et l'apprentissage ? Concernant l'apprentissage, les objectifs sont : de renforcer l'attractivité de l'apprentissage en offrant plus de transparence aux jeunes ; de placer les entreprises et les jeunes au coeur du système en proposant plus d'offres d'apprentissage. Le système de financement sera entièrement revu et la prime à l'apprentissage sera abrogée. A la place, une aide unique devrait être mise en place début 2019. Son montant sera fixé par décret. Il est prévu une augmentation de la rémunération des apprentis assortie d'une meilleure information sur la qualité des formations et des débouchés. Concrètement, il sera possible d'être apprenti jusqu'à 30 ans, contre 26 ans aujourd'hui pour un temps de travail pouvant aller jusqu'à 40 heures par semaine au lieu de 35 heures. Cependant, vous pouvez déjà embaucher un apprenti de 30 ans dans certaines régions ! A noter : dans le projet de loi, le mot "formation" ressort 113 fois alors que le mot "apprentissage" ne ressort que 29 fois... L'extension de l'assurance chômage, sous conditions L'idée est de permettre aux démissionnaires et aux demandeurs d'emploi de percevoir le chômage. Toutefois, cette disposition sera fortement encadrée. L'aide au retour à l'emploi pourra leur être allouée s'ils ont un projet et sous conditions. Par ailleurs, le projet de loi a pour vocation de renforcer l'accompagnement et le contrôle des demandeurs d'emploi pour que le système soit plus juste. Au-delà des 3 grands axes Des concertations sont en cours pour améliorer l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes et faciliter l'accès à l'emploi des personnes en situation de handicap. TPE/PME : faites-vous accompagner Le projet de loi prévoit également de présenter des sanctions plus dissuasives dans la lutte contre la fraude pour travail illégal avec une hausse des amendes administratives. Affaire à suivre cet été : nous vous tenons informés !