illustration

Attention aux prochaines grèves !

La CGT a déposé un préavis de grève pour la période courant du lundi 5 février au lundi 9 septembre 2024, qui concerne  l'ensemble du personnel de la RATP. Ce préavis couvre la période des Jeux Olympiques, qui doivent avoir lieu à Paris cet été. 

Ne pas se rendre au travail en raison de grève (SNCF, RATP, bus, tram, trains…) = sanction disciplinaire ?

Oui : votre absence (ou bien vos retards répétés) due à un mouvement de grève peut être sanctionnée par votre employeur. Il s'agira d'une sanction disciplinaire. Le plus souvent, vous aurez un ou plusieurs avertissements, mais cela peut tout de même conduire à votre licenciement. Vous n'avez donc pas le droit de ne pas aller au travail, sous peine de vous faire sanctionner pour absence injustifiée.

Cependant, votre absence, en raison de la grève des transports, ne pourra en principe pas être sanctionnée si vous arrivez à la justifier.

Dans ce cas, aucune sanction ne peut être prise à votre encontre, mais vous risquez tout de même de subir une perte de rémunération pour le temps correspondant à votre absence.

La retenue de salaire doit être strictement proportionnelle à la durée de votre absence ou de votre retard.

En effet, la rémunération est la contrepartie du travail effectué par le salarié. Si vous ne venez pas travailler, votre employeur n'a pas à vous rémunérer.

Votre convention collective peut prévoir un maintien de salaire dans certains cas.

illustration

Pour vous assurer, d'agir en toute légalité, appuyez-vous sur notre guide !

Découvrez notre dossier sur les absences :
- définition de l'absence injustifiée ;
- absences de courtes durées, prolongées ou répétées ;
- différences entre l'abandon de poste et l'absence injustifiée ;

Nos juristes ont fait le point pour vous !

Inclus : 2 fiches explicatives, des réponses à diverses questions.

Quelles solutions appliquer au prochain mouvement social vous empêchant de venir au travail ? 

AncrePrévenir et justifier votre absence dans la journée

 Étape 1 : avertir votre employeur : il est nécessaire de prévenir votre employeur, au plus vite, de votre absence ou de vos retards, pour que l'entreprise ne s'en trouve pas désorganisée.

Étape 2 : justifier votre absence : pensez à justifier votre absence ou vos retards en fournissant à votre employeur un justificatif.

Quels justificatifs pouvez-vous utiliser ?

Vous pouvez par exemple :

  • demander une attestation à la SNCF ou la RATP prouvant que vos lignes de transit ne fonctionnent pas ;
  • utiliser des captures d'écran du trafic routier bloqué ;
  • récupérer des articles de presse indiquant la perturbation des lignes de transport ;
  • etc.

Vous pouvez utiliser tous les justificatifs que vous estimez pertinents pour éviter une sanction.

 Vérifiez que le moyen de transport en question, pour lequel vous apportez un justificatif, est le seul moyen que vous ayez pour vous rendre sur votre lieu de travail.

illustration

Découvrez nos solutions dédiées aux particuliers :

- Accédez à l'ensemble de notre base documentaire en illimité
- Profitez de votre convention collective à jour des derniers accords.

Les solutions alternatives (télétravail, horaires aménagées, etc.)

Pour éviter une perte de rémunération, vous pouvez, si votre employeur ne vous l'a pas déjà proposé, lui demander de mettre en oeuvre plusieurs actions, parmi lesquelles :

  • aménager vos horaires en vous permettant d'arriver ou de partir plus tôt ou plus tard du travail ;
  • rattraper vos heures ;
  • poser des jours de congés payés ou des RTT (jours de réduction du temps de travail) ;
  • faire du télétravail.

Sachez que de nombreux employeurs sont compréhensifs et ne vous tiendront pas rigueur de vos retards, si vous êtes de bonne foi et que les retards ne sont pas trop conséquents. Cela dépend également de la nature du travail. Dans tous les cas, la discussion est le meilleur moyen de vous mettre d'accord et d'éviter tout problème.

De plus, le télétravail s'est fortement développé, et de plus en plus d'employeurs sont ouverts à ce dispositif. En effet, selon le type de métier, l'activité de l'entreprise peut continuer et ne pas être bloquée par l'impossibilité pour les salariés de se rendre sur leur lieu de travail (un cuisinier ne pourra pas, en revanche, exercer son activité en télétravail par exemple).

À retenir : La grève des transports ne vous autorise pas à ne pas aller travailler. Cependant, en cas d'impossibilité totale et concrète de vous rendre au travail, vous devez prévenir et justifier votre absence. Ainsi, votre employeur ne pourra pas vous sanctionner, mais il n'aura pas l'obligation de vous payer. Pour éviter cette situation, vous pouvez demander des aménagements à votre employeur, s'il accepte (télétravail, récupération d'heures...).

illustration

Besoin d'un avocat ?

Juritravail vous met en relation avec l’avocat qu’il vous faut, près de chez vous !

 
illustration

Vous êtes employeur ou RH ? Cet article peut vous intéresser : 

- Sanctionner un salarié pour ses retards au travail