💡 À retenir :

La loi du 16 août 2022 de finances rectificative pour 2022 prévoit un dispositif de rachat des RTT pour les entreprises. Elles ont désormais la possibilité de racheter les RTT acquis par leurs salariés entre le 1 janvier 2022 et le 31 décembre 2025 qu'ils ne souhaitent pas prendre. L'intérêt pour les entreprises : maintenir ou accroître leur productivité et donc leur performance.

Que veut dire RTT ? Qu'est-ce que les RTT ?

"RTT" signifie "réduction du temps de travail".

Pour rappel, les jours de RTT sont apparus dans le cadre des lois Aubry, avec l'abaissement de la durée légale de travail, de 39 à 35 heures par semaine (1)

Ce dispositif de réduction du temps de travail permet l'attribution de journées ou demi-journées de repos aux salariés dont la durée habituelle de travail est supérieure à 35 heures par semaine, dans la limite de 39 heures.

Il est mis en place dans les entreprises qui disposent d'un accord de réduction du temps de travail (accords RTT).

Néanmoins, depuis 2008 il n'est plus possible de conclure des accords RTT, mais les accords préexistants peuvent tout à fait continuer à s'appliquer tant qu'ils n'ont pas été dénoncés. 

Comment déterminer le nombre de RTT ? Combien de RTT par semaine, par mois, par an ?

Le nombre de RTT dont peuvent bénéficier les salariés est fixé par l'accord collectif relatif à la réduction du temps de travail applicable dans votre entreprise. Il s'agit, le plus souvent, d'un accord d'entreprise, mais il peut également s'agir d'un accord de branche.

S'agissant des conditions d'acquisition de ces jours de repos, deux logiques sont possibles :

  • soit la logique d'acquisition : au fur et à mesure des heures de travail effectif réalisées (un salarié qui travaille 39 heures par semaine bénéficie de 4 heures de RTT par semaine par exemple (39h - 35h) );
  • soit la logique forfaitaire : selon un forfait défini en début d'année (13 jours par an par exemple).

Il faut également savoir que le nombre de RTT par semaine, par mois ou par an, dépend de ce qui est prévu par l'accord temps de travail (l'accord RTT).

📌 Bon à savoir :

Les absences du salarié peuvent avoir une incidence sur le nombre de RTT acquis par le salarié :

  • selon la 1ère logique (acquisition), les jours de RTT s'acquièrent en fonction de la durée réelle de travail. Ainsi, à défaut d'un accord plus favorable, le nombre de jours de repos sera réduit de façon proportionnelle aux absences du salarié ;
  • en revanche, dans la 2ème logique (forfaitaire), les absences du salarié n'ont pas d'incidence sur le nombre de jours de RTT. Dans ce cas, les arrêts maladie ne réduisent pas le nombre de RTT par an. Cependant, un salarié absent un jour de RTT ne peut pas demander à bénéficier d'un autre jour en compensation (2).

Comment les jours de RTT (JRTT) peuvent être posés ?

Les jours de RTT ne peuvent pas être posés sur des jours chômés (= non travaillés) dans l'entreprise.

C'est l'accord de RTT, applicable dans l'entreprise, qui définit les modalités de prise de ces journées ou demi-journées de repos, ainsi que les délais dans lesquels ils doivent être pris.

Il faut savoir que les RTT ne peuvent pas être positionnées sur les jours non travaillés dans l'entreprise, ni sur les jours fériés spécifiques à l'Alsace-Moselle, ni sur les jours de congés conventionnels (3)(4)(5).

Dans le cas contraire, les salariés ont droit à une indemnisation ou à la récupération du jour chômé.

La convention collective applicable dans votre entreprise prévoit peut-être des dispositions spécifiques sur les RTT. Pensez à la vérifier !

Est-ce que l'employeur peut imposer des RTT ? C'est quoi les RTT employeur obligatoires ? Quand prendre les RTT ?

Oui, l'employeur peut imposer certains jours de RTT.

En principe, une partie des journées peut être fixée par l'employeur, en fonction des nécessités de l'entreprise, l'autre partie pouvant être librement programmée par les salariés en fonction de leurs choix personnels.

La loi ne précise pas le nombre de jours qui peut être imposé par l'employeur, ni le délai de prévenance. En pratique, les accords prévoient parfois une répartition à 50/50 au choix du salarié ou de l'employeur, ou parfois prévoient que 2 jours de RTT seront imposés dans l'année, à l'initiative de l'employeur. Tout dépend de l'accord collectif.

Comment indemniser les jours de RTT ? Les salariés sont-ils payés ou non en RTT ?

Les salariés en RTT sont effectivement rémunérés, dans les conditions habituelles. Autrement dit, les salariés sont payés de façon habituelle (comme s'ils travaillaient), lorsqu'ils sont en jours de repos RTT.

Les salariés ne doivent subir aucune perte de salaire, lorsqu'ils sont en RTT.

Ils ne doivent subir aucune perte de salaire. Ceci est particulièrement important lorsque la rémunération est constituée d'une part variable. En effet, les primes doivent être réintégrées dans l'assiette de calcul de l'indemnité de RTT (6).

L'employeur doit donc rémunérer les salariés normalement, lorsqu'ils sont en RTT.

Que se passe-t-il si le salarié n'a pas pris tous ses jours de RTT ?

Les jours de RTT non pris, sont perdus.

Cour de cassation, chambre sociale

La Cour de Cassation a indiqué qu'à défaut de dispositions plus favorables prévues par accord collectif, les jours de RTT non pris par le salarié sont perdus, sauf si la situation est imputable à l'employeur (7).

Autrement dit, le salarié qui n'a pas pris ses RTT n'a droit à une indemnité, que si l'accord collectif le prévoie, ou, s'il démontre que l'employeur ne lui a pas permis de prendre ses jours de RTT.

📌 Bon à savoir :

La mise en place d'un compte épargne temps (épargne salariale), est une solution pour permettre aux salariés de placer leurs RTT (ou leurs congés payés) non pris, afin de pouvoir bénéficier ensuite de congés rémunérés ou de rémunérations immédiates ou différées.

Vous souhaitez en savoir plus sur la mise en place d'un compte épargne temps dans votre entreprise ?

Rachat des jours de RTT par l'entreprise si le salarié ne souhaite pas les prendre : nouveauté 2022 ?

L'article 5 de la loi de finances rectificative pour 2022 prévoit un dispositif de rachat des RTT (8).

Cette mesure a un double objectif :

  • permettre aux employeurs de faire travailler les salariés et donc de maintenir ou accroître l'activité ;
  • permettre aux salariés qui ne souhaitent pas poser tous leurs RTT, de ne pas les perdre et de les convertir en argent (avec majoration), ce qui contribue également à améliorer leur pouvoir d'achat.
L'idée, c'est de permettre de convertir, de mettre en monnaie trébuchante, ces RTT et c'est véritablement une vraie mesure de pouvoir d'achat.

Véronique Louwagie, députée de l'Orne

Ce dispositif repose sur la base du volontariat et l'employeur doit donner son accord. Ainsi, l'employeur peut refuser la ou les demandes de monétisation des RTT de ses salariés.

Il prévoit la possibilité pour le salarié de renoncer à des journées ou demi-journées de RTT acquises entre le 1er janvier 2022 et le 31 décembre 2025. Le salarié peut renoncer à l'ensemble ou seulement à une partie de ses RTT.

Le salarié reçoit, en contrepartie, une rémunération majorée (au moins égale au taux de majoration de la première heure supplémentaire applicable à l'entreprise).

Autrement dit, si, dans votre entreprise, la première heure supplémentaire exercée par vos salariés est habituellement majorée à 25%, alors les heures auxquelles a renoncé votre salarié (au titre de son RTT), donneront lieu à une majoration de salaire de 25% minimum.

De plus, les heures de travail ainsi effectuées et majorées, ne s'imputent pas sur le contingent d'heures supplémentaires du salarié.

La rémunération versée aux salariés au titre de ces jours de RTT non pris, est exonérée de certaines cotisations sociales, et défiscalisée, c'est-à-dire non soumise aux cotisations d'assurance vieillesse de base et complémentaire, et à impôt sur le revenu, dans la limite de 7.500 euros.

Les modalités d'application de ce dispositif sont fixées par accord collectif ou par convention collective.

Vous avez besoin de plus d'informations juridiques ? De documents en accès illimité ? De contact avec un juriste par téléphone ?

Quel est le sort des jours de RTT non pris à la date de rupture du contrat ?

La loi n'a rien prévu concernant les jours de RTT non pris à la fin du contrat de travail.

Il convient alors de se référer à l'accord collectif de réduction de temps de travail, pour savoir si une indemnisation est due au salarié pour les jours de RTT non pris avant la rupture du contrat.

L'indemnisation sera due uniquement si l'accord le prévoit. À défaut de précisions dans l'accord collectif, le salarié ne pourra revendiquer l'indemnisation de ses jours de RTT non pris, que s'il parvient à démontrer qu'il n'a pas pu les prendre du fait de son employeur (9).

Bien comprendre le fonctionnement des RTT, vous permettra de bien gérer les journées de RTT de vos salariés dans l'entreprise. 

👓 À lire aussi : Loi pouvoir d'achat : quelles mesures pour améliorer le quotidien des français ?

Références :

(1) Article L3121-27 du Code du travail
(2) Circ DRT n°2000-07, 6 décembre 2000
(3) Cass. soc., 13 décembre 2006, n°05-42.528
(4) Cass. soc., 11 juillet 2007, n°06-40.567
(5) Cass. soc., 23 mars 2007, n°05-43;045
(6) Cass. soc., 28 mars 2018, n°16-27.641
(7) Cass. soc. , 18 mars 2015, n°13-16.369
(8) Loi n°2022-1157 du 16 août 2022 de finances rectificative pour 2022
(9) Cass. soc., 31 mars 2016, n°14-29. 326