Accueil » Droit du Travail Salarié » Conflits & Relations de Travail » Abandon de poste : les risques du licenciement

Abandon de poste et absence injustifiée : maîtriser les conséquences

Aperçu du dossier Voir un aperçu

Garanti à jour - Rédigé par des juristes

4.5 (18 avis)

Actuellement en congés payés, vous vous sentez de moins en moins épanoui dans votre travail, l’ambiance au sein de l’entreprise se dégrade et vous ne souhaitez pas revenir ? Vous envisagez de créer votre propre entreprise, de trouver un nouvel emploi voire même de vous engager dans une reconversion professionnelle ?

Les conséquences d’un abandon de poste ou d’un cumul d’absences injustifiées peuvent être importantes. Il convient d’en apprécier la portée. Le risque principal est de ne pas faire l’objet d’un licenciement et ainsi perdre le bénéfice des allocations chômage (anciennes assedic).

Télécharger le dossier


Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Absence non autorisée
  • Défaut de justificatifs
  • Risques
  • Sanction disciplinaire
  • Licenciement
  • Faute grave
  • Pôle Emploi
  • Droit de retrait
  • Contestation du licenciement

Plan détaillé du dossier

28 Questions Essentielles

Voir les autres questions essentielles


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Vous êtes en CDI, en CDD ou en emploi saisonnier et vous aspirez à d’autres projets professionnels ; cependant, votre employeur refuse de signer une rupture conventionnelle ou de procéder à un licenciement amiable ? Vous êtes en conflit avec votre direction ou un de vos collègues ? Vous ne voulez pas démissionner de peur de ne pas bénéficier des indemnités chômage ? Vous souhaitez disposer de revenus de remplacement et quitter rapidement votre emploi ? La raison est professionnelle ou personnelle mais vous envisagez de quitter votre entreprise ou de ne pas y retourner, sans en informer votre employeur.

Votre décision n’est pas encore prise, vous devez mûrement réfléchir, car un abandon de poste n’est pas sans risque. De graves conséquences peuvent vous attendre : perte de revenus, absence de recommandation pour obtenir un nouvel emploi, démarches administratives compliquées, etc.

En ne donnant plus de nouvelles, sachez que votre employeur a la possibilité de prendre à votre encontre une lourde sanction disciplinaire : licenciement pour faute, voire pour faute grave. Enfin, vous vous demandez si vos agissements ne peuvent pas être requalifiés en démission.

Notre dossier vous permet de prendre une décision en connaissance de cause, donne la définition de chacune des deux options et indique les conséquences, les indemnités auxquelles vous pourrez prétendre (indemnités de congés payés, de licenciement…) ainsi que l’état de la jurisprudence.


Contenu du dossier :

Quitter de façon soudaine son poste sans autorisation n’est pas un acte anodin, et afin d’éviter toute erreur ou surprise, nous vous renseignons sur les conséquences d’une telle décision. Nous aborderons les notions suivantes :

  • définition de l'abandon de poste ;
  • points à connaître avant d'abandonner son poste de travail ;
  • obligation du salarié de justifier son absence ;
  • abandon constitutif d'une faute grave justifiant un licenciement ;
  • abandon de poste justifiant une cause réelle et sérieuse de licenciement ;
  • abandon de poste ne justifiant pas un licenciement fautif ;
  • abandon de poste requalifié en démission ;
  • abandon de poste et documents de fin de contrat ;
  • définition de l'absence injustifiée ;
  • absences de courtes durées, prolongées ou répétées ;
  • impact sur la fin de la relation contractuelle ;
  • différences entre l'abandon de poste et l'absence injustifiée.

Télécharger le dossier


N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat

Télécharger le dossier


Le mot de l'auteur

Abandonner son poste est risqué financièrement mais aussi nocif à votre carrière professionnelle !

Lorsqu'un salarié entend prolonger son congé parental d'éducation, il doit avertir son employeur au moins un mois avant le terme initialement prévu. Si ces formalités ne sont pas respectées, le salarié se trouve, à défaut de justifier d'une demande de prolongation ou d'autres causes de son absence à l'issue du congé parental d'éducation, en situation d'absence injustifiée, justifiant donc son licenciement. Cour de cassation, Chambre sociale, 3 mai 2016, n° 14-29190

Rédaction Juritravail Juriste rédacteur web

116

Articles publiés

163

Documents rédigés


La question du moment

Si je ne justifie pas une absence, quels risques je prends ?

Une absence injustifiée constitue un manquement du salarié. Elle caractérise donc un comportement fautif du salarié. Ce comportement peut constituer une cause réelle et sérieuse de licenciement, voire un licenciement pour faute grave.

En effet, le salarié est tenu d'avertir en amont son employeur de son absence et de lui adresser a posteriori les justificatifs de cette absence dans les meilleurs délais. Les délais de justifications peuvent être prévus par le règlement intérieur ou la convention collective applicable dans l'entreprise.

Le licenciement n'est pas automatique. L'employeur doit en effet mettre en demeure le salarié de justifier son absence. En cas de non-réponse à cette mise en demeure, l'employeur peut alors engager une procédure disciplinaire à l'encontre du salarié absent qui ne justifie pas son absence, pouvant aller jusqu'au licenciement.

Constitue une absence injustifiée le fait pour un salarié de ne pas se présenter à son poste de travail pour des raisons personnelles, et ce, sans en avoir informé son employeur.

Ainsi, l'absence injustifiée, même de courte durée, peut constituer un motif de licenciement. Pour cela, il faut qu'elle ait eu des conséquences sur le fonctionnement de l'entreprise en le désorganisant.

En effet, les juges tiennent compte des répercussions de l'absence sur le fonctionnement de l'entreprise.

Par exemple, la salariée qui s'est absentée sans motif pendant 3 jours, veille de la fermeture annuelle de l'établissement sans terminer un travail urgent, commet une faute grave (1). Constitue également une faute grave, l'absence injustifiée d'un cadre, alors que l'employeur lui avait notifié son refus d'autoriser son absence (2)

Une absence injustifiée après un arrêt maladie peut également constituer une faute grave (3).


Les avis des internautes

4.5

Note moyenne sur 18 avis

  • 4

    A priori rassuré sur le sort qui devrait m'être réservé par Pole Emploi suite à mon licenciement pour faute grave consécutif à mon absence injustiée administrativement cdlt patrick F.

    le 31/03/2017

  • 5

    GLADYS F.

    le 24/03/2017

  • 4

    joyce s.

    le 24/03/2017

  • 4

    je connaissais déja certaines réponses mais maintenant j'en suis sur et j'ai une trace écrite merci jean-louis f.

    le 26/02/2017

  • 5

    très bon contenu, rien à redire ISABELLE G.

    le 02/02/2017

  • 4

    Globalement satisfait J'ai trouvé plusieurs fois la même réponse à sur questions différentes Dominique M.

    le 14/10/2016

Voir tous les avis

Les autres dossiers sur le même thème


30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés