Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Obligation de discrétion, secret professionnel : tout savoir

Aperçu du dossier Voir un aperçu

Garanti à jour - Rédigé par des juristes

5.0 (1 avis)
La liberté d'expression est une liberté à valeur constitutionnelle. Toutefois, elle peut dégénérer en abus si elle conduit à divulguer des informations d'ordre confidentiel dont le salarié aurait eu connaissance dans l'exercice de ses fonctions et dont la divulgation est susceptible de porter préjudice à son entreprise.

En tant que salarié vous êtes tenu de respecter plusieurs obligations légales ou conventionnelles. La teneur de cette obligation dépend notamment de la nature de l'information dont vous êtes dépositaire, mais également de votre qualité. La discrétion au travail est de mise, c'est pourquoi nous décryptons pour vous l'obligation de discrétion, le secret professionnel et la clause de confidentialité.     

Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Obligation de discrétion
  • Obligation de loyauté
  • Obligation de non-concurrence
  • Secret de fabrication
  • Clause de non-concurrence
  • Secret professionnel
  • Clause d'exclusivité
  • Devoir de loyauté

Plan détaillé du dossier

19 Questions Essentielles

  • Qu’est-ce qu’une clause de confidentialité ?

  • Quelle est la portée de la clause de confidentialité ?

  • A quelles sanctions je m’expose si je ne respecte pas la clause de confidentialité ?

  • Qu’est-ce que l’obligation de loyauté ?

  • A quoi correspond la violation du secret professionnel ?

  • Dans quels cas les juges ont-ils considéré qu’il n’y avait pas de violation du secret professionnel par le salarié ?

  • Dans quels cas les juges ont-ils reconnu que la violation du secret professionnel justifiait le licenciement du salarié ?

  • Je suis salarié, à quels risques je m’expose si je divulgue le secret de fabrique ?

  • Dans quels cas les juges ont retenu que la violation du secret de fabrique constituait une cause réelle et sérieuse de licenciement ?

  • Qu’est-ce qu’une invention ?

  • Je suis salarié, je créé une invention, puis-je être rémunéré davantage ?

  • A qui appartient l’invention du salarié ?

  • Je réalise une invention en dehors de mon temps de travail, en suis-je le propriétaire ?

  • Est-ce à moi ou à mon employeur de prouver que je suis chargé (ou non) d’une mission inventive ?

  • Qu’est-ce que l’obligation de discrétion ?

  • L’obligation de discrétion à laquelle je suis tenue m’interdit-elle de parler de mon entreprise ?

  • A quels risques je m’expose si je viole mon obligation de discrétion ?

  • Dans quels cas les juges ont-ils considéré que le licenciement pour violation de l’obligation de discrétion était justifié ?

Voir les autres questions essentielles

1 Fiche(s) express

  • L’obligation de discrétion et le secret professionnel

1 Modèle(s) de Lettre(s)

  • Les clauses relatives aux obligations de discrétion et de secret professionnel

5 Avis des juges

  • Salarié, ne pas respecter votre obligation de confidentialité n’est pas sans conséquence !

  • Une faute grave justifiée pour violation de l’obligation de loyauté

  • La caractérisation d’un abus dans l’exercice de la liberté d’expression d’un salarié

  • Le secret professionnel doit être respecté… Même en dehors du temps de travail

  • Le secret professionnel doit être respecté… Même en dehors du temps de travail


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Vous venez de rompre votre contrat de travail, et vous pensez désormais être libre de dire ce que vous pensez de l'entreprise que vous avez quittée en mauvais terme ?

Après tout, vous n'êtes plus salarié, vous ne risquez donc plus d'être licencié. Sachez toutefois que si vous n'êtes effectivement plus tenu à un devoir de réserve à l'égard de votre employeur, votre liberté d'expression reste restreinte par la loi. 

Vous ne pouvez pas divulguer les secrets de fabrication de votre ex employeur, vous ne pouvez pas tenir des propos diffamatoires à son encontre, et si une clause de confidentialité était insérée dans votre contrat de travail, vous pourriez être tenu, même après la rupture de ce dernier, de garder le secret sur des informations dont vous avez pris connaissance pendant votre prise de fonction.

Quelles sont les limites de votre liberté d'expression ?

Il est important que vous les déterminiez car, selon la teneur des informations que vous communiquez, les sanctions peuvent aller du simple au double. Nous vous exposons clairement et simplement vos droits et devoirs.

Contenu de ce dossier :

  • la nature de votre obligation de discrétion ;
  • la portée de cette obligation ;
  • les sanctions attachées au non-respect de celle-ci ;
  • les clauses susceptibles de figurer dans votre contrat de travail.

Télécharger le dossier


N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat

Télécharger le dossier


La question du moment

Dans quels cas les juges ont considéré que le licenciement pour violation de l’obligation de discrétion n’était pas justifié ?

La divulgation d'information à caractère confidentielle sur l'entreprise peut à titre exceptionnel, se révéler légitime.

Selon les juges, ne constitue pas une cause réelle et sérieuse de licenciement le fait pour l'ingénieur commercial d'une entreprise travaillant pour la défense nationale d'adresser à la société mère un rapport confidentiel à propos d'un autre salarié dont l'appartenance à une secte lui paraissait incompatible avec son activité professionnelle (1).

De même, ne constitue pas une cause réelle et sérieuse de licenciement, le fait pour un chef comptable d'informer de "situations intérimaires", à usage interne, le commissaire aux comptes (en dehors de toute demande de ce dernier), le commissaire au compte n'étant pas un tiers vis-à-vis de l'entreprise et étant appelé à connaître tous les documents comptables (2).

Les juges considèrent enfin que l'employeur ne peut pas se fonder sur une simple perte de confiance pour sanctionner un salarié. Dans une affaire un risque de communication résultait de l'existence d'un lien familial ou amical entre un membre du personnel de l'employeur et un salarié de la société concurrente (3).


Les avis des internautes

5.0

Note moyenne sur 1 avis

  • 5

    Très intéressant, bien construit et facile en comprehension Samantha M.

    le 20/06/2019

Les autres dossiers sur le même thème


© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés