Accueil » Droit du Travail Salarié » Licenciement & Rupture conventionnelle » Rupture conventionnelle CDI : bien négocier votre licenciement amiable

Rupture conventionnelle CDI : bien négocier votre licenciement amiable

Rupture conventionnelle du CDI : comprendre la procédure et négocier votre indemnité en 2018

Aperçu du dossier Voir un aperçu

Garanti à jour - Rédigé par des juristes

4.2 (236 avis)

Titulaire d’un contrat de travail à durée indéterminée (CDI), vous pensez quitter votre travail. Vous envisagez une démission, un abandon de poste voire même un licenciement. Sachez qui existe une autre solution qui peut se révéler plus avantageuse pour vous : la rupture conventionnelle ! Mais qu’est-ce que la RC du contrat ? Il s’agit de la rupture d’un commun accord du CDI issue de la volonté du salarié et de l’employeur de mettre un terme au contrat de travail. En signant une rupture conventionnelle vous partez avec une indemnité de rupture. Sachez bien négocier votre indemnité de départ
Vous vous posez la question de savoir si le "licenciement amiable" vous permet de toucher les allocations chômage ? La réponse est "OUI" vous avez droit à l'allocation chômage. En signant une rupture conventionnelle vous êtes éligible au chômage, et les ordonnances Macron de 2017 n’ont pas en remis en cause ce droit, ni même la procédure.
La négociation de la rupture conventionnelle est très fréquente (pas de préavis, indemnité de départ, maintien des avantages en nature…), mais vous devez savoir pour négocier, ce que vous pouvez obtenir en plus de votre employeur. Voici des exemples concrets !



Voir le dossier dédié aux Employeurs , CE


Les notions clés abordées dans ce dossier :

  • Rupture amiable du CDI
  • Commun accord
  • Fin négociée du contrat
  • Transaction de rupture 2018
  • Indemnités de rupture
  • Négociation RC
  • Chômage
  • Délai de carence
  • Différé d'indemnisation
  • Préavis
  • Homologation

Dans quel cas utiliser ce dossier :

Vous êtes actuellement en CDI et, pour une raison qui vous est personnelle, vous envisagez de quitter votre poste. Néanmoins, vous souhaitez percevoir les allocations chômage à l'issue de la rupture. 

Sachez que la volonté de rupture conventionnelle du contrat peut venir de vous, comme de votre employeur. Ainsi, cette procédure de rupture amiable du contrat de travail peut être envisagée si : 

  • vous êtes en CDI et souhaitez quitter votre entreprise sans pour autant démissionner ;
  • c’est votre employeur qui suggère une rupture conventionnelle en lieu et place d’une procédure de licenciement.

Vous devez savoir qu'un CDD ne peut pas être rompu par une procédure de rupture conventionnelle. 

Quel mode de rupture est le plus avantageux entre la rupture conventionnelle, l'abandon de poste, la démission ou le licenciement ? Comment se passe la rupture conventionnelle et comment faire votre demande ? La demande peut-elle être faite en ligne ? Toucherez-vous une indemnité spécifique de rupture et comment calculer l’indemnité de rupture conventionnelle ?  Qu'est-ce que le formulaire CERFA, l'homologation, la convention ? Est-ce qu'une transaction est possible ? Dois-je effectuer mon préavis ?  La rupture conventionnelle vous ouvre t-elle droit aux allocations chômage 

Avant d'envisager une rupture conventionnelle, il est dans votre intérêt de bien en maîtriser les conditions, le déroulement et les avantages, afin de bien négocier votre départ (indemnité, date de départ, imposition des sommes versées, chômage ....).  Pas de panique, nous vous y aidons !

Contenu du dossier :

Ce dossier couvre l’ensemble de la procédure de rupture conventionnelle : ses avantages, ses inconvénients, les modalités et les suites de la rupture.

  • différences entre rupture conventionnelle et les autres modes de rupture du contrat ;
  • procédure à suivre : formalisme, rétractation, homologation, convention de rupture ;
  • avantages de la rupture conventionnelle pour le salarié ;
  • chômage : négociation de la rupture conventionnelle, délai de carence, différé d'indemnisation ;
  • possibilités de recours ultérieurs ;
  • formulaire CERFA pour homologation ;
  • modèle de convention de rupture.

Télécharger le dossier

Le mot de l'auteur

29/05/2018

En principe, les sommes versées lors de la RC autres que les indemnités de rupture exonérées (moins de 2 PASS) sont assujetties à cotisations. Toutefois, si l'employeur rapporte la preuve que ces sommes concourent, pour tout ou partie de leur montant, à l'indemnisation d'un préjudice (ex : non paiement d'heures supplémentaires), les sommes concernées peuvent être exonérées de cotisations de sécurité sociale (Cass / Soc. 15 mars 2018, n°17-10325).

02/02/2018

Pour un salaire brut inférieur à 2.520 euros/mois, dans 75% des cas, l'indemnité de rupture conventionnelle moyenne reçue ne dépasse pas, de plus de 5%, l'indemnité légale. Un salarié touchant 2.000 euros/mois et 5 ans d'ancienneté reçoit, dans 50% des cas, une indemnité comprise entre 2.000 euros (minimum légal) et 2.100 euros (Source : Dares, 2018-006).

17/01/2018

Facile, rapide, intéressante financièrement ... la rupture conventionnelle a le vent en poupe ! Près de 3.500 RC sont homologuées chaque mois.

Carole Girard Oppici Responsable Editorial web

  • 549 Articles publiés
  • 160 Documents rédigés

La question du moment

L’indemnité spécifique de rupture conventionnelle est-elle soumise à impôt sur le revenu ?

La réponse

Lorsqu'un contrat de travail est rompu de manière conventionnelle, le salarié doit percevoir une indemnité spécifique de rupture conventionnelle. Le régime social et fiscal de l'indemnité spécifique de rupture conventionnelle diffère selon que le salarié a atteint ou non l'âge à partir duquel il est en droit de bénéficier d'une pension de retraite, versée par un régime vieillesse de base.

Si le salarié n'est pas en droit de bénéficier d'une pension de retraite, l'indemnité spécifique bénéficie de l'exonération prévue pour les indemnités de licenciement.

La part exonérée d'impôt sur le revenu de l'indemnité de rupture conventionnelle est limitée au plus élevé des 3 montants suivants, selon le plus avantageux (1) :

  • montant de l'indemnité légale ou conventionnelle ;
  • 2 fois le montant de la rémunération brute annuelle perçue l'année précédant la rupture, dans la limite de 6 fois le plafond annuel de la Sécurité sociale (238.392 en 2018, 235.368 en 2017 et 231.696 euros pour les indemnités encaissées en 2016) ;
  • 50% du montant de l'indemnité perçue dans la limite de 6 fois le plafond de calcul des cotisations de sécurité sociale en vigueur à la date de versement des indemnités (238.392 en 2018, 235.368 en 2017, 231.696 euros pour les indemnités encaissées en 2016).

Dans le cas inverse où le salarié peut faire liquider sa pension de retraite, l'indemnité conventionnelle perd son caractère exonéré.

Plan détaillé du dossier

51 Questions Essentielles

Voir les autres questions essentielles

Télécharger le dossier

Vidéo associée

Qu'est ce qu'une rupture conventionnelle du contrat de travail ?

Par - 21746 vues


Avis des internautes sur : Rupture conventionnelle du CDI : comprendre la procédure et négocier votre indemnité en 2018

4.2 Note moyenne sur 236 avis

  • 5 Par Le 11-06-2018
  • 4 Par Le 04-05-2018
    bien rempli et relaivement clair
  • 5 Par Le 29-03-2018
  • 5 Par Le 10-11-2017
    le contenu correspond à a recherche Veuillez annuler le renouvellement automatique de mon abonnement. merci
  • 5 Par Le 17-10-2017
    Documents bien rédigés et faciles à comprendre.
  • 4 Par Le 14-10-2017
    dossier clair

Voir tous les avis

Documents                  Actualités   Avocats   Forum   Convention Collective

30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2018 JuriTravail tous droits réservés