ACTUALITÉ Visite médicale d'embauche ou de reprise : défendre vos droits

Visite médicale de reprise : tout ce qu'il faut savoir !


Par Yoan El Hadjjam , Juriste rédacteur web - Modifié le 28-03-2022

Visite médicale de reprise : tout ce qu'il faut savoir !

Vous êtes en arrêt de travail depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois et vous allez bientôt reprendre le travail. Vous devrez alors passer une visite médicale de reprise. Qu'est-ce que l'examen médical de reprise ? Est-ce obligatoire ? Qui l'organise et à quel moment passer cette visite médicale ? Pouvez-vous refuser ? Quelles conséquences si vous ne passez pas de visite de reprise ? On vous dit tout !

Qu'est-ce que la visite médicale de reprise ?

Après certains arrêts de travail, le salarié doit bénéficier d'une visite médicale de reprise.

L'examen de reprise a pour objet (1) :

  • de vérifier si le poste de travail que doit reprendre le salarié ou le poste de reclassement auquel il doit être affecté est compatible avec son état de santé ;
  • d'examiner les propositions d'aménagement ou d'adaptation du poste repris par le salarié ou de reclassement faites par l'employeur à la suite des préconisations émises le cas échéant par le médecin du travail lors de la visite de préreprise ;
  • de préconiser l'aménagement, l'adaptation du poste ou le reclassement du salarié ;
  • d'émettre, le cas échéant, un avis d'inaptitude.

Bon à savoir :

La visite médicale de reprise est différente de la visite médicale de préreprise. En effet, l'examen de préreprise ne donne pas lieu à la délivrance d'un certificat médical d'aptitude ou d'inaptitude mais a seulement pour objectif de préparer le retour au travail du salarié et de favoriser son maintien dans l'emploi après au moins 30 jours d'arrêt (2).

Vous souhaitez avoir davantage d'informations sur le suivi médical des salariés au travail ?

La visite médicale de reprise est-elle obligatoire ?

La visite médicale de reprise est obligatoire dans les cas suivants (3) :

  • après une absence de 60 jours pour cause de maladie ou d'accident non professionnel.

Qui organise la visite médicale de reprise ?

Il incombe à votre employeur une obligation de sécurité de résultat en matière de protection de la santé et de la sécurité des salariés au travail.

C'est donc à lui qu'il revient d'organiser la visite médicale de reprise. Ainsi, dès qu'il a connaissance de la date de la fin de l'arrêt de travail, il doit saisir le service de prévention et de santé au travail (3).

En effet, seul le médecin du travail est compétent pour vous faire passer une visite médicale de reprise. Votre médecin traitant ne l'est pas.

Bon à savoir :

Néanmoins, vous pouvez également solliciter vous-même une visite médicale de reprise, soit auprès de votre employeur, soit auprès du médecin du travail. Si vous sollicitez directement la médecine du travail, n'oubliez pas d'en avertir au préalable votre employeur car à défaut, l'examen médical ne constituera pas une visite de reprise opposable à l'employeur (4).

Quel délai pour une visite médicale de reprise ?

⏰ La visite médicale de reprise doit être organisée le jour de la reprise effective du travail et au plus tard dans un délai de 8 jours suivant la reprise du travail (3).

La convocation à l'examen de reprise peut se faire par tous moyens (5).

Le salarié peut-il refuser de passer une visite médicale de reprise ?

Il n'en va pas de votre intérêt de refuser de passer une visite médicale de reprise.

En effet, le refus du salarié de passer une visite médicale de reprise constitue une cause réelle et sérieuse de licenciement (6).

Dans certains cas, ce refus peut même justifier un licenciement pour faute grave.

📌 Exemple :

Est justifié le licenciement pour faute grave d'un salarié qui, à la suite d'une seconde mise en demeure envoyée par l'employeur, n'avait plus évoqué ni adressé d'arrêt de travail, mais également qu'il avait, sans justification de son incapacité de se déplacer, refusé de se rendre à la visite médicale de reprise provoquée par son employeur (7).

Quelle est la situation du salarié entre la fin de son arrêt de travail et la visite de reprise ?

Tant que vous n'avez pas passé de visite médicale de reprise, vous n'êtes pas tenu de revenir travailler.

Votre absence ne constitue pas une faute dans la mesure où votre contrat de travail reste suspendu jusqu'à la visite médicale de reprise (8).

À retenir :

Le fait de ne pas avoir repris le travail à une date à laquelle le salarié n'y était pas tenu en raison de l'absence de visite de reprise ne constitue pas une faute grave (9).

En revanche, si vous avez repris le travail à l'issue de votre arrêt de travail avant même d'avoir passé votre visite médicale de reprise, vous êtes soumis au pouvoir disciplinaire de l'employeur (10).

Par conséquent, en cas de faute commise pendant le délai de 8 jours durant lequel la prestation de travail peut être exécutée sans que la visite de reprise ne soit effectuée, votre employeur peut vous licencier pour faute, dès lors qu'aucun élément médical ne justifie que vous n'étiez pas en état de tenir votre poste ou que vous étiez obligé de cesser votre travail en raison de votre état de santé (11).

Quelles conséquences si l'employeur n'organise pas de visite de reprise ?

Lorsque votre employeur ne vous fait pas passer de visite médicale de reprise, son manquement peut vous causer un préjudice pour lequel vous êtes en droit d'exiger des dommages et intérêts (10) et ce, même si vous n'avez pas sollicité vous-même de visite de reprise (12).

Le salarié qui se tient à la disposition de l'employeur aux fins de subir une visite médicale de reprise suivant un arrêt de travail, peut prendre acte de la rupture du contrat de travail lorsque l'employeur n'organise pas ladite visite médicale.

Maître Tahar JALAIN

Par ailleurs, le manquement de votre employeur à son obligation de vous faire passer une visite médicale de reprise peut justifier une prise d'acte de la rupture du contrat de travail aux torts de l'employeur (13).

📌 Exemple :

Est justifiée la prise d'acte d'une salariée qui avait repris son travail sans bénéficier d'une visite de reprise auprès du médecin du travail dans les 8 jours et sans que l'employeur ait allégué avoir pris l'initiative de faire passer une visite médicale dans le même délai.

Vous souhaitez avoir davantage d'informations sur la prise d'acte ?


Enfin, vous êtes en droit d'obtenir le paiement des salaires correspondant à la période antérieure à la prise d'acte de la rupture. En effet, votre employeur est redevable des salaires correspondant à la période allant de la fin de votre arrêt de travail jusqu'à votre prise d'acte, à moins qu'il ne démontre une situation contraignante l'empêchant de vous fournir du travail (14).

Est-il possible de repousser la visite de reprise en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19 ?

En raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, certaines visites médicales peuvent être reportées (15).

Ce n'est plus le cas de la visite médicale de reprise. Le médecin du travail n'est pas en droit de la repousser (16).

👓 Retrouvez toutes les informations utiles sur cet article: Visites médicales et médecin du travail face au Covid-19

 

Références :
(1) Article R4624-32 du Code du travail
(2) Article R4624-29 du Code du travail
(3) Article R4624-31 du Code du travail dans sa formulation issue du décret n°2022-372 du 16 mars 2022 relatif à la surveillance post-exposition, aux visites de préreprise et de reprise des travailleurs ainsi qu'à la convention de rééducation professionnelle en entreprise, article 5
(4) Cass. Soc, 28 avril 2011, n°09-40487
(5) Cass. Soc, 7 janvier 2015, n°13-21281

(6) Cass. Soc, 29 mai 1986, n°83-45409
(7) Cass. Soc, 30 avril 2014, n°13-10361
(8) Cass. Soc, 22 février 2017, n°15-22378
(9) Cass. soc., 9 janv. 2008, n°06-46043
(10) Cass. Soc, 16 novembre 2005, n°03-45000

(11) Cass. Soc, 17 octobre 2012, n°11-22287
(12) Cass. Soc, 30 novembre 2010, n°09-40160
(13) Cass. Soc, 6 octobre 2010, n°09-66140

(14) Cass. Soc, 23 septembre 2014, n°12-24967
(15) Ordonnance n°2020-1502 du 2 décembre 2020 adaptant les conditions d'exercice des missions des services de santé au travail à l'urgence sanitaire
(16) Décret n°2022-418 du 24 mars 2022 adaptant temporairement les délais de réalisation des visites et examens médicaux par les services de santé au travail à l'urgence sanitaire, article 2, 5°

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail