Accueil » Droit du Travail Salarié » Maladie & Santé au Travail » Maladie » Arrêt maladie : vos droits & votre salaire pendant votre absence » Actualités

Actualité Arrêt maladie : vos droits & votre salaire pendant votre absence

Prolongation d'un arrêt maladie : 5 points à connaître

Par , Juriste Rédactrice web - Modifié le 10-01-2020

Prolongation d'un arrêt maladie : 5 points à connaître

Vous êtes en arrêt maladie depuis plusieurs jours, voire semaines, mais votre état de santé ne vous permet toujours pas de reprendre votre activité professionnelle. Vous envisagez de faire prolonger votre arrêt de travail. Démarches, délai de carence, obligations, indemnisation... Découvrez tout ce qu'il faut savoir sur la prolongation d'un arrêt maladie.

1. Qui peut prolonger l'arrêt maladie ?

À retenir :

En principe, seul le médecin qui a prescrit l'arrêt de travail initial ou votre médecin traitant peut établir une prolongation (1).

Néanmoins, dans certains cas exceptionnels, votre arrêt maladie peut être prolongé par un autre médecin que le médecin prescripteur ou votre médecin traitant (2) :

  • par le remplaçant du médecin qui vous a prescrit votre arrêt initial ;
  • par le remplaçant de votre médecin traitant ;
  • par un spécialiste consulté à la demande de votre médecin traitant ;
  • à l'occasion d'une hospitalisation.

Vous aimerez aussi cet article : Arrêt de travail garde d'enfants et Coronavirus : ce qui change au 1er mai

2. Quelles démarches effectuer en cas de prolongation ?

Lorsque le médecin prolonge votre arrêt maladie, vous devez transmettre les volets n°1 et 2 à la Caisse primaire d'assurance maladie à laquelle vous êtes rattaché (3).

2 jours ouvrablespour transmettre la prolongation

Vous disposez d'un délai de 2 jours ouvrables suivant la date de prescription de la prolongation.

La transmission de votre avis de prolongation à la Cpam conditionne le versement de vos indemnités journalières.

Ainsi, en cas d'envoi tardif de l'avis de prolongation à la Cpam, la caisse vous informera du retard constaté et de la sanction à laquelle vous vous exposez en cas de nouvel envoi tardif dans les 24 mois qui suivent (4).

À moins que vous ne soyez hospitalisé ou en mesure d'établir votre impossibilité d'envoyer votre avis de prolongation en temps utile, le montant des indemnités journalières correspondant à la période écoulée entre la date de prescription de l'arrêt et la date d'envoi, est réduit de 50%.

Pensez également à transmettre le volet n°3 de l'avis de prolongation à votre employeur.

Ne constitue pas une faute grave la seule absence de justification par un salarié de la dernière prolongation de son arrêt de travail dès lors que l'employeur a été informé de l'arrêt de travail initial.

Cass. Soc, 26 octobre 2010, n°09-65020

Cependant, l'absence de justification de la prolongation de l'arrêt de travail n'est pas toujours constitutive d'une faute grave (5).

3. Quelle indemnisation en cas de prolongation de l'arrêt maladie ?

Lorsque vous êtes en arrêt pour maladie d'origine non professionnelle, la Cpam vous verse, si vous remplissez les conditions, au maximum 360 jours d'indemnités journalières par période de 3 ans consécutifs (sauf si vous souffrez d'une affection de longue durée) (6).

Ainsi, si vous n'avez pas épuisé vos droits, la Cpam continuera à vous verser des indemnités journalières. Celles-ci sont égales à 50% de votre salaire journalier de base (7).

En complément, vous pouvez percevoir des indemnités complémentaires de la part de votre employeur. C'est ce que l'on appelle le maintien de salaire (8).

En cas de prolongation de l'arrêt initial, ces indemnités complémentaires continueront elles aussi à être versées si vous remplissez les conditions exigées.

La durée de versement des indemnités complémentaires varie en fonction de votre ancienneté au sein de l'entreprise (9).

4. Existe-t-il un délai de carence en cas de prolongation ?

Lorsque l'on vous prescrit un arrêt pour maladie non professionnelle, un délai de carence de 3 jours s'applique. Concrètement, la Cpam vous verse des indemnités journalières à compter du 4ème jour de votre arrêt.

Néanmoins, aucun délai de carence ne s'applique pas en cas de prolongation.

Il n'y a pas non plus de délai de carence dans les cas suivants :

  • en cas de reprise d'activité entre 2 arrêts de travail n'ayant pas dépassée 48 heures ;
  • en cas d'arrêts successifs liés à une affection de longue durée (ALD) : le délai de carence ne s'applique que pour le premier arrêt.

5. Quelles sont vos obligations pendant une prolongation ?

Vos obligations pendant votre période de prolongation sont les mêmes que pendant votre arrêt initial, c'est-à-dire :

  • respecter les prescriptions de votre médecin ;
  • respecter les horaires de sorties autorisées ;
  • vous soumettre aux divers examens et contrôles médicaux organisés par la Cpam et votre employeur ;
  • n'exercer aucune autre activité professionnelle.

Bon à savoir :

En cas de manquement à vos obligations, le versement de vos indemnités journalières peut être suspendu.

👓 Vous aimerez aussi cet article : Puis-je partir en voyage pendant mon arrêt maladie ?

Références :
(1) Article L162-4-4 du Code de la sécurité sociale
(2) Article R162-1-9-1 du Code de la sécurité sociale
(3) Article R321-2 du Code de la sécurité sociale
(4) Article D323-2 du Code de la sécurité sociale
(5) Cass. Soc, 26 octobre 2010, n°09-65020
(6) Article R323-1 du Code de la sécurité sociale
(7) Articles L323-4 et R323-4 du Code de la sécurité sociale
(8) Articles L1226-1 et D1226-1 du Code du travail
(9) Article D1226-2 du Code du travail

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Arrêt maladie : vos droits & votre salaire pendant votre absence ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.

Publicité



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés