Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Harcèlement moral et sexuel : comment intervenir en tant qu'élu CSE ?

Aperçu du dossier Voir un aperçu

Garanti à jour - Rédigé par des juristes

Le harcèlement moral et le harcèlement sexuel prennent plusieurs formes, souvent insidieuses : des propos désobligeants, brimades, humiliations, insultes, reproches répétés... Face à cela, le salarié victime se sent souvent démuni. Pourtant, le Comité social et économique (CSE) a les moyens d’agir !

Certains comportements des supérieurs ou de collègues de l’entreprise vous interrogent en tant que membre du CSE ? Vous pensez avoir identifié un cas de de harcèlement et souhaitez que la situation cesse au plus tôt ? La situation est devenue très grave et vous ne savez pas comment réagir.

Ce dossier vous permet de mieux cerner les cas de harcèlement sexuel et/ou moral afin de défendre efficacement les intérêts des salariés.


Les notions clés abordées dans ce dossier

  • Harcèlement Sexuel
  • Harcèlement Moral
  • Comité Social et Economique
  • Membre du CSE
  • Employeur
  • Salarié
  • Supérieur
  • Sanctions
  • Responsabilité
  • Alerte
  • Référent
  • Victime

Plan détaillé du dossier

20 Questions Essentielles

  • Comment définit-on la notion de harcèlement sexuel ?

  • De quelles sanctions est assorti le harcèlement moral ?

  • Comment le harcèlement sexuel est-il sanctionné par la loi ?

  • Quelles sont les auteurs possibles du harcèlement moral et/ou sexuel ?

  • Quels sont les signaux qui peuvent être annonciateurs d'une situation de harcèlement moral dans l'entreprise ?

  • Le CSE peut-il engager par lui-même une enquête en cas de harcèlement ?

  • Le CSE peut-il remettre en cause l’inertie de l’employeur en cas de harcèlement sexuel et/ou moral ?

  • Le CSE peut-il avoir un membre dédié aux problèmes de harcèlement sexuel et/ou moral ?

  • Que risque un membre du CSE qui dénonce des faits de harcèlement ?

  • Comment prouver le harcèlement sexuel ou moral sur le lieu de travail ?

  • Quels sont le rôle et les moyens du membre du CSE pour prévenir les cas de harcèlement moral ou sexuel ?

  • Quels sont le rôle et les moyens du membre du CSE pour intervenir ou alerter en cas de harcèlement moral ou sexuel ?

  • Quelle responsabilité engagée en cas de harcèlement sexuel ou moral par un membre du CSE ?

  • Quelle responsabilité engagée en cas de harcèlement sexuel ou moral sur un membre du CSE ?

  • L'employeur peut-il sanctionner un salarié qui rapporte de façon mensongère l'existence d'un harcèlement ?

  • Le harcèlement peut-il conduire au licenciement de la victime ?

  • Est-ce que la rédaction de la charte relative au harcèlement et la violence au travail est obligatoire ?

  • Que risque le CSE ou ses membres en cas d’inaction malgré un cas de harcèlement sexuel ou moral reconnu ?

  • Existe-t-il un moyen d’action syndicale en cas de harcèlement moral ou sexuel ?


Ce que vous trouverez dans ce dossier

Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Vous pensez avoir identifié une victime de harcèlement mais ne savez pas quels sont les comportements reconnus comme tels par les juges ?  Comment lui prouver les faits de harcèlement ?

Vous ne savez pas à partir de quand et comment réagir en votre qualité de membre du CSE face à cette situation ? Le juge peut-il être saisi par le CSE ?

Quelles mesures préventives peuvent être prises par le CSE ou ses membres ? 

Contenu du dossier :

Ce dossier vous guide dans vos démarches en qualité de représentant du personnel pour identifier les cas de harcèlement sexuel et moral, les prévenir et, en cas d’urgence, les gérer. Les notions clés abordées sont les suivantes :

  • définition du harcèlement moral et du harcèlement sexuel ;

  • modes de preuve en matière de harcèlement ;

  • personnes susceptibles d’être poursuivies pour harcèlement au travail ;

  • moyens de défense et de protection du salarié victime par le CSE ;

  • réaction à tenir face à une dénonciation de harcèlement ;

  • sanction contre l'auteur des faits.

Télécharger le dossier


N'attendez plus !Recevez gratuitement un extrait du dossier dans votre boite mail


Pourquoi choisir Juritravail ?

Rédigé par des juristes dans un language clair

Complet et mis à jour régulièrement

Téléchargement immédiat

Télécharger le dossier


Les dernières actualités sur cette thématique


La question du moment

Quelles sont les auteurs possibles du harcèlement moral et/ou sexuel ?

Les profils de harceleur moral et/ou sexuel sont multiples mais tous les salariés sont concernés face à ses prédateurs : un supérieur hiérarchique, un collègue, un collègue membre du Comité Social et Économique (CSE), un collègue délégué syndical, etc.

Dans le cas du supérieur hiérarchique, le harcèlement moral peut se traduire par une forte dégradation des conditions de travail en raison d'un abus de pouvoir de direction (1). S'agissant du harcèlement sexuel, il se traduira notamment par des propos ou comportements à connotation sexuelle répétés (2).

En cas de harcèlement sexuel ou moral entre collègues, il convient de rappeler l'obligation de sécurité de résultat de l'employeur (3). Cette obligation à sa charge peut notamment justifier une enquête de sa part et à terme une sanction du salarié auteur de l'infraction. Le fait de sanctionner ne permet pas l'employeur de se libérer de tout risque de procédure à son encontre car, en qualité d'employeur, il est responsable des fautes commises par ses salariés dans le cadre de leurs fonctions même si ces derniers sont représentants du personnel (4). 

Le fait que l'auteur du harcèlement sexuel ou moral soit représentant du personnel ne lui permet pas d'échapper aux sanctions nécessaires (5).

A noter : le cumul de responsabilité de l'employeur et du salarié est possible (6). De même, une procédure devant le juge civil n'exclut pas celle devant le juge pénal (7).

Dans toutes ces situations, le représentant du personnel peut accompagner le salarié voire solliciter l'employeur. Lorsque la situation va porter atteinte à la santé physique et morale du salarié, l'employeur peut être tout de suite saisi (droit d'alerte). En l'absence de solution trouvée avec l'employeur, le salarié ou le membre du CSE, si le salarié averti par écrit ne s'y oppose pas, saisit le bureau de jugement du conseil de prud'hommes (8).

Cette possibilité concerne uniquement les CSE des entreprises d'au moins 50 salariés.


Les autres dossiers sur le même thème


© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés