À retenir :

L'abandon de poste est une absence injustifiée que l'employeur peut sanctionner. Pendant son absence, le salarié ne touche ni salaire, ni indemnités chômage.

Quels risques pour le salarié qui fait un abandon de poste ?

Une sanction disciplinaire pouvant aller jusqu'au licenciement

Lorsqu'il est volontaire, l'abandon de poste n'est pas un acte anodin.

Assimilé à une absence injustifiée, il vous expose à une sanction disciplinaire. En effet, le fait d'abandonner sans raison valable votre poste de travail, justifie un licenciement pour faute grave.

Le salarié qui fait un abandon de poste, manque à ses obligations contractuelles.

L'abandon de poste en CDI n'est pas un mode normal de rupture du contrat de travail, pas plus qu'il ne l'est lorsque le salarié est en CDD.

Une perte de revenus

Vous pensez qu'en faisant un abandon de poste, votre employeur va automatiquement vous licencier dans la foulée ? 

Eh bien ! ce n'est pas forcément le cas !

En effet, il peut s'écouler un délai plus ou moins long entre le moment où vous décidez de ne plus revenir au travail et le moment où votre employeur procédera effectivement à votre licenciement.

Bon à savoir :

Tant que votre employeur ne vous licencie pas, vous ne percevez ni votre salaire, ni les allocations chômage. Vous pouvez donc rester quelque temps sans salaire ou indemnités.

En cas d'abandon de poste, vous risquez également de devoir verser à votre employeur des dommages-intérêts pour le préjudice subi.

📌 Exemple :

Ce peut être le cas lorsque l'abandon de votre poste entraîne une désorganisation du service au sein de l'entreprise ou occasionne la perte de clients.

Quelles autres solutions pour rompre un contrat de travail plutôt qu'un abandon de poste ?

Diverses raisons peuvent vous pousser à avoir recours à l'abandon de poste pour quitter votre emploi.

Néanmoins, il est recommandé de privilégier une approche plus diplomatique en négociant votre départ :

👓Vous aimerez aussi cet article : Démission ou rupture conventionnelle ? Le grand comparatif

Lorsque vous souhaitez quitter votre entreprise parce que ce sont vos droits qui n'ont pas été respectés par votre employeur, vous pouvez envisager une prise d'acte de la rupture de votre contrat de travail, aux torts de celui-ci. Dans ce cas, vous devrez saisir le Conseil des prud'hommes, après avoir quitté votre poste.