Accueil » Droit du Travail Salarié » Licenciement & Rupture conventionnelle » Licenciement : Motifs et Procédures » Licenciement pour Motif Personnel » Licenciement hors faute grave et lourde » Préavis de licenciement : calculer & demander une réduction » Actualités

Brève Préavis de licenciement : calculer & demander une réduction

Licenciement pour inaptitude : 4 moyens pour défendre mes revenus

Par , Juriste rédacteur web - Modifié le 07-06-2017

Abonnez-vous 1€ pendant 15j


Licenciement pour inaptitude : 4 moyens pour défendre mes revenus

En principe, votre état de santé ne peut pas être un motif de licenciement. Si c'est le cas, vous êtes victime de discrimination. Cependant, l'inaptitude à reprendre votre emploi, constatée par votre médecin du travail, peut constituer un motif de licenciement valable. Votre employeur a néanmoins l'obligation d'effectuer préalablement une recherche de reclassement sur un autre poste, comparable autant que possible à l'emploi que vous occupiez précédemment et compatible avec les préconisations du médecin du travail. Si l'employeur n'en trouve aucun ou si vous refusez ses propositions, vous pouvez être licencié. Vous vous demandez si votre employeur vous a bien versé toutes les indemnités prévues pour ce mode de rupture ? Vous pensez qu'il a manqué à ses obligations à votre égard ? Découvrez à quelles indemnités vous avez droit en cas de licenciement pour inaptitude. 

A l'issue d'un accident relevant de votre vie privée ou du travail, après une maladie professionnelle ou non, après un congé maternité… vous avez été convoqué à une consultation médicale et le médecin du travail vous a déclaré inapte à votre poste de travail ou à tout poste.

Lorsque vous êtes déclaré inapte, votre employeur doit chercher une solution de reclassement. D'ailleurs, savez-vous que désormais votre employeur peut tenir compte de votre avis pour définir le périmètre de recherche d'un poste de reclassement mais ce n'est pas une obligation (1).

Cependant, votre employeur n'a pas été en mesure de trouver un poste compatible avec vos compétences et vos nouvelles aptitudes, ou vous avez refusé toutes les propositions de reclassement qu'il vous a faites.

Dans ce seul cas, il peut vous licencier pour impossibilité de reclassement suite à une inaptitude déclarée par le médecin du travail.

Par ailleurs, depuis la Loi relative au dialogue social et à l'emploi (2), l'employeur a la possibilité de rompre le contrat de travail sans avoir à rechercher de solution de reclassement si l'avis d'inaptitude établi par le médecin du travail mentionne expressément que tout maintien du salarié dans un emploi serait gravement préjudiciable à sa santé.

La Loi travail du 8 août 2016 (3) a également apporté une nouveauté. Depuis le 1er janvier 2017, le licenciement pour inaptitude sans recherche de reclassement est possible dès lors que l'état de santé du salarié fait obstacle à tout reclassement dans l'emploi (4).

Cette obligation de reclassement est désormais réputée satisfaite lorsque l'employeur a proposé un emploi conforme à l'avis et aux indications du médecin du travail, même si ce poste est "inacceptable" pour le salarié (4). De ce fait, il reviendra au salarié de démontrer que la proposition n'est pas conforme à l'avis médical ou bien qu'elle a été déloyale. La proposition conforme faite par l'employeur étant justifiée par l'avis médical lui même (5)

Vous devez impérativement connaître vos droits pour mieux les défendre si besoin est.

Inaptitude au travail

Licenciement et reprise de paiement des salaires

Lorsque vous n'avez pas été licencié à l'issue d'un délai d'un mois à compter de la date de l'examen médical de reprise du travail vous déclarant inapte, votre employeur a l'obligation de reprendre le versement de votre salaire antérieur et ce, dès l'expiration de ce délai (6).

Si votre employeur n'a pas procédé à cette obligation alors que le délai d'un mois après la visite de reprise est expiré, rappelez-lui son obligation par courrier.

Votre employeur n'a pas le droit de réduire votre salaire sous prétexte que vous touchez d'autres prestations telles que celles versées par une institution de prévoyance en raison de votre état de santé (7).

La reprise du versement du salaire n'exonère pas votre employeur de son obligation de recherche d'un poste reclassement (8).

Montant de l'indemnité versée en cas de licenciement pour inaptitude

Si vous êtes licencié pour inaptitude, vous pouvez percevoir une indemnité de licenciement dont le montant dépend de l'origine de votre inaptitude :

  • si votre inaptitude a une origine non professionnelle, c'est-à-dire qu'elle n'a aucun lien avec votre travail ou l'exercice de vos fonctions, alors vous allez percevoir l'indemnité légale ou conventionnelle de licenciement (9). Nous vous rappelons que l'indemnité légale de licenciement est égale à 1/5e de mois de salaire par année d'ancienneté, auxquels s'ajoutent 2/15e de mois par année au-delà de 10 ans d'ancienneté (10). La durée du préavis est prise en compte pour le calcul de l'indemnité de licenciement (11) ;

  • si votre inaptitude trouve son origine dans un accident du travail ou une maladie professionnelle, vous devez percevoir une indemnité spéciale de licenciement qui est égale au double de l'indemnité légale, sauf dispositions conventionnelles plus favorables (12). Dans ce cas, aucune condition d'ancienneté n'est fixée par la loi mais l'indemnité spéciale n'est pas due si vous refusez abusivement un poste de reclassement.

Licenciement pour inaptitude et indemnité compensatrice de préavis

En cas de licenciement pour inaptitude, le préavis n'est pas exécuté et le contrat de travail est rompu à la date de notification du licenciement. Ainsi, votre employeur n'est en principe pas tenu de vous verser une indemnité de préavis, sauf dispositions conventionnelles plus favorables. Votre convention collective peut en effet prévoir le paiement du préavis en cas de licenciement pour inaptitude.

C'est pourquoi, nous vous conseillons de consulter votre convention collective, vous pourriez bénéficier d'avantages non négligeables. 

Il faut toutefois distinguer l'inaptitude professionnelle et celle non-professionnelle puisque certaines exceptions existent.

Le cas de l'inaptitude non-professionnelle

L'indemnité compensatrice de préavis en cas d'inaptitude non-professionnelle est néanmoins due au salarié dans les cas suivants :

  • si l'employeur a manqué à son obligation de reclassement : vous ne pouvez prétendre au paiement d'une indemnité de préavis que si vous êtes dans l'impossibilité physique d'exécuter ce préavis. Dans ce cas, le licenciement sans cause réelle et sérieuse en raison du manquement de l'employeur à son obligation de reclassement consécutive à l'inaptitude donne lieu au paiement de l'indemnité de préavis (13) ;
     
  • lorsque l'employeur ne reprend pas le paiement du salaire après un délai de 1 mois alors que vous n'avez pas été reclassé. Ce manquement de l'employeur à ses obligations contractuelles justifie la résiliation judiciaire du contrat de travail. Il s'en déduit que l'indemnité de préavis vous est due (14).

Le cas de l'inaptitude professionnelle

En cas de licenciement pour inaptitude suite à une maladie professionnelle ou un accident du travail, vous avez droit, dans tous les cas, à une indemnité compensatrice d'un montant égal à l'indemnité compensatrice de préavis (12).

Vous pouvez également prétendre à une indemnisation supplémentaire si votre inaptitude résulte d'une faute inexcusable de votre employeur. Dans un tel cas, vous pouvez prendre contact avec un avocat expérimenté afin qu'il vous renseigne sur les démarches que vous devez accomplir et les indemnités auxquelles vous pouvez prétendre.

Versement des allocations chômage suite à un licenciement pour inaptitude

Si vous êtes licencié pour inaptitude, vous êtes considéré comme involontairement privé d'emploi. Dans ce cas, dès lors que vous êtes inscrit comme demandeur d'emploi et licencié pour inaptitude, professionnelle ou non, vous pouvez prétendre à une prise en charge dès le lendemain de la notification du licenciement, sous réserve des différés d'indemnisation et du délai d'attente (15).

Allocations chômage : comment en bénéficier et sous quel délai ?

Bénéficier des allocations chômage : conditions & droits

Il est important de vérifier que votre employeur a respecté toutes ses obligations. Si ce n'est pas le cas, n'hésitez pas à faire valoir vos droits !

Références :
(1) Cass, Soc, 23 novembre 2016, n°14-26398 et n°15-18092
(2) Loi n°2015-994 du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l'emploi, article 26

(3) Loi n°2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels, article 102
(4) Articles L1226-12 et L1226-2-1 du Code du travail
(5) Cass, Soc, 11 janvier 2017, n°15-22485
(6) Articles L1226-4 et L1226-11 du Code du travail
(7) Cass, Soc, 16 février 2005, n°02-43792, n°03-41879, n°03-41880 et n°04-40265
(8) Cass, Soc, 26 janvier 2011, n°09-43139
(9) Cass, Soc, 24 avril 2001, n°97-44104
(10) Article R1234-2 du Code du travail
(11) Article L1226-4 du Code du travail
(12) Article L1226-14 du Code du travail
(13) Cass, Soc, 6 mai 2015, n°13-17229
(14) Cass, Soc, 30 mai 2012, n°10-20106
(15) Instruction Pôle emploi n°2012-173, 21 décembre 2012

Article suivant Convention de la ...


Recevez chaque semaine l'essentiel de l'actualité du droit du travail

Vous avez besoin d'un conseil d'avocat pour Préavis de licenciement : calculer & demander une réduction ?

3 avocats vous proposent, sous 48h, un RDV en cabinet

Envoyer votre demande

Vos Réactions

  • fanfan-2 - Visiteur Le 28-09-2010 à 18:02

    En arret depuis decembre 2008,mon mari a été reconnu invalide depuis 01 06 2010. inapte a tous les postes par le medecin du travail son entreprise va le licencier a t'il droit a une indemnisation compensatrice? ou autre ?

  • gpas77 - Visiteur Le 12-10-2010 à 14:33

    Bonjour

    Je suis déclaré inapte via la medecine du travail dans l'association où je travail depuis 1999. Ils sont sencés me donner des nouvelles pour le 20 Octobre mais je n'ai toujours rien. Que dois-je faire après cette date butoir ?

    Merci

  • Lya06 - Visiteur Le 12-10-2010 à 17:57

    Bonjour à tous,

    Je travaille depuis 5 janvier 2010 dans un magazin, et au 19/05/2010 j'ai eu un accident de travail qui a été reconnu par la Secutité Sociale et j'étais en arrêt jusqu'à le 30 septembre, j'ai deux hérnies et j'ai toujours mal, et en plus des maux de tête insuportables dûs à ce problème, selon mon medécin traitant. Mais le médécin conseil a consolidé mes indemnités, j'ai envoyé un courrier en contestant cette decision, car j'ai encore très mal et j'ai besoin encore des soins, dans mon entreprise le reclassement est impossible, car j'étais vendeuse étalagiste et des temps en temps, cassières (juste pour remplacer mes collégues) et le médécin du travail à decidé inaptitude pour mon ancien poste, et que je pourrais faire la caisse seulement, donc je suis allée le 1/10/2010 pour repreendre le travail cette fois-ci comme caissière, mais ils m'ont dit qu'ils n'ont pas ce poste pour moi, car ils ont 3 filles et demie (car une des ces filles prendre la caisse que le samedi) et que comme je suis la dernière à rentrer dans l'entreprise qu'ils ne peuvent pas enlèver le travail d'une personne et m'y mettre. Est-ce que j'ai le droit à des aides, lequelles, je vais être licencié par inaptitude, quoi le meilleur à faire? Est-ce que j'ai le droit à  l’indemnité légale de licenciement (ou l’indemnité conventionnelle)? Merci pour votre attention et aide

    Lya

  • benoit-1 - Visiteur Le 02-11-2010 à 10:05

    Bonjour, cela fait 15 mois que je suis en accident de travail, le médecin conseil me met en consolidation. Je voulais savoir si j'ai le droit aux indemnités de licenciement car je n'ai qu'un mois de travail dans cette entreprise.

    Merci

  • preston - Visiteur Le 05-11-2010 à 11:14

    Bonjour,

    je suis en arrêt de maladie depuis mai 2006 et reconnue en maladie professionnelle depuis mai 2007, j'ai été embauchée en juin 2001, le 15 septembre 2010 j'ai eu une visite de reprise j'ai été déclarée inapte avec mise en danger immédiat, j'ai reçu ma lettre de licenciement le 16 octobre 2010 à la maison, envoyée le 15 octobre 2010 par mon employeur, ai-je droit a un mois de salaire suplémentaire ? et a combien s'élève ma prime de licenciement sachant que j'ai eu un congé de formation pour reconversion professionnelle de 27 mois. un grand merci

  • MJM - Membre Le 17-11-2010 à 19:01

    inapte a tous poste dans l'entreprise par le médecin du travail, mais ayant un mandat titulaire au comité d'entreprise, l'inspection du travail a refusé mon licenceiment le 3 aout 2010, a ce jour 15 octobre 2010 mon employeur me propose soit un poste a 163 km de chez moi avec le meme salaire et un autre avec un poste avec un salaire inférieur.

    Merci d'éclairé ma lanterne, je suis dans le flou le plus complet

  • aimantaproblème - Visiteur Le 22-11-2010 à 15:27

    L' indemnité du même montant que l'indemnité compensatrice est t-elle considérée comme un salaire ou indemnitaire ? Merci.

  • seb 13 - Visiteur Le 22-11-2010 à 15:27

    Bonjour moi je suis actuellement passé inapte à ma première visite et le 29 novembre je retourne. Après tout ça, ça va se passer comment ?

  • Ninoutte - Visiteur Le 26-11-2010 à 14:16

    Bonjour, je suis en longue maladie, à 100 % pour ma pathologie : dépression et fibromyalgie, je touche des indemnités journalières, mais on parle de me mettre en invalidité. J\'avais un poste de vendeuse, dans un magasin de vente et location de matériel médical, mais on me faisait faire le ménage, le nettoyage et la désinfection du matériel, je soulevais beaucoup de poids : est-ce que je peux être licenciée pour inaptitude, alors que je n\'étais pour ainsi dire plus à la vente ? J\'appréhende de me retrouver sans emploi, est-ce que je vais pouvoir y arriver avec la pension d\'invalidité.

     

  • MITOU83 - Visiteur Le 06-12-2010 à 10:24

    Bonsoir !  J'ai été licenciée par mes employeurs (2) pour Inaptitude Totale déclarée par la Médecine du Travail le 26 Octobre 2010 .

     

    Mon Premier Employeur m'a licencié sans ennuis mais avec une Indemnité que je trouve relativement basse au vu du nombre d'années (7) dans l'entreprise , ainsi que des salaires de la dernière année (2007). J'ai eu, par courrier, un chèque de 296,76 € pour Solde de Tout Compte !  N'y a t'il pas une erreur car ma rémunération brute pour 2007 est de 9735,08 € ?

     

    Quand à mon 2ème employeur. Lui non plus n'a pas fait d'ennuis mais il se réserve la date habituelle du versement des salaires pour clore la procédure, qui a été suivie à la lettre par mes 2 employeurs. Chez ce dernier, la rémunération totale brute se calcule sur seulement 9 mois (Avril à Novembre 2007) car il a repris les chantiers de mon premier employeur, ainsi que les employés, avec l'ancienneté. Cette rémunération brute est de 2265,48 € ! Quel sera le montant de mes indemnités avec 5 années 3/4 d'ancienneté ?

     

    Merci de me faire savoir s'il n'y a pas une erreur en ma défaveur et comment puis-je y remédier ?

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Publicité

Publicité



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2017 JuriTravail tous droits réservés